“Euh… la philo, qu’est-ce que c’est?” : de quoi la philosophie est-elle le nom dans “la faute à rousseau”

Dans son article sur la représentation des enseignants dans le cinéma français, Guy Gauthier affirme que les professeurs de philosophie y sont « surreprésentés par rapport à leur importance numérique »1. Le professeur de philosophie est, en effet, dans le cinéma français, un personnage récurrent. La représentation de ce personnage, l’origine et l’évolution des topoï visuels qui le structurent, sont l’objet de ma recherche.

De Vidal, professeur de philosophie à l’université, marxiste, grand séducteur dans Ma nuit chez Maud de Rohmer (1969)2, à Nathalie, précieux exemple – parce que très rare – de femme enseignant la philosophie, personnage principal de L’avenir de Mia Hansen-Løve (2016), en passant par le très hautain Clément de Pas son genre de Lucas Belvaux (2014) et bien d’autres, le type « professeur de philosophie » existe dans l’imaginaire collectif français. Il y est, c’est l’intuition de départ que ma recherche s’emploie à vérifier, un « mythe », au sens où Roland Barthes l’entend, c’est-à-dire « un mode de signification ». Le mythe, selon Barthes, est un « objet du monde » qui passe « d’une existence fermée, muette, à un état oral, ouvert à l’appropriation de la société »3.

Le professeur de philosophie pourrait bien être un tel objet, en cela qu’il réitère dans ses incarnations successives au cinéma, des signes qui le rendent lisible par « la société », immédiatement recevable et intelligible. Plusieurs caractéristiques semblent récurrentes, mutatis mutandis, chez les personnages observés : le rapport à la séduction, la sagesse et l’immaturité, couple antinomique très souvent structurant chez ce genre de personnage, le charisme, don divin, le caractère extraordinaire dû à son savoir, ou à sa qualification, qui le rend bénéficiaire d’un statut particulier, d’une forme d’anomie.

Toutes ces caractéristiques se trouvent déclinées dans le personnage que j’analyserai ici : Benjamin Rousseau. Dernier avatar de ce « mythe » français, avatar télévisuel en l’occurrence, Benjamin Rousseau est le professeur de philosophie, plus précisément, le « prof de philo » de la série La faute à Rousseau, produite par DEMD Production et diffusée par France 2 et RTS en 2021, dont la deuxième saison est en cours de production4.

Continuer la lecture de “Euh… la philo, qu’est-ce que c’est?” : de quoi la philosophie est-elle le nom dans “la faute à rousseau”

Etude ethnographique du Berghain

En réfléchissant à la manière dont je pouvais étudier la scène club berlinoise pré-Covid pour la réalisation de mon mémoire d’étude, et plus particulièrement le Berghain, dont la réputation n’est plus à faire même en dehors de cette culture, j’ai trouvé un billet rédigé par Maxime le Calvé et Olivier Gaudin nommé « Dépeindre les atmosphères berlinoises : esquisses phénoménographiques »1. Grâce à une combinaison habile entre l’écriture et le dessin, cet article permet de mieux appréhender l’atmosphère de quatre zones de la capitale allemande de différentes dimensions sous le prisme de la sociologie, de la géographie et de l’histoire réunis dans une approche ethnographique subjective tout en offrant au lecteur une méthode pour analyser l’ambiance. De plus, l’article rédigé par Tobias Rapp dans Lost and Sound : Berlin, techno and the Easyjetset, paru en 2009, amène à une démarche similaire au sein du Berghain pour mieux saisir les différents dispositifs permettant au club d’entretenir sa réputation. A l’aide de l’approche particulière employée par Le Calvé, je chercherai à présenter le type d’ambiance qui se dégage du Berghain, et qui peut être considéré comme intrinsèque à la vie festive issue des clubs berlinois contemporains. Tout d’abord j’étudierai la méthodologie employée par Le Calvé, puis je confronterai l’analyse de Tobias Rapp à cette approche. 

Continuer la lecture de Etude ethnographique du Berghain
  1.  LE CALVE, M.  « Depicting Berlin’s Atmospheres: Phenomenographic Sketches » in Ambiances, 2019 []

L’USAGE DU NUMÉRIQUE DANS LES PIÈCES DE DANSE CONTEMPORAINES

ICI – Création 2010 – Extraits 9’ – Olivier Normand + Mylène Benoit

Actuellement, dans le monde de la danse on instaure des nouvelles formes de création afin de métamorphoser non seulement la perception visuelle, mais aussi la perception du temps grâce à l’usage du numérique.  Il est ainsi pertinent de s’intéresser aux nouvelles technologies appliquées à la danse  d’aujourd’hui.

Continuer la lecture de L’USAGE DU NUMÉRIQUE DANS LES PIÈCES DE DANSE CONTEMPORAINES

L’outil en art selon Glenn Adamson et Julia bryan-Wilson

Avant de pouvoir faire l’art, il faut faire l’outil.
 [Before you can make the art, you have to make the tool


G. Adamson et J. Bryan-Wilson, Art in the Making, p.112
.

Art in the Making est un ouvrage du conservateur et écrivain, historien en design et en art contemporain, Glenn Adamson et de la professeure en art moderne et contemporain à l’université de Californie, Berkeley, Julia Bryan-Wilson. Continuer la lecture de L’outil en art selon Glenn Adamson et Julia bryan-Wilson

Étude critique des dangers du féminisme civilisationnel ; l’exemple de Un féminisme décolonial, par Françoise Vergès

Se présentant comme une critique d’un féminisme1 , que l’auteure appelle féminisme civilisationnel2 , l’ouvrage Un féminisme décolonial3 de Françoise Vergès est une réflexion qui met en exergue la coexistence d’une pluralité de féminismes au sein de l’égide même du féminisme. Ces luttes se traduisent différemment et sont menées et manœuvrées par le biais de processus divergents. Ces féminismes, qui se positionnent en fonction de certaines valeurs, de certaines pensées politiques ou de croyances particulières, peuvent s’opposer les uns aux autres, et parfois même, un féminisme peut desservir une communauté, niant l’égalité des droits de certain·e·s. Françoise Vergès4 manifeste sa position en contestant la notion de vague par exemple, qui suggère que le féminisme aurait pris racine au moment où les femmes occidentales se sont emparées de ce mouvement. Continuer la lecture de Étude critique des dangers du féminisme civilisationnel ; l’exemple de Un féminisme décolonial, par Françoise Vergès

  1. Nous préciserons ici l’un des féminismes étant donné que Françoise Vergès théorise tout au long de son ouvrage qu’il existe non pas un, mais bien plusieurs féminismes, du moins, qu’il existe différents “branchages” de féminismes. De cette façon, elle soulève les disparités présentes au sein du mouvement féministe lui-même, et la manière dont certains féminismes peuvent desservir la cause. []
  2. Françoise VERGÈS, Un féminisme décolonial, Paris, La Fabrique, 2019, p. 12. []
  3.   Françoise VERGÈS, Un féminisme décolonial, Paris, La Fabrique, 2019. []
  4. Pour cerner un peu plus les analyses de Françoise Vergès, il est rappelé sur la quatrième de couverture que « Françoise Vergès est une féministe anti-raciste, présidente de l’association « Décoloniser les arts », [elle est] l’auteure de plusieurs ouvrages et articles en français et en anglais sur l’esclavage colonial, le féminisme, la réparation, le musée.» Même si cette description dépeint de loin les qualités et accomplissements de Françoise Vergès, nous préciserons également qu’elle grandit à la Réunion ( – « Claude Vergès-Lopez décorée de la Légion d’Honneur », Témoignages,‎ 14 mars 2009. [En ligne]. URL : [https://www.temoignages.re/international/monde/claude-verges-lopez-decoree-de-la-legion-d-honneur,35648] – ., poursuivant les combats menés par ses parents avant elle. Françoise Vergès est également la nièce du célèbre avocat Jacques Vergès, qui défend et milite pour la justice du FLN, Front de Libération National, un parti politique algérien qui prend racine en 1954 au nom d’une lutte contre l’empire colonial français. Elle vit en Algérie chez son oncle afin d’y consacrer son année de terminale au lycée Descartes d’Alger, nourrissant son admiration pour le combat de son oncle ( – SIMON Patrick et LUSTE BOULBINA Seloua, « Une initiation décoloniale. Entretien avec Françoise Vergès », Mouvements, 2012/4 (n° 72), p. 143-156. [En ligne]. URL : [https://www.cairn.info/revue-mouvements-2012-4-page-143.htm] – ). Ces informations m’ont permis de comprendre, à titre plus personnel, les raisons de ses luttes, la ferveur et la dévotion qui l’animent. []

Histoire, Historiographie et Confinement.

Lorsque le confinement a été annoncé le 17 mars 2020, s’ajoutant à la longue liste des autres confinements nationaux autour du globe, beaucoup de personnes se sont aperçues qu’elles vivaient « un moment historique ». Et rapidement, l’idée de retracer notre quotidien était, sans surprise, déjà perçue et préparée par les villes : « envoyez-nous vos travaux, journaux, photographies sur le confinement, pour qu’elles soient intégrées aux archives de la ville »1 La communication était lancée : et si, cette fois, la population formait directement le corpus d’informations sur la période « historique » que nous vivions ? Mais finalement, la situation que nous vivons est-elle si exceptionnelle ? Vaut-elle l’immortalisation de nos dessins et de nos pensées ? Qu’allons-nous laisser aux générations suivantes, et comment cette période sera-t-elle perçue par les chercheurs ? Continuer la lecture de Histoire, Historiographie et Confinement.

  1. « #Mémoire de confinement à Villeneuve-d’Ascq : collecte de documents », Villeneuve-d’Ascq, en ligne https://www.villeneuvedascq.fr/memoire-de-confinement-villeneuve-dascq-collecte-de-documents La ville a indiqué via son site officiel que « Les Archives municipales vous invitent à partager votre quotidien de cette expérience individuelle et collective que nous traversons ». []

Les (nouvelles) Représentations des Féminités Dans les Performances de Drag turques : La Vierge Grincheuse et Ses Etme

Contextualisation du climat socio-politique

La Chanson “Ses Etme” est sortie avec l’album Altust d’Athena le 11 novembre 2014, un groupe de Ska Punk, Rock turc. Le clip est sorti le 4 Octobre 2016, suite à la hausse des violences envers les femmes trans en Turquie, qui a déclenché un mouvement contre la transphobie surtout après la mort d’une femme trans, Hande Kader, brulée vive le 8 août 2016. Avec cette vidéo le groupe turc a pris sa place dans la lutte contre la transphobie avec un support visuel frappant. Néanmoins, nous pouvons observer de légères traces d’esthétique In-yer-face. Les meurtres des personnes LGBTQI+, en particulier les personnes trans sont constamment invisibilisés dans les médias turcs, les meurtriers sont souvent très peu pénalisés. Continuer la lecture de Les (nouvelles) Représentations des Féminités Dans les Performances de Drag turques : La Vierge Grincheuse et Ses Etme

JANELLE MONAÉ et CINDI MAYWEATHER : DE LA SCIENCE-FICTION À L’AFROFUTURISME

Cet article propose l’analyse d’un type d’imaginaire afrofuturiste au travers des propositions artistiques de la musicienne Janelle Monaé, propositions qu’elle développe depuis 2007. Considérée comme la représentante actuelle de l’afrofuturisme, il est intéressant d’étudier son rapport à la subversion et aux codes science-fictionnels, tout en confrontant son travail à d’autres créateur.rices afrofuturistes, qui tendent plutôt à se détacher des modèles occidentaux.

Continuer la lecture de JANELLE MONAÉ et CINDI MAYWEATHER : DE LA SCIENCE-FICTION À L’AFROFUTURISME

Les réseaux sociaux sont-ils sexistes ?

Cyber-violence et invisibilisation des discours et mouvements féministes sur les réseaux sociaux.

À partir de la lecture du livre Les nouvelles lois du web. Modération et censure de Romain Badouard, publié en 2020 aux éditions du Seuil, ce billet propose une mise en perspective des discours de haine et des discours sexistes afin de comprendre les formes de cyber-violences subies par les femmes. 

Continuer la lecture de Les réseaux sociaux sont-ils sexistes ?

sur la notion de “présence”, le spectateur et l’image immersive.

Le XXe siècle est celui d’un changement de paradigme esthétique dans les différents domaines de la création artistique. Les expérimentations des avant-gardes ont ouvert la porte à une nouvelle notion : celle de l’art comme expérience. La crise de l’objet, (dont il faut préciser qu’elle ne signifie pas sa disparition) étend l’œuvre à l’espace, phénomène qu’Emanuele Quinz considère comme un nouveau paradigme esthétique: celui de l’environnement. Ainsi, “l’œuvre n’est plus l’objet, elle n’est plus contenue dans l’espace, elle devient l’espace.1 Cette expansion à l’espace modifie par la même occasion la relation entre le spectateur et l’œuvre, qui n’est de fait plus face à l’œuvre, mais dans l’œuvre. Ce second paramètre est notamment théorisé par Baptiste Morisot et Estelle Zhong-Mengal dans leur ouvrage Esthétique de la rencontre, qui pose comme hypothèse de départ l’idée que “le phénomène majeur du XXème siècle en art est le changement de paradigme de la réception.”2 L’œuvre d’art dans cette configuration n’est plus un objet de contemplation passive mais un espace à explorer, à expérimenter. Pour Emanuele Quinz donc, le passage de l’objet à l’environnement marque le passage d’une notion de l’espace comme dimension plastique, de la représentation, à une notion expérientielle, de la présentation, ou mieux, de la présence.3

Ce billet sera donc l’occasion d’analyser cette notion de présence, d’explorer les conditions de formation d’un sentiment de présence dans l’oeuvre chez le spectateur, dans le cadre plus précis des environnements et dispositifs immersifs, dont le développement prend sa source dans ce basculement de l’objet à l’espace, et l’émergence des nouvelles technologies numériques à partir des années 1960.

Continuer la lecture de sur la notion de “présence”, le spectateur et l’image immersive.
  1. Emanuele Quinz, Le cercle invisible, “Environnements, systèmes dispositifs”, Ed. Presses du Réel, 2017, p12. []
  2. Baptiste Morisot, Estelle ZHONG MENGUAL, Esthétique de la rencontre, “l’énigme de l’art contemporain”, Ed. Seuil, 2018. []
  3. Emanuele Quinz, op. cité, p12. []

L’affiche publicitaire de parfum : diffusion du rêve et du luxe au cœur de la ville

Cet article se penche sur le cas des affiches publicitaires pour parfums françaises produites entre 1900 et 1960, les années 1950 étant une période de transition vers la photographie à la place de l’illustration. Les affiches sélectionnées pour cette étude sont celles des parfums Joy de Patou, Soir de Paris de Bourjois, Vol de Nuit et L’Heure Bleue de Guerlain, Arpège de Lanvin et L’Origant de Coty. Continuer la lecture de L’affiche publicitaire de parfum : diffusion du rêve et du luxe au cœur de la ville

Des Images secondes

Qu’est-il arrivé pour que les images se retrouvent au milieu de tant de passion et de tension ? Détruire les images semble consolider les belligérants dans leur croyance en « la validité de [leur] foi, de [leur] science »1 et de leur capacité à dénoncer toute personne autoritaire dans un contexte de révolte ou de guerre.

Les images ressemblent à des organismes vivants. Elles se déterminent par leurs fonctions et leurs désirs. Depuis leur création, il y a toujours eu un sentiment à leur égard qui varie entre la croyance et la méfiance. Pourtant, il existe des images distinctives qui représentent « l’angoisse contemporaine » liées à la création d’images et à leur destruction. Nous pouvons dire que ces images (iconoclash2 ) exemplifient “le spectre sensible de l’angoisse”.
Parmi ces images dans le monde arabe, se trouvent les photos/vidéos médiatisées de la chute de la statue de Saddam Hussein en 2003. Le spectacle de sa destruction ressemblait à un rituel qui lui attribue la place d’une icône.

Continuer la lecture de Des Images secondes
  1. Bruno Latour, “Iconoclash”, trad. Fr. A. Tincelin, in B. Latour, Sur le culte moderne des dieux faitiches suivi de Iconoclash, Paris, La découverte, 2009, 135-195, p. 137. []
  2. ibid. []

Les collaborations entre artistes et marques de luxe : une histoire d’images

Nous assistons, depuis un certain temps, à une perméabilité grandissante entre des champs auparavant plus clairement séparés : Des musées utilisent les réseaux sociaux afin de se mettre en avant, utilisant des techniques de communication comparables à celles de certaines marques ; des marques de luxe investissent dans, et investissent, le monde l’art ; quant au monde de l’art actuel, désormais hautement spéculatif, on peut considérer qu’il a fait émerger des artistes sachant faire parler d’eux et sachant « se vendre » à la manière d’une marque, leurs oeuvres en étant les produits. 

Le cas du mot valise « artketing », contraction des unités sémantiques « art » et « marketing » ayant émergée ces vingt dernières années, démontre une nouvelle articulation des rapports protéiformes entre marques et art, rapports qui lui sont néanmoins bien antérieurs. Ce terme générique recouvre au sein d’un champ sémantique large un certain nombre de pratiques telles que le mécénat d’artiste ou d’expositions, la création de fondations d’art par une marque, la collaboration avec des artistes ou designers à des fins de co-création, ou la création et subséquente utilisation de visuels artistiques dans la communication de marque. Les marques du secteur du luxe qui bénéficient à la fois d’un fort patrimoine historique et financier, parfois appelées « maison », prisent tout particulièrement ces démarches d’utilisation ou de ré-appropriation de l’art. 

Les collaborations artistes-marques de luxe paraissent ici intéressantes car relevant d’un double aspect de la notion d’image : celle de l’image comme représentation visuelle, de par les visuels artistiques utilisés (ou facilités dans leur création puis utilisés) par les marques, et « maison », représentation mentale construite à partir de la perception de la marque et de son identité, sensée être symbolique de celle-ci, et particulièrement importantes pour ces maisons. A travers un certain nombre d’exemples, cet article aura pour but de montrer en quoi consistent ces collaborations ainsi que d’expliciter le rapport entre l’image artistique et l’image de marque telles que décrites précédemment. 

Continuer la lecture de Les collaborations entre artistes et marques de luxe : une histoire d’images

Le marketing hospitalier : nouvel enjeu pour les hôpitaux ?

Ce billet sur le marketing hospitalier dans les hôpitaux publics français présente un point sur l’état de la recherche en communication des organisations menés lors d’un Master 2 en communication organisationnelle. 

Le système de soins en France se soumet de plus en en plus à une politique concurrentielle où chaque établissement de santé se doit d’être suffisamment attractif aux yeux des usagers, afin de  maintenir son image de marque, garder sa clientèle, en toucher une nouvelle. Comment procèdent-ils ? En développant notamment le marketing hospitalier. 

L’utilisation de ce terme peut paraître inadaptée dans un secteur comme celui de la santé où la vie des patients est en jeu. Pourtant, ce sont bien les évolutions sociétales, notamment celle de placer le patient, le malade au cœur de la structure de soins qui nous y conduisent progressivement. 

Un nouvel axe de développement pour les hôpitaux : le marketing

 Le marketing hospitalier voit le jour aux Etats-Unis dans les années 1970. Son développement s’avère difficile en raison de sa connotation commerciale et du refus de concevoir la santé comme un marché lucratif. En France, c’est dans les années 1980 que celui-ci se développe. Un groupe de dirigeants hospitalier fondent en 1985 le GRAHM (Groupe de Recherche et d’Application en Marketing Hospitalier). Leur idée est double :

  • On peut appliquer au monde de la santé des outils et des démarches issues du monde industriel. 
  •  Ils sont convaincus que le marketing hospitalier peut être un vecteur de changement et de progrès dans la mesure où il est essentiellement centré sur l’offre.

 Les caractéristiques du marketing hospitalier 

Aujourd’hui, dans le cadre de leur réflexion stratégique, les établissements de santé réfléchissent à se référer au marketing hospitalier en mettant en œuvre des actions spécifiques leur permettant d’améliorer leur attractivité. Le marketing hospitalier s’appuie sur un certain nombre d’outils nécessitant eux aussi une adaptation hospitalière spécifique. 

Au sein d’un Centre Hospitalier, la démarche marketing correspond à la mise en place : 

  • de chambres personnelles et VIP 
  • d’offres d’abonnements à la télévision
  • de matériel high-tech dans les chambres (tablettes numériques, tv…)
  • d’offres de repas « sur mesure »
  • de la décoration / aménagement de la chambre et mobilier haut de gamme 
Une tablette interactive dans une chambre du CHRU de Lille. © Frederik Astier / Andia.fr
La salle d’accouchement avec une baignoire  à remous à l’hôpital de Bayeux.© Ouest-France

Ces aspects visibles se retrouvent donc nécessairement dans les discours qui sont également portés par les institutions. Ainsi, sur les sites web des hôpitaux et dans leur projet d’établissement, il est facile de constater certains éléments dits marketing : 

  • volonté de plaire et par là de se vendre.
  • transmission d’une multitude d’informations (toutes cibles confondues) pour ne rater aucun élément susceptible de plaire
  • utilisation d’un champ lexical du marketing prononcé (croissance, efficacité…) mettant en avant certaines valeurs qui vont séduire le futur patient / client : l’innovation, l’humain, le respect, etc.
  • Mise en ligne de témoignages de patients sur le bon déroulement de leur hospitalisation 

Communiquer au sein de l’hôpital, quelles voies emprunter ?

La communication de l’hôpital est, en quelque sorte, son marketing, et repose d’ailleurs sur trois axes essentiels du marketing :

1 – la construction de la marque de l’hôpital, qui passe par la signalétique et le design d’intérieur mis en place, la construction du logo, des supports de communication avec une charte éditoriale et graphique appropriée, des supports de communication etc.

2 –  La conservation du personnel, qui passe le développement de l’engagement des équipes envers l’hôpital (et sa stratégie). Pour y parvenir, il s’agit de valoriser la connaissance et la reconnaissance des initiatives individuelles et collectives. L’objectif est donc de créer de la cohésion en créant des évènements et en  produisant des journaux internes.

3 – L’attraction du client/patient vers un hôpital plutôt qu’un autre hôpital va reposer sur de la communication externe. La communication externe de l’hôpital permet de créer, développer et entretenir l’image de l’hôpital afin de positionner l’hôpital dans son paysage socio-économique. Sur les supports de communication tels que brochures, site internet, réseaux sociaux, plaquettes de présentation, l’hôpital se positionne pour faire connaître ou reconnaître l’expertise de l’hôpital, son savoir-faire, ses points forts, ses atouts. Cela permet de sensibiliser le public, le fédérer autour de la marque que représente l’hôpital.

Mais les Centres Hospitaliers publics font face à des contraintes qu’ils doivent respecter. En effet, les communicants hospitaliers doivent respecter le cadre légal et la déontologie liés au contexte médical. Comme le disent les textes, ils doivent « informer et non faire de la publicité ». 

Mais alors, comment faire pour valoriser des soins, des services vers l’externe et ainsi faire venir des patients à l’hôpital, sans pour autant tomber dans la publicité ?

La communication et la publicité ont une frontière très ténue. Si la première est autorisée, la seconde est interdite dans le milieu hospitalier. Le dilemme auquel font face les hôpitaux est donc de communiquer sur leur image et leurs activités sans pour autant faire de la publicité.

Tout l’enjeu se porte donc sur le type de discours utilisé. Le message diffusé se doit d’être indicatif et factuel. Prenons un exemple.  « Notre maternité vient d’acquérir un lit chirurgical gynécologique afin de se tenir à la pointe de la technologie  » est un message qui repose sur un fait réel soit l’acquisition de la machine. Il est plus correct à utiliser, plutôt que : « notre maternité dispose désormais d’un lit chirurgical unique dans la région qui vous assurera la meilleure des prises en charge médicale », qui repose sur une comparaison, signifiant clairement que les hôpitaux alentours sont moins performants en la matière… Pour communiquer et ne pas tomber dans l’aspect promotionnel, il s’agirait alors de rendre le discours beaucoup plus humain et factuel.

A l’inverse, dans la société outre Atlantique, la notion de publicité est couramment utilisée et ne dérange pas les structures de soin d’y avoir recours. Les campagnes de communication à visée promotionnelle sont fortement utilisées dans le sens où elles sur-vendent leurs hôpitaux à plusieurs niveaux : leur statut (meilleur hôpital), leur personnel (meilleurs pédiatres) et leurs services : qualité des soins, et services annexes (ordinateur, réseau wifi, téléphonie) disponibles dans les chambres.

Good Samaritan Hospital Medical Center I Cameron Advertising, NY. IN Cameronadvertising. Cameronadvertising.com [en ligne], Cameron Advertising

Cette campagne est en le parfait exemple. On y retrouve le témoignage d’une mère ayant choisi le Good Samaritan pour soigner sa fille, ce qui donne du poids à l’hôpital. Cela donne de la crédibilité à la structure  car les personnes qui souhaiteraient s’y faire hospitaliser sont rassurées. On y perçoit également une jeune fille en tenue d’hôpital dans sa chambre. Elle est épaulée par une médecin. Aussi, les médecins, tout sourire, sont placés en bas de l’affiche et représentent l’hôpital. L’aspect promotionnel est très marqué par les couleurs employées. Cela rappelle certaines campagnes de publicité pour boisson/aliment où les couleurs sont très vives, criardes et incitent indéniablement le récepteur à la regarde…

En France, nous en sommes encore bien loin de campagnes de communication de cet acabit. Cela reste difficile à mettre en place. Représenter le patient par l’image qu’il dégage une fois hospitalisé  est difficile : la maladie, l’hospitalisation, le corps mis à nu et l’intimité bafouée sont autant de facteurs qui modifient l’image qu’une personne se fait d’elle même. 

Sources : 

  1. Dominique CRIE, Daphné SALERNO et Amandine VINCENT, « Vers un marketing hospitalier, attitudes, pratiques et représentations des managers français », revue ? 2004 numéro ? pages ?

  2. Pierre LASCOUMES, « L’usager dans le système de santé : réformateur social ou fiction utile ? », Politiques et management public, vol. 25, 2007, n° 2, pp. 129-144 

  3. Dominique CRIE, « Pourquoi et comment le marketing à l’hôpital ? », Gestions Hospitalières, 2015, n°547, pp. 361-364 
  4. TRIBAULT Géraldine, 23 janvier 2008, « Le marketing en établissements de santé – L’hôpital, une entreprise comme les autres », Hospimedia
  5. ROBILLARD Laetitia, Juillet/Août 2007, « Marketing hospitalier : Un oxymore qui prend sens », Revue hospitalière de France


Les “Portraits Debout” de Frédéric Logez, ou une nouvelle manière de dresser des portraits.

Nous proposons ici de jeter un regard sur une proposition artistique singulière mêlant portrait, biographie, mémoire et bande dessinée, récemment mise en lumière au sein d’une exposition au musée du LaM (Villeneuve d’Ascq) et lors d’une exposition spécifique chez Art to Be Gallery (Lille). 

Continuer la lecture de Les “Portraits Debout” de Frédéric Logez, ou une nouvelle manière de dresser des portraits.

Sciences et cultures du visuel, master 2 de l'université de Lille

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search