Archives de catégorie : Art

Manuel Bolaño : La spectacularisation de la blessure

Dans le contexte actuel, il semblerait que l’innovation et la surprise priment et le monde de la mode n’y fait pas exception. Depuis plusieurs décennies maintenant, les designers de mode se surpassent et font de leurs défilés des performances artistiques. Les défilés sont devenus un art vivant. Ceux-ci s’installent réellement comme spectacle à partir des années 1980. Nous pouvons citer Jean-Paul Gaultier, Thierry Mugler, Vivienne Westwood ou encore Alexander McQueen comme grandes figures du défilé pensé comme performance artistique. Plus que tout autre créateur, on pense d’abord au belge Martin Margiela qui assume pleinement le lien entre défilé et performance, et ce, depuis son tout premier défilé en 1989 ; où il fit marcher ses mannequins dans de la peinture rouge pour laisser des traces tout au long du podium.

Alexander McQueen, grand pionnier des défilés-performances, ouvre le bal aux extravagances, notamment avec son défilé printemps-été de 1999. Son défilé se clôture sur le top model Shalom Harlow, immobile sur une plateforme tournante et deux robots de part et d’autre, projetant de la peinture sur une robe blanche immaculée. Depuis 1999, l’artiste se démarque et repousse les limites de ses shows. Mannequins dans des boîtes en plexiglas, démarches obstruées par des formes métalliques et bien d’autres choix esthétiques qui mettent les collections au second plan. Ce choix de spectacularisation des défilés sert de support pour transmettre une idée, un message. Le défilé et le corps deviennent alors des médiums de diffusion.

Tandis que les défilés-performances deviennent une chose courante, une nouvelle surprise se profile dans le monde de la mode : Manuel Bolaño.  Empruntant le même chemin que McQueen et Westwood, il suscite la surprise générale à Barcelone et ceci à deux reprises.

Continuer la lecture de Manuel Bolaño : La spectacularisation de la blessure

Alix cléo roubaud : la photographie au service de reflexions sur le temps, le corps et la mort

« tiré épreuve des cyprès de St-Felix. Prise la nuit avec ouverture de 01-15 minutes. Légère oscillation de bas en haut de l’appareil due sans doute à ma respiration ».1

Journal, Alix Cléo Roubaud, le 20 novembre 1980. 


Ce sont les mots employés par Alix Cléo Roubaud au sujet de sa photographie 15 minutes la nuit au rythme de la respiration. Ce cliché où nous peinons à discerner le paysage en raison de son flou résulte de la respiration de l’artiste. Elle se serait allongée nue face à ces cyprès, laissant l’appareil ouvert plusieurs minutes en le posant sur sa poitrine. Véritable « autoportrait par le souffle »2 d’après Héléne Giannecchini, ce cliché nous invite à entrer dans l’intimité de l’artiste en nous dévoilant, d’une manière assez inédite, son corps malade. Depuis son plus jeune âge elle souffre d’asthme aigu, des problèmes de santé qui la condamnait à mourir précocement, elle s’éteindra à l’âge de ses 31 ans suite à une embolie pulmonaire. Bien plus qu’une simple photographie d’un paysage flou, « ce saisissant paysage bougé réunit le vécu de la photographe (Alix Cléo Roubaud allongée par terre face à une haie de cyprès) et ses réflexions conceptuelles ».3 Le travail d’Alix Cléo Roubaud est marqué par des réflexions liées à sa pratique photographique mais aussi par des des réflexions sur le temps, le corps et la mort, thèmes abordés tout au long de son œuvre. 
Continuer la lecture de Alix cléo roubaud : la photographie au service de reflexions sur le temps, le corps et la mort

  1. T. (2017, 13 juin). Quinze minutes la nuit au rythme de la respiration – L’influx. L’influx. http://www.linflux.com/art/focale/quinze-minutes-nuit-rythme-de-respiration/ []
  2. Rouges, L. (2019, 16 septembre). Alix Cléo Roubaud, ou le petit Wittgenstein photographique. Amateur d’art. https://www.lemonde.fr/blog/lunettesrouges/2014/11/10/alix-cleo-roubaud-ou-le-petit-wittgenstein-photographique/ []
  3. Cassigneul, A. (2015, 24 juin). Le diamant noir. La Vie des idées. ISSN : 2105-3030 https://laviedesidees.fr/Le-diamant-noir.html []

“IMAGES MISES EN SCÈNE?”

RAINHO, Maria do Carmo Teixeira. “Imagens encenadas? Atos performativos e construção de sujeitos nas fotografias de moda”. Estudos Ibero-Americanos, [Portugais] vol. 44, p. 28-40, 2018.

La photographie de mode est vue comme frivole et centrée sur les apparences, ce qui en fait un sujet moins facilement valide pour les recherches académiques. Ce n’est pas facile de trouver des références qui ont la photographie de mode comme sujet principal. Néanmoins, elle fait plus que vendre des vêtements, elle transmet des messages et des concepts à des millions des personnes qui la voient dans les réseaux sociaux, les magazines, les catalogues. Depuis les années 60, une relation a été initiée entre la photographie de mode et l’art et, grâce à cela, une ouverture a été possible pour la création et l’expérimentation qui ont donné à la photographie de mode une autonomie et la possibilité de parler de sujets divers et même polémiques, malgré la frivolité apparente du genre. Continuer la lecture de “IMAGES MISES EN SCÈNE?”

La visualité du concert, de l’image classique de retransmission à l’image spectaculaire : Vers une médiatisation visuelle des concerts

Réflexion sur les problématiques de visibilité dans les grandes salles et sur l’adaptation ou l’évolution de la dimension visuelle du live qui entretient un lien étroit avec sa médiatisation

De nos jours, la musique devient de plus en plus rattachée à la représentation visuelle en suivant l’évolution des avancées technologiques qui permettent de fournir des images suffisamment adaptées aux événements.

FIGURE A

 

Cela est notamment visible dans la construction de salles de concert gigantesques ou d’aménagement de lieux, non spécifiques à ce type de représentation, dans le but de les recevoir occasionnellement comme dans le cas des stades ou des hippodromes par exemple. En 1969, l’un des plus grands festivals ayant marqué l’histoire eut lieu sur des terres agricoles dans la campagne de l’État de New York : Woodstock. Environ 500 000 personnes sont venues vivre une expérience dont les conditions étaient en grande partie peu adaptées pour un tel événement, mais les artistes ont tout de même réussi à se produire face au public. Cependant, comme on peut le voir sur la Figure A ci-dessus, la foule était d’une telle immensité qu’il devait être presque impossible d’entendre le son et de voir les musiciens pour le public qui se situait à une centaine de mètres d’une scène, dont la technologie manquait largement de puissance pour fournir une diffusion appropriée.

Aujourd’hui, l’évolution de la technique, qu’elle soit sur le plan sonore ou visuel, s’est grandement développée pour offrir à une foule les moyens de percevoir un concert même lorsque la distance entre la scène et le dernier rang du public est grande. Ainsi, l’amélioration des micros et des enceintes permet une diffusion par amplification beaucoup plus vaste, et l’installation d’écrans géants rend la visibilité possible de loin, comme en haut à gauche et à droite de la Figure B ci-dessous du concert du groupe de Hard Rock Iron Maiden à la salle de Paris Bercy en 2011.

FIGURE B

Continuer la lecture de La visualité du concert, de l’image classique de retransmission à l’image spectaculaire : Vers une médiatisation visuelle des concerts

Les (nouvelles) Représentations des Féminités Dans les Performances de Drag turques : La Vierge Grincheuse et Ses Etme

Contextualisation du climat socio-politique

La Chanson “Ses Etme” est sortie avec l’album Altust d’Athena le 11 novembre 2014, un groupe de Ska Punk, Rock turc. Le clip est sorti le 4 Octobre 2016, suite à la hausse des violences envers les femmes trans en Turquie, qui a déclenché un mouvement contre la transphobie surtout après la mort d’une femme trans, Hande Kader, brulée vive le 8 août 2016. Avec cette vidéo le groupe turc a pris sa place dans la lutte contre la transphobie avec un support visuel frappant. Néanmoins, nous pouvons observer de légères traces d’esthétique In-yer-face. Les meurtres des personnes LGBTQI+, en particulier les personnes trans sont constamment invisibilisés dans les médias turcs, les meurtriers sont souvent très peu pénalisés. Continuer la lecture de Les (nouvelles) Représentations des Féminités Dans les Performances de Drag turques : La Vierge Grincheuse et Ses Etme

JANELLE MONAÉ et CINDI MAYWEATHER : DE LA SCIENCE-FICTION À L’AFROFUTURISME

Cet article propose l’analyse d’un type d’imaginaire afrofuturiste au travers des propositions artistiques de la musicienne Janelle Monaé, propositions qu’elle développe depuis 2007. Considérée comme la représentante actuelle de l’afrofuturisme, il est intéressant d’étudier son rapport à la subversion et aux codes science-fictionnels, tout en confrontant son travail à d’autres créateur.rices afrofuturistes, qui tendent plutôt à se détacher des modèles occidentaux.

Continuer la lecture de JANELLE MONAÉ et CINDI MAYWEATHER : DE LA SCIENCE-FICTION À L’AFROFUTURISME

sur la notion de “présence”, le spectateur et l’image immersive.

Le XXe siècle est celui d’un changement de paradigme esthétique dans les différents domaines de la création artistique. Les expérimentations des avant-gardes ont ouvert la porte à une nouvelle notion : celle de l’art comme expérience. La crise de l’objet, (dont il faut préciser qu’elle ne signifie pas sa disparition) étend l’œuvre à l’espace, phénomène qu’Emanuele Quinz considère comme un nouveau paradigme esthétique: celui de l’environnement. Ainsi, “l’œuvre n’est plus l’objet, elle n’est plus contenue dans l’espace, elle devient l’espace.1 Cette expansion à l’espace modifie par la même occasion la relation entre le spectateur et l’œuvre, qui n’est de fait plus face à l’œuvre, mais dans l’œuvre. Ce second paramètre est notamment théorisé par Baptiste Morisot et Estelle Zhong-Mengal dans leur ouvrage Esthétique de la rencontre, qui pose comme hypothèse de départ l’idée que “le phénomène majeur du XXème siècle en art est le changement de paradigme de la réception.”2 L’œuvre d’art dans cette configuration n’est plus un objet de contemplation passive mais un espace à explorer, à expérimenter. Pour Emanuele Quinz donc, le passage de l’objet à l’environnement marque le passage d’une notion de l’espace comme dimension plastique, de la représentation, à une notion expérientielle, de la présentation, ou mieux, de la présence.3

Ce billet sera donc l’occasion d’analyser cette notion de présence, d’explorer les conditions de formation d’un sentiment de présence dans l’oeuvre chez le spectateur, dans le cadre plus précis des environnements et dispositifs immersifs, dont le développement prend sa source dans ce basculement de l’objet à l’espace, et l’émergence des nouvelles technologies numériques à partir des années 1960.

Continuer la lecture de sur la notion de “présence”, le spectateur et l’image immersive.
  1. Emanuele Quinz, Le cercle invisible, “Environnements, systèmes dispositifs”, Ed. Presses du Réel, 2017, p12. []
  2. Baptiste Morisot, Estelle ZHONG MENGUAL, Esthétique de la rencontre, “l’énigme de l’art contemporain”, Ed. Seuil, 2018. []
  3. Emanuele Quinz, op. cité, p12. []

La sociologie de la réception : une autre façon de penser l’image et son spectateur

En 1991, les sociologues Jean-Claude Passeron et Emmanuel Pedler publient Le temps donné aux tableaux. Compte-rendu d’une enquête au Musée Granet, qui conceptualise et met en pratique un nouveau type de sociologie : la sociologie de la réception. Souvent cité depuis – l’introduction générale, courte mais théoriquement très riche, étant aussi l’un des chapitres de Le raisonnement sociologique de Passeron, paru la même année –, l’ouvrage a permis l’avènement d’une façon de penser la réception inédite, et qui se prolonge encore de nos jours, la méthodologie et ses outils ayant certes évolué mais dont les principes ont conservé leur pertinence.

Continuer la lecture de La sociologie de la réception : une autre façon de penser l’image et son spectateur

** Open Museum ** 2017 – Alain Passard au Musée des Beaux-Arts de Lille

Les collages d’Alain Passard

Le principe de l’ Open Museum du Palais des Beaux-Arts à Lille est d’inviter des personnalités, étrangers au monde académique, et ainsi leurs permettre de dialoguer avec les collections du musée,  afin d’exposer aux visiteur une vision personnelle et inattendue.

Lors des dernières éditions, le public fut plutôt réceptif et l’affluence au rendez-vous. Cet exercice a peut-être a l’avantage d’attirer un public nouveau, selon la popularité des intervenants, je pense par exemple à Zep l’illustrateur de la B.D Titeuf.

 

Du 8 avril au 16 juillet 2017, la quatrième édition de l’Open Museum a séduit plus de 60 000 personnes.  source : article de la Voix du Nord,  http://www.lavoixdunord.fr/193868/article/2017-07-18/avec-le-chef-alain-passard-plus-de-60-000-visiteurs-se-sont-regales-au-musee 

Dans cette carte blanche, la proposition du chef français Alain Passard  est d’inviter le public à une incursion dans son univers au travers d’une sélection d’œuvres essentiellement contemporaines, en lien avec les collections du musée. Le parcours ne cesse de changer de rythmes, d’époques, de médium et a comme objectif de visuellement légitimer ce postulat :  la cuisine est un art et le cuisinier un artiste.  Cette quatrième version de l’Open Museum de Lille explore ainsi  les thèmes des jardins et saisons, en explorant le métier de cuisinier. Ce festin visuel a pour vocation d’éveiller les sens, et surtout nourrir notre gourmandise.

Dans cet Open Museum, Alain Passard proclame que le cuisinier est doté de la même sensibilité que l’artiste. Il développe tout le long de sa vie un apprentissage des cinq sens. Son inspiration se mesure au vivant, et les légumes, les fruits de terre et de mer exigent connaissances et maîtrise pour être modifiés, magnifiés et offert aux yeux, et aux papilles des consommateurs.Le chef se perçoit à la fois comme un artisan, un sculpteur, un musicien, et un peintre. 

 

Avis personnel de visite :

Le chef a une pratique artistique, et expose ses propres oeuvres, comme le grand homard en bronze situé à l’entrée du parcours, Tango à Chausey , cette oeuvre suspendue qui nous accueille, est censé immortaliser la découpe en aiguillette d’un plat de homard ayant fait sa renommée dans les années 90. Réalisée à la fonderie du musée Rodin, dont le musée est situé en face du restaurant du chef, l’Arpège, on comprend ici que le chef cherche une certaine légitimité de son travail artistique, et crée un lien entre deux patrimoines, celui de l’histoire de l’art, et de la gastronomie française.

source de l’image : https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-culture-de-la-matinale/alain-passard-le-cuisinier-qui-reveille-le-palais

 

Une fois que l’on passe cette grande sculpture de homard, réalisée par le chef lui-même, on tombe dans l’atrium sur Les Marmites enragées de l’artiste Pilar Albarracín.

source de l’image : https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-culture-de-la-matinale/alain-passard-le-cuisinier-qui-reveille-le-palais

Il s’agit comme une sorte de rappel que même si le lieu est un espace sérieux de diffusion culturelle, il ne manque néanmoins pas de place pour l’humour et une certaine distance avec le monde des ‘Beaux-Arts’. Et c’est aussi rappeler que la cuisine, si considérée comme un art, est visuel, olfactive, auditive, et gustative ( même si pas ici, on ne mange pas au musée tout de même ).

Lorsque l’on poursuit la visite, entre les oeuvres de la collections des Beaux-Arts, et les collages, sculptures, et nombreuses oeuvres d’art contemporain, les connexions semblent quelques fois difficiles à réaliser. L’ambiance est plaisante, colorée, décalée certes, mais laisse peut-être le visiteur un peu dubitatif quant aux liens qu’entretiennent les pièces exposées et l’art, la gastronomie.

Peut-être de part ma formation en Histoire de l’art, les oeuvres plus classiquement figuratives  comme les nombreuses natures mortes montrant  des compositions  de fruits, légumes, charcuteries, et vaisselles aux reflets chatoyants, semblent évidemment davantage coller au thème. 

Le montage  vidéo du Gobelet d’Argent de l’artiste français  Jean Siméon Chardin ( 18e )avec le chef lui-même dans sa cuisine grâce à un habile jeu de reflets, anime joliment un tableau du maître de la cuisine en peinture. J’ai également bien aimé l’installation  au sous-sol où le couloir est habillé d’anciens menus de restaurants, dont par exemple un ancien restaurant de Lille ‘le Tigre’, où les plats et leur description, et de drôles de détails comme le ‘beurre en supplément payant’,  témoignent d’une consommation et d’un comportement alimentaire inscrits dans son époque, à la manière d’un objet archéologique. 

Cependant pour la plupart, les associations d’oeuvres contemporaines, très éclectique, ne me paraissent pas très intuitives. Ma visite m’a laissé avec une petite sensation  de trop peu. Cette sensation s’explique peut-être aussi, car après avoir entendu, lu, et vu de nombreuses contributions d’Alain Passard dans le cadre de mes recherches, que je trouve légèrement pompeux et arrogant, je pense que ma visite n’était pas tout à fait objective.

Collectionneurs Privés et Art Vidéo : questions posées par le médium

« Comment vendre l’art vidéo ? », Le Petit Salon, France Culture, 14.09.2016, animé par Lucile Commeaux et Xavier Martinet

Intervenants :
Corrine Rondeau – Critique d’art et maître de conférence en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes
Frédéric Bonnet – Architecte et urbaniste, lauréat du Grand Prix de l’Urbanisme en 2014

La chronique « Le Petit Salon », diffusée sur France Culture, traite quotidiennement de l’actualité culturelle. Le 14 Septembre 2016, suite aux premières assises de la CIPAC (Fédération des Professionnels de l’Art Contemporain) dont l’une des questions soulevées étaient « Les œuvres dans les collections d’art contemporain : Acquérir, numériser, conserver et restaurer les œuvres d’art audiovisuelles », l’émission a choisi de traiter la question « Comment vendre l’art vidéo ? », en soulevant des problématiques contemporaines au médium. Le débat de l’émission nous propose, de manière plus ou moins approfondie, de faire le point sur les problématiques que posent la vidéo dans le marché de l’art aujourd’hui. Elle est un bon point de départ aux réflexions qui peuvent jaillir quand on aborde la question de l’art vidéo, notamment dans l’acquisition par les collectionneurs privés. Les différents arguments soulevés dans l’émission concernent l’exposition, la conservation, la reproductibilité, la dématérialisation du support mais aussi la question du plaisir, en comparaison à d’autres images.

La question de l’exposition se pose d’abord au moment de la monstration d’une œuvre vidéo dans un lieu de vente (galerie ou foire d’art contemporain), mais également chez l’acquéreur : quel dispositif faut-il mettre en place pour diffuser l’œuvre chez soi ? À quel moment faut-il allumer ou éteindre l’œuvre ? Ces problématiques renvoient directement à la nature même du médium, qui possède une temporalité intrinsèque et qui impose donc une temporalité au spectateur, qui ne peut pas se laisser oublier comme une photographie ou un tableau que l’on accrocherait chez soi car il faut se rappeler que l’on possède l’œuvre pour choisir de l’allumer ou l’éteindre.

La conservation est également une notion importante pour l’exposition d’art vidéo, en cause notamment les formats labiles, les supports rendus obsolètes par le progrès technologique (Betamax, VHS, DVD) et la durée de vie estimée des supports numériques (“Révolution numérique, et si le cinéma perdait la mémoire”, colloque organisé par la Cinémathèque Française, 2011). Pour toutes ces raisons, acquérir une œuvre vidéo est synonyme d’incertitude et nécessite un investissement dans des frais de maintenance.

La reproductibilité, le fait que l’œuvre peut posséder une multitude de copies et être facilement diffusable va à l’encontre de l’idée selon laquelle on posséderait une œuvre unique chez soi.

Par ailleurs, l’œuvre vidéo opère une double dématérialisation, d’abord propre à l’image en mouvement, mais également car la question de la physicalité de l’œuvre que l’on achète se pose à la réception d’un fichier sur sa boîte mail, pour reprendre l’exemple du débat. Le parallèle est alors fait avec l’art conceptuel mais la différence se pose avec l’idée d’avoir acheté du “vide” et l’idée d’avoir acheté une œuvre qu’il faut visionner de temps en temps.

Enfin, les intervenants posent la question du plaisir, qui impose directement un cloisonnement entre les images de cinéma et les images de l’art vidéo avec cette affirmation “On ne regarde pas une œuvre vidéo comme le DVD d’un film vu au cinéma”. Ce cloisonnement est pour eux lié à la production des images destiné à un type de public, un type de lieu et un dispositif spécifique de monstration.