Collectionneurs Privés et Art Vidéo : questions posées par le médium

« Comment vendre l’art vidéo ? », Le Petit Salon, France Culture, 14.09.2016, animé par Lucile Commeaux et Xavier Martinet

Intervenants :
Corrine Rondeau – Critique d’art et maître de conférence en esthétique et sciences de l’art à l’Université de Nîmes
Frédéric Bonnet – Architecte et urbaniste, lauréat du Grand Prix de l’Urbanisme en 2014

La chronique « Le Petit Salon », diffusée sur France Culture, traite quotidiennement de l’actualité culturelle. Le 14 Septembre 2016, suite aux premières assises de la CIPAC (Fédération des Professionnels de l’Art Contemporain) dont l’une des questions soulevées étaient « Les œuvres dans les collections d’art contemporain : Acquérir, numériser, conserver et restaurer les œuvres d’art audiovisuelles », l’émission a choisi de traiter la question « Comment vendre l’art vidéo ? », en soulevant des problématiques contemporaines au médium. Le débat de l’émission nous propose, de manière plus ou moins approfondie, de faire le point sur les problématiques que posent la vidéo dans le marché de l’art aujourd’hui. Elle est un bon point de départ aux réflexions qui peuvent jaillir quand on aborde la question de l’art vidéo, notamment dans l’acquisition par les collectionneurs privés. Les différents arguments soulevés dans l’émission concernent l’exposition, la conservation, la reproductibilité, la dématérialisation du support mais aussi la question du plaisir, en comparaison à d’autres images.

La question de l’exposition se pose d’abord au moment de la monstration d’une œuvre vidéo dans un lieu de vente (galerie ou foire d’art contemporain), mais également chez l’acquéreur : quel dispositif faut-il mettre en place pour diffuser l’œuvre chez soi ? À quel moment faut-il allumer ou éteindre l’œuvre ? Ces problématiques renvoient directement à la nature même du médium, qui possède une temporalité intrinsèque et qui impose donc une temporalité au spectateur, qui ne peut pas se laisser oublier comme une photographie ou un tableau que l’on accrocherait chez soi car il faut se rappeler que l’on possède l’œuvre pour choisir de l’allumer ou l’éteindre.

La conservation est également une notion importante pour l’exposition d’art vidéo, en cause notamment les formats labiles, les supports rendus obsolètes par le progrès technologique (Betamax, VHS, DVD) et la durée de vie estimée des supports numériques (“Révolution numérique, et si le cinéma perdait la mémoire”, colloque organisé par la Cinémathèque Française, 2011). Pour toutes ces raisons, acquérir une œuvre vidéo est synonyme d’incertitude et nécessite un investissement dans des frais de maintenance.

La reproductibilité, le fait que l’œuvre peut posséder une multitude de copies et être facilement diffusable va à l’encontre de l’idée selon laquelle on posséderait une œuvre unique chez soi.

Par ailleurs, l’œuvre vidéo opère une double dématérialisation, d’abord propre à l’image en mouvement, mais également car la question de la physicalité de l’œuvre que l’on achète se pose à la réception d’un fichier sur sa boîte mail, pour reprendre l’exemple du débat. Le parallèle est alors fait avec l’art conceptuel mais la différence se pose avec l’idée d’avoir acheté du “vide” et l’idée d’avoir acheté une œuvre qu’il faut visionner de temps en temps.

Enfin, les intervenants posent la question du plaisir, qui impose directement un cloisonnement entre les images de cinéma et les images de l’art vidéo avec cette affirmation “On ne regarde pas une œuvre vidéo comme le DVD d’un film vu au cinéma”. Ce cloisonnement est pour eux lié à la production des images destiné à un type de public, un type de lieu et un dispositif spécifique de monstration.



Citer ce billet
Manon Maës (2017, 19 octobre). Collectionneurs Privés et Art Vidéo : questions posées par le médium. Voir et penser. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8sj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.