Archives de catégorie : genre

Étude critique des dangers du féminisme civilisationnel ; l’exemple de Un féminisme décolonial, par Françoise Vergès

Se présentant comme une critique d’un féminisme1 , que l’auteure appelle féminisme civilisationnel2 , l’ouvrage Un féminisme décolonial3 de Françoise Vergès est une réflexion qui met en exergue la coexistence d’une pluralité de féminismes au sein de l’égide même du féminisme. Ces luttes se traduisent différemment et sont menées et manœuvrées par le biais de processus divergents. Ces féminismes, qui se positionnent en fonction de certaines valeurs, de certaines pensées politiques ou de croyances particulières, peuvent s’opposer les uns aux autres, et parfois même, un féminisme peut desservir une communauté, niant l’égalité des droits de certain·e·s. Françoise Vergès4 manifeste sa position en contestant la notion de vague par exemple, qui suggère que le féminisme aurait pris racine au moment où les femmes occidentales se sont emparées de ce mouvement. Continuer la lecture de Étude critique des dangers du féminisme civilisationnel ; l’exemple de Un féminisme décolonial, par Françoise Vergès

  1. Nous préciserons ici l’un des féminismes étant donné que Françoise Vergès théorise tout au long de son ouvrage qu’il existe non pas un, mais bien plusieurs féminismes, du moins, qu’il existe différents “branchages” de féminismes. De cette façon, elle soulève les disparités présentes au sein du mouvement féministe lui-même, et la manière dont certains féminismes peuvent desservir la cause. []
  2. Françoise VERGÈS, Un féminisme décolonial, Paris, La Fabrique, 2019, p. 12. []
  3.   Françoise VERGÈS, Un féminisme décolonial, Paris, La Fabrique, 2019. []
  4. Pour cerner un peu plus les analyses de Françoise Vergès, il est rappelé sur la quatrième de couverture que « Françoise Vergès est une féministe anti-raciste, présidente de l’association « Décoloniser les arts », [elle est] l’auteure de plusieurs ouvrages et articles en français et en anglais sur l’esclavage colonial, le féminisme, la réparation, le musée.» Même si cette description dépeint de loin les qualités et accomplissements de Françoise Vergès, nous préciserons également qu’elle grandit à la Réunion ( – « Claude Vergès-Lopez décorée de la Légion d’Honneur », Témoignages,‎ 14 mars 2009. [En ligne]. URL : [https://www.temoignages.re/international/monde/claude-verges-lopez-decoree-de-la-legion-d-honneur,35648] – ., poursuivant les combats menés par ses parents avant elle. Françoise Vergès est également la nièce du célèbre avocat Jacques Vergès, qui défend et milite pour la justice du FLN, Front de Libération National, un parti politique algérien qui prend racine en 1954 au nom d’une lutte contre l’empire colonial français. Elle vit en Algérie chez son oncle afin d’y consacrer son année de terminale au lycée Descartes d’Alger, nourrissant son admiration pour le combat de son oncle ( – SIMON Patrick et LUSTE BOULBINA Seloua, « Une initiation décoloniale. Entretien avec Françoise Vergès », Mouvements, 2012/4 (n° 72), p. 143-156. [En ligne]. URL : [https://www.cairn.info/revue-mouvements-2012-4-page-143.htm] – ). Ces informations m’ont permis de comprendre, à titre plus personnel, les raisons de ses luttes, la ferveur et la dévotion qui l’animent. []

Les (nouvelles) Représentations des Féminités Dans les Performances de Drag turques : La Vierge Grincheuse et Ses Etme

Contextualisation du climat socio-politique

La Chanson “Ses Etme” est sortie avec l’album Altust d’Athena le 11 novembre 2014, un groupe de Ska Punk, Rock turc. Le clip est sorti le 4 Octobre 2016, suite à la hausse des violences envers les femmes trans en Turquie, qui a déclenché un mouvement contre la transphobie surtout après la mort d’une femme trans, Hande Kader, brulée vive le 8 août 2016. Avec cette vidéo le groupe turc a pris sa place dans la lutte contre la transphobie avec un support visuel frappant. Néanmoins, nous pouvons observer de légères traces d’esthétique In-yer-face. Les meurtres des personnes LGBTQI+, en particulier les personnes trans sont constamment invisibilisés dans les médias turcs, les meurtriers sont souvent très peu pénalisés. Continuer la lecture de Les (nouvelles) Représentations des Féminités Dans les Performances de Drag turques : La Vierge Grincheuse et Ses Etme

Les réseaux sociaux sont-ils sexistes ?

Cyber-violence et invisibilisation des discours et mouvements féministes sur les réseaux sociaux.

À partir de la lecture du livre Les nouvelles lois du web. Modération et censure de Romain Badouard, publié en 2020 aux éditions du Seuil, ce billet propose une mise en perspective des discours de haine et des discours sexistes afin de comprendre les formes de cyber-violences subies par les femmes. 

Continuer la lecture de Les réseaux sociaux sont-ils sexistes ?

Un Sujet Sang Cible

 

Les règles sont intimement liées à mon sujet de recherche.
Sans mauvais jeu de mots ; l’imagerie et le tabou qui entoure le cycle menstruel fait partie de ces choses dont on ne veut pas parler, que l’on n’ose pas aborder et sur lesquelles nous manquons cruellement d’informations.

Pour y remédier voici trois ouvrages. Tous parus en 2017, respectivement en janvier, février et avril.

De gauche à droite, classés par date de parution:

THIÉBAUT, Élise, Ceci est mon sang : Petite histoire des règles, de celles qui en ont et de ceux qui les font,
Paris, La Découverte, 2017.
EMMANUELLE, Camille, Sang tabou : Essais intime, social et culturel sur les règles,
Paris, La Musardine, 2017.
PARKER, Jack, Le grand mystère des règles,
Paris, Flammarion, 2017.

Respectivement écrits par Élise Thiébaut, signalétitienne et auteure de cinq ouvrages traitant de sujets tels que les violences faites aux femmes, l’excision ou la place en politique de la gent féminine ; Camille Emmanuelle, auteure de nombreux article et de six ouvrages traitant de sexualité et de libération des tabous ; Jack Parker, auteure de nombreuse contributions sur des plate-formes comme Mademoizelle, blogueuse à l’origine du phénomène « Passion menstrues » décliné sur divers réseaux sociaux comme Instagram ou Facebook.

De nombreux points de convergences réunissent ces ouvrages : partage d’expériences personnelles, témoignages, des informations concernant les protections menstruelles, l’exploration des mythes (avec une prédilection pour Pline et son histoire naturelle et l’influence des religions), des idées reçues (odeur, sexualité), la domination par la société patriarcale, la douleur

Ces trois ouvrages présentent trois différents niveaux de lecture et trois personnalités bien distinctes liées à la plume de leurs autrices.

Dans Ceci est mon sang, Élise Thiébaut aborde les choses de manière plus sociologique et commence donc par cette notion de passage à l’age adulte et de cette fameuse gifle que l’on reçoit lorsqu’on l’annonce. Sa réflexion évolue, au delà des observations biologiques, autour de l’implication sociale qu’implique le fait d’avoir ses règles. Son écriture, empreinte de féminisme, franche, mêle investigation et humour. Cependant l’ouvrage reste centré sur la question des femmes biologiques, cisgenres. Cet ouvrage s’adresse plus facilement à un public déjà initié ou en tout cas, prêt à s’impliquer dans la lecture attentive de sa prose pleine de références passionnantes et imagées.

Camille Emanuelle, entame son récit, Sang (sans) tabou, par une sorte de « mise au point » pour le lecteur rappelant certaines origines du tabou qu’entoure les règles. Elle emmène ensuite le lecteur à s’interroger sur les différents sujets cités plus haut à travers le partage de sa propre histoire. Fidèle à son style direct et parfois acéré n’épargne aucune des entraves tissées par les « on dit », l’imaginaire développé par la publicité. Plus important, elle insiste sur la nécessité d’inclure les hommes dans ce travail de déconstruction. Même s’il y a là encore un confinement à la vision binaire des menstrues, dans cette ouvrage l’importance d’un travail commun ressort un peu plus que chez sa précédente consœur. Sang Tabou peut ainsi être recommandé à un grand nombre de personnes (sous couvert d’un minimum d’intérêt pour le sujet encore une fois), la gouaille de l’autrice ayant tendance à vous emporter dans son récit et créant le lien.

Je me pencherais un peu plus sur le dernier ouvrage.


Son intérêt tient dans la diversité des activités de son autrice qui alimentent l’imagerie des règles à travers sa pratique sur la toile. Le ton enthousiaste et volontairement dédramatisant semble adapté à tous types de publics. Pour soi, entant que personne « réglée » ou non, pour les parents, les grands-parents ; à partir de la prépuberté cet ouvrage pourrait être d’une grande aide afin de déconstruire de nombreux préjugés. Le grand mystère des règles est un ouvrage à adresser au plus grand nombre. Écrit dans un style fluide et relevant plus de la discussion avec le lecteur que de la dissertation, il contient à la fois informations pratiques et anecdotes utiles avec une place faites aux grands oubliés que sont les femmes cisgenres n’ayant pas de règles, les personnes transidentitaires ou de genre fluide.

capture d’écran,
jeune activiste trans “les règles ne concernent pas que les femmes”

 


À défaut d’utiliser une écriture inclusive, l’auteure parle presque tout au long du livre de « personnes » et non de « femmes », en cela, son discours reste le moins genré des trois, bien que les illustrations tendent à montrer des corps aux attributs féminins.
Le point fort de cet ouvrage, à défaut d’être de plus sérieux, est d’avoir su traiter des sujets communs avec une approche et un discours très accessible. De plus, il s’inscrit dans une démarche imagée, à travers les pages ornées par Madel Floyd, à travers la diffusions d’images sur les réseaux sociaux et même à travers sa couverture qui se détache des autres.

Ce dernier point stimule ma réflexion car cette approche se rapproche des « nouvelles images » de la vulve et semble s’inscrire dans cette recherche d’un schéma de vulve.

Avez-vous lu ces ouvrages ?
Que pensez-vous de tant de tapage pour une histoire de ragnagnas ?


Pour aller plus loin :

Une critique – La causerie Littéraire : Sang Tabou
http://www.lacauselitteraire.fr/a-propos-de-sang-tabou-essai-intime-social-et-culturel-sur-les-regles-camille-emmanuelle-par-michel-host

Une présentation par l’éditeur – Ceci est mon sang
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Ceci_est_mon_sang-9782707192929.html

Passion Menstrues
https://passionmenstrues.com/author/jackxparker/

https://www.facebook.com/passionmenstrues/

https://www.instagram.com/jackxparker/?hl=fr

Les réseaux sociaux, galeries aux fenêtres ouvertes

 

En explorant la question “comment perçoit-on les images de vulves?”, il a fallu en premier lieu trouver ces images.

On pouvait raisonnablement s’attendre à des images classées pornographiques, des images médicales, pathologiques vraisemblablement, elles sont généralement plus pertinentes, plus subjectivement des images reconnues comme œuvres d’art (comme L’Origine du Monde de Courbet ). Elles existent. Elles sont présentes, c’est un fait. Mais il existe depuis quelques années une prolifération de productions qui semblent échapper à ces cases (nous avons pu le constater à travers les nouveaux cahiers de coloriages) et ce sont sur les réseaux sociaux que se développe et se relaye cette nouvelle imagerie.

En les cherchant par mots clés, hashtags (#vulve, #vulva) sur ces terrains, nul doute que vous trouverez des réponses en adéquation avec votre question.

capture d’écran Instagram suite à une recherche par mot clé

échantillon de résultats

La banalisation de certains sujets touchant à la vulve autrefois gardés sous silence  pousse des sites d’informations généralistes à se pencher sur le sujet. Afin d’illustrer leurs propos, ils puisent alors dans le champs des possibilités mis à leur disposition par les créateurs d’images qui les partagent publiquement.  Ces images sont exposées et potentiellement visibles pour les milliers d’abonnés. Les utilisateurs réguliers de ces réseaux sociaux sont donc susceptibles de rencontrer ces images sans pour autant les rechercher, à travers les suggestions du site, les partages des amis ou des pages suivies.

capture d’écran
Facebook
Exemple du site “Kombini” utilisant des images provenant du compte Instagrame de @thevulvagallery

Ce qui peut mener le lecteur à découvrir son travail

et même se familiariser avec des notions qui lui étaient alors inconnues

Nous pouvons d’ailleurs être amené à sous estimer la portée des images d’Istagram (pour se concentrer sur cet exemple).

Il était évident à mes yeux que travailler sur le sujet signifiait s’impliquer dans ce travail de création et de partage. Et c’est ainsi que j’ai eu la surprise de retrouver, au détour d’une page d’un moteur de recherche parmi les autres “graffitis de vulves” ceci:

image personnelle montrant la broche confectionnée par mes soins portée

capture d’écran personnelle

capture d’écran de ma page Instagram

Je n’avais pas envisagé une seconde que les images, d’amateur, que je partageais surtout à destination de mon entourage et des personnes intéressées par mon travail se retrouveraient ainsi fondues dans l’océan que représente ces multiples vulves. En alimentant son imagerie contemporaine, la vulve sort ainsi totalement des anciens schémas auxquels elle était cantonnée.

De chair, de papier glacé, en feutrine, brodée, multiple, protéiforme, amatrice, professionnelle, artistique, revendicative, sa plasticité semble sans fin.

Quelles limites peut on lui imposer? 

Et vous, que pensez vous de ces nouvelles images?
Les connaissiez-vous?

Images de vulves: tabou?

 

La vulve, lorsque son nom châtié est prononcé, s’associe volontiers à la gynécologie, l’érotisme ou la pornographie.

Et si d’autres imageries étaient possibles?

Peut-ont faire entrer la vulve dans notre quotidien au même titre que le phallus qui orne souvent les bancs public?

CY, Le vrai sexe de la vraie vie, Villeurbanne, Editions Lapin, 2016.

Après avoir raconté sous forme de d’histoires courtes les péripéties de différents inconnus, l’artiste
Cy publie ce premier recueil.
Le principe est simple : montrer ce qui peut se passer dans une
chambre à coucher ( et d’autres lieux ) entre une, deux ou plus de personnes. Le but étant d’intégrer au sein de l’ouvrage tout types de relations, de situations, sans idéalisation.
Pas de censure, ni dans la trame ni dans le dessin, les corps de dévoilent, uniques, les organes génitaux également, sans
tabou et sans complexe.

 

Partie du constat  que le porno ne lui convenait pas, elle dessinait dans un petit carnet sa vision de la sexualité. Et en se rendant compte qu’un tabou entourait ce sujet. Il ne lui en fallut pas plus pour creuser l’idée.

 

CHAUD! La tête des gens quand tu leur dis que tu écris sur le sexe ? Un aperçu du vrai sexe de la vraie vie ? Ce sera comment le sexe dans 500 ans ?L'illustratrice CY répond à nos questions en dessins caliente

Publié par Konbini sur samedi 12 août 2017

[…] Ce que je dessine le plus souvent,
ce sont des chattes… et des zgegs, faut pas déconner, quand même ! Je dessine des pénis
et des vulves. Allez tant qu’à faire je vais vous faire un tuto ! Parce qu’en fait, on sait très bien dessiner un zgeg, clairement on fait ça comme ça, là. En plus on le fait de manière
« content, très souvent. Mais très souvent, on ne sait pas dessiner dignement des chattes.
On fait la forme, ça fait une espèce de forme d’ovale. On place le clitoris, le grand oublié. En –
suite, on fait les grandes lèvres, puis les petites lèvres. Et après, tu l’agrémentes : ça veut
dire que doit tu lui fais le ticket de métro, soit tu lui fait YOLO, et après tu fais comme tu le
sens, quoi ! Soit sans rien, as you want ! Voilà ! […]

Et vous, qu’en pensez-vous? 
La vulve: tabou ou pas tabou?

Colorier pour mieux se rencontrer

Ces dernières années ont vu fleurir sur les étagère des librairies toutes sortes de cahiers de coloriage à destination des adultes. Mandalas apaisant, animaux exotiques, fleurs décoratives, les thèmes sont déclinés à l’infini.
Ils sont associés au vaste champs de l’art thérapie.
Leur but: induire la détente, l’aménagement de temps calmes par le biais d’une activité créative accessible au plus grand nombre.

Mais il existe, depuis 1982, date de la première édition du Cunt Coloring Book de Corinne Tee, des cahiers de coloriage aussi récréatifs qu’instructifs.
Le but? Donner une visibilité à la diversité des entre-jambes sans complexe ni honte dans la joie et l’auto-dérision.

Les vulves sont ainsi sorties de leur contextes médical ou sexué. Elles te transforment en motifs que l’on va orner à sa guise en constatant leur diversité.

Cependant, force est de constater que ces ouvrage ne sont pas à la portée de tous, toutes et des autres. Les milieux militants qemblent participer plus activement à leur diffusion (Cunt Colorinfg Book de C. Tee visible à Notre Dame des Landes, Vulves à parer créé par le centre LGBTQIF+ de Lille Le J’en Suis J’y Reste, les autres ne sont trouvables qu’outre Manche voire outre Atlantique).

La question se pose, quelle thérapeutique distille ces cahiers?
Une simple détente par le rire et la création ou plus profondément, l’idée de s’accepter tel.le.s que nous sommes?

 

CORINNE, Tee, Cunt Cooring Book, San Francisco, Last Gasp, 2016² [1988].

J’EN SUIS J’Y RESTE, Des vulves à parer de couleurs…, Lille, Editions J’en Suis J’y Reste,
2012.

BLUE, Elly (éd.), The post-structuralist vulva coloring book, Portland, Microcosm Publishing,
2016.

BROOKS, H. L., The Yoni Coloring Book:For Your Inner and Outer Goddess, New-York,
Weatherhill, 2016.