“Présage” de Hicham Berrada : art expérimental / expérimentation artistique

Présage de Hicham Berrada est une œuvre protéiforme, emblématique de la généralisation ces dernières années d’une rencontre art/science en art contemporain, où chacun des deux pôles enrichit l’autre. Berrada, sans jamais oublier qu’il propose une expérience esthétique au spectateur, joue avec les notions d’œuvre, d’artiste et d’expérimentation.

 

Hicham Berrada nait en 1986 à Casablanca, au Maroc. Il y poursuit, de 2003 à 2006, trois ans d’études scientifiques consacrées à la physique et la chimie avant de décider, en 2006, d’intégrer l’École nationale des Beaux-Arts de Paris, d’où il ressort diplômé cinq ans plus tard. Il termine son cursus académique en intégrant le Fresnoy, à Tourcoing.
Sa pratique artistique – art vidéo, installations, performances, etc. –  est toujours étroitement liée à ses connaissances scientifiques, et font de ses œuvres un exemple emblématique du succès que rencontrent ces dernières années les productions issues du croisement entre l’art et la science. Il a été exposé à de multiples reprises aux quatre coins de la France mais aussi à l’étranger, de Madrid à Moscou, en passant par Mumbai ou Minneapolis.
Du fait de la spécificité de sa pratique artistique nourrie de connaissances et méthodologies scientifiques, de sa contemporanéité et du succès de ses œuvres, Hicham Berrada nous semble être un cas judicieux pour aborder la notion d’expérimentation dans l’art.
Bien que ses œuvres se répondent et conservent une certaine linéarité, que ce soit dans leurs processus de création ou dans leurs esthétiques finales, notre article portera sur une production unique, Présage.
Nous commencerons par présenter l’œuvre, en évoquant les problèmes de catégorisation qu’elle soulève, puis de la même façon nous aborderons le statut d’Hicham Berrada dans les processus de création.

 

Présage : présentation

Présage est une œuvre présentée pour la première fois en 2013 au Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui à Casablanca, et qui a depuis été reprise dans différents lieux d’exposition, en France ou ailleurs.
Comprenant plusieurs facettes, plusieurs modalités de présentation, la meilleure façon d’en débuter la présentation est d’évoquer son esthétique, et la volonté de Berrada qui y a conduit. Il s’agit pour l’artiste de mélanger, dans un milieu fini, diverses substances chimiques qui, en réagissant, vont créer des structures de couleurs et de tailles différentes. Il va s’agir de créer des ‘paysages’, chaque réaction chimique correspondant à un élément du paysage comme pourrait l’être dans notre référentiel le soleil, un ruisseau ou bien encore un arbre. Ces paysages vont être créés – ou plutôt vont se créer – dans des récipients en verre, variant du bocal à l’aquarium suivant les modalités de présentation (sur lesquelles nous reviendrons plus loin). La volonté de l’artiste est que ces paysages ne ressemblent à rien de précis, qu’ils soient suffisamment abstraits pour évoquer différentes choses suivant le récepteur mais dont l’abstraction permette tout de même les réactions et les structures qui en découlent de se rapprocher d’éléments paysagers familiers. L’objectif est donc, pour reprendre les termes de Berrada, d’« exciter les facultés visionnaires de chaque spectateur »[1].
L’œuvre telle qu’elle est reçue par le spectateur correspond ainsi à ces paysages en plein processus de formation. Nous n’admirons pas un paysage figé mais bien un paysage en mouvement.

Pour cela, Berrada va utiliser divers échantillons de matière. Une partie sera des solutions chimiquement complexes qu’il va acquérir auprès de laboratoires, et l’autre partie sera issue des récoltes personnelles de l’artiste – béton, terre, etc. -, ensuite réduites et traitées en atelier, afin de parvenir à une matière qui tende le plus possible vers une pureté moléculaire (arriver par exemple à isoler le calcium d’un échantillon de terre).
Ces échantillons – substances liquides, matières solides réduites en poudre, … – vont avoir des propriétés particulières qui vont leur permettre d’interagir une fois mis en contact les unes avec les autres, souvent dans un milieu de base aux propriétés pré-déterminées. L’artiste va ainsi jouer avec la viscosité, l’acidité ou encore la température de ces échantillons, ainsi que la quantité et l’ordre d’introduction des dits échantillons dans le milieu d’où va se créer le paysage.

Présage va se décliner en deux variantes, l’éponyme et une autre intitulée Tranche.
La version standard offre deux modalités de réception artistique, une performance et une vidéo. Dans cette version, Berrada va effectuer ses mélanges dans un petit bocal devant lequel est placé une caméra. Cette caméra va reprojeter en direct les réactions chimiques sur un espace noir lui-même placé dans un environnement sombre. Le bocal et la caméra ne sont jamais tous les deux immobiles, il y a toujours un des deux qui effectue un lent mouvement ; le bocal tournant sur lui-même, la caméra tournant autour du bocal ou bien encore l’artiste lui-même déplaçant le cadre après une manipulation. C’est donc l’écran que les spectateurs vont regarder, et non le bocal lui-même. Lors de la retransmission en direct, une couche sonore – externe aux processus chimiques – s’ajoute à l’expérience. Cette partie dure quelques minutes et correspond à la performance, l’artiste étant présent physiquement au même lieu et dans la même temporalité que la projection du paysage en cours de création.

 

Hicham Berrada préparant ses échantillons (image tirée de ‘’L’atelier A : Hicham Berrada’’)
Hicham Berrada (à gauche), dont les manipulations sont retransmises simultanément sur l’écran ((image tirée de ‘’L’atelier A : Hicham Berrada’’)

 

Cette performance va aussi permettre l’ajout d’un volet art vidéo au projet. Ce qui a été projeté et filmé est conservé. Selon Berrada, il s’agit dans le même temps d’un simple enregistrement de la réalité mais aussi d’une œuvre vidéo à part entière. Cette distinction ne nous semble pas forcément pertinente, ces deux pôles n’étant pas nécessairement opposés. Toujours est-il que Berrada précise que l’œuvre vidéo n’est composée que de fichiers bruts, tant il est important pour lui de ne contrôler l’esthétique dont pourra jouir le spectateur que par des biais physiques. Il convient d’apporter une objection à cette remarque, l’artiste excluant de son discours l’aspect auditif d’une œuvre pourtant audiovisuelle. L’absence de mention du créateur de l’environnement sonore témoigne du peu de crédit apporté à l’aspect auditif de l’œuvre, bien qu’il soit présent lors de certaines des performances et qu’il joue en direct lui aussi, aux côtés de Berrada [2]. Cet aspect, bien qu’il soit au second plan, qu’il soit plus un support au visuel, reste constitutif de l’expérience esthétique.
Ainsi, cette partie art vidéo, en s’émancipant du hic et nunc, quitte le champ de la performance, tout en étant issu de la même source, du même processus.

Enfin, Berrada a par la suite créé une variante de ce premier dispositif, intitulé Tranche, Présage, qui va plus rentrer dans la catégorie (s’il faut vraiment en trouver une) des images vivantes, soit des images composées de matière active, en perpétuelle évolution [3].
Les mélanges vont cette fois-ci s’effectuer dans des sortes d’aquariums-cadres qui vont être exposés comme pourraient l’être des peintures. L’artiste va réaliser ses mélanges au préalable, en choisissant dans ces cas des matières qui vont réagir beaucoup plus lentement : en effet, les ”tranches” sont exposées pendant une durée de trois mois, et sont en constante évolution durant cette période. Berrada va ainsi favoriser des échantillons de minéraux, en jouant sur des processus d’oxydation et de cristallisation, beaucoup plus long que des processus liés à des températures par exemple. Il va ainsi s’agir pour l’artiste de provoquer une impression du vivant.

Ces processus de création pose la question de la place qu’ils accordent à l’artiste. En effet, Berrada est très actif en amont de l’expérience, qui nécessite un long travail de préparation mais aussi de planification des réactions, grâce à une méthode par essai-erreur. Car bien évidemment, Berrada prévoit la nature des réactions qui auront lieu dans le milieu, sans pour autant avoir la possibilité de prévoir la forme qu’ils prendront. Ainsi, même lorsqu’il effectue ses manipulations en direct, Berrada est en dehors du processus strict de création du paysage, processus qui se limite au milieu dans lequel sont plongés les échantillons. Dès lors, de quelle façon l’artiste va-t-il se définir ?

 

Hicham Berrada : “artiste laborantin” ?

Les discours que produit Berrada à propos de Présage ont ceci d’intéressant qu’ils évoquent toujours en creux une dialectique art-science, incarnée par l’opposition entre Berrada et la peinture d’un côté, et Berrada et la science de l’autre. Loin d’être une opposition frontale, il s’agit plutôt d’un positionnement en marge de ces deux pôles. On trouve d’ailleurs une expression explicite de cette dialectique dans la variante Tranche, à la fois boite de laboratoire dans laquelle une ou des substances sont observées en train d’évoluer dans un milieu contrôlé et la ”boite de musée”, cadre accroché au mur et mis en valeur par une muséographie.

 

Une série de “Tranche” exposée (source : pinterest, https://www.pinterest.fr/pin/314618723951153701/)

 

Cette incertitude quant au statut de l’artiste va permettre de questionner les concepts parfois divergents d’expérimentation artistique et scientifique.
Lors des différents discours qu’il a l’occasion de produire à propos de Présage, Berrada ne cesse pas d’affirmer que sa démarche est purement picturale. Il va ainsi comparer les paramètres avec lesquels le peintre crée aux siens. Nous allons donc passer du type de support (papier, toile), de peinture (à l’huile, aquarelle), de geste (pointillés, grands traits) ou bien encore d’outil (pinceau, couteau) à des variations – décidées et mises en place par l’artiste – de viscosité, d’acidité, de température, de nature des échantillons de matière, … Pour Berrada, les manipulations desquelles résultent les variations dans le paysage sont l’équivalent pour le peintre de ses actions plastiques de peinture.
Berrada va évoquer une autre distinction entre son art et celui de la photographie et la peinture. Les peintres et photographes présenteraient une nature figée à l’instant t là ou Berrada essaye d’en montrer une en mouvement. C’est d’une façon très terre-à-terre qu’il faut considérer cette distinction, finalement très basique, qui est celle entre image fixe et image en mouvement. Insérer l’illusion du mouvement dans une image fixe fait partie des caractéristiques qualitatives que l’on pourrait prêter à une peinture ou photographie. Cet enjeu est complètement absent du travail de Berrada. De ce point de vue, la distinction est effectivement de taille.
Il est néanmoins difficile de ne pas penser à Berrada lorsqu’on lit cette remarque d’Alain à propos de l’artiste-peintre : « il est spectateur aussi de son œuvre en train de naitre »[4]. Il ne s’agit plus d’une incapacité cérébrale à anticiper, planifier outre-mesure qui conduirait à l’expression d’un ”instinct” naturel de l’artiste. Il s’agit littéralement d’un artiste spectateur de son œuvre, dans la mesure où une partie de la création échappe totalement à son contrôle : une fois que les échantillons sont plongés dans le milieu, nul ne peut anticiper la forme exacte qui se formera. Tout juste est-il possible de s’en faire une idée. L’idée ne vient donc pas « à mesure qu’il fait », ni même « ensuite », mais avant. Nous pourrions même aller jusqu’à dire, si nous voulions promouvoir Présage, que ce n’est pas le génie qui a la « grâce de la nature »[5], mais bien la grâce de la nature qui a du génie, et le but de l’artiste Berrada serait de mettre au jour ce génie. Cette idée de révélation de quelque chose de caché va d’ailleurs être reprise par Berrada lorsqu’il se considère comme expérimentateur scientifique, sans en avoir l’objectif.

L’idée d’un artiste révélant des phénomènes naturels fait écho à une définition de l’expérimentateur scientifique selon Claude Bernard : « je dirai que l’expérimentateur pose des questions à la nature ; mais que, dès qu’elle parle, il doit se taire ; il doit constater ce qu’elle répond, l’écouter jusqu’au bout et, dans tous les cas, se soumettre à ses décisions »[6]. Cette définition renvoie à l’incapacité – et l’absence de volonté – qu’a Berrada de maitriser tous les aspects de l’esthétique de son œuvre : circonscrite à son milieu limité (le bocal ou l’aquarium-cadre), la nature ‘parle’ librement, et Berrada se tait.
C’est dans l’objectif de l’expérimentation que Berrada se détache de la recherche scientifique (ce qui est différent de la science à proprement parler) : il ne s’agit pas de trouver une solution à un problème, ni de produire des connaissances mais bien de provoquer une situation de réception esthétique, d’où la démarche picturale.
Néanmoins, Berrada va exprimer une volonté de ne pas seulement produire des œuvres mais bien d’étudier le ”sujet-nature”. Et pour cela, c’est une méthodologie scientifique qu’il met à l’œuvre : pour étudier ce ”sujet-nature”, il faut s’en séparer en le restreignant dans un univers distinct de l’expérimentateur, limité et donc paramétrable. L’objectif de Berrada sera ainsi double : l’expérience esthétique ne doit pas tourner à vide, il s’agit dans le même temps de révéler des processus imperceptibles par les humains, aussi bien par leurs milieux d’origine, leurs conditions d’apparition mais surtout parce qu’ils jouent sur des temporalités différentes de la nôtre. Berrada cherche avec ces situations artificielles à rendre visible des évènements cachés avec lesquels pourtant nous cohabitons.
On retrouve un des objectifs généraux de la science, tel qu’il est formulé par la chercheuse Monique Sicard, lorsqu’elle déclare que « le désir d’image est vif » pour expliquer le fait que « l’activité principale » de la science « pourrait bien être de porter au visible les invisibles »[7].
Ainsi l’expérimentation scientifique de Berrada n’a pas des objectifs de recherche, mais cela n’empêche pas une vocation scientifique, de se rapprocher d’une démarche de vulgarisation scientifique. Certes, Présage n’a rien de didactique mais son esthétique suscite la curiosité, et cette curiosité conduit aux connaissances à proprement parler. N’est-ce pas une forme de vulgarisation ? Lorsqu’il déclare que « en salle, mon travail n’est pas scientifique, n’a aucune valeur scientifique »[8], il oublie que l’objectif de la science n’est pas seulement de découvrir mais aussi de faire découvrir. En ce sens, son travail a effectivement une valeur scientifique.

Alors, Berrada est-il un artiste qui utilise la science ? Un médiateur scientifique dont l’art serait l’outil ? Un peu des deux. Les réflexions de Bernard sur l’art qui serait « une création spontanée de l’esprit » et qui de ce fait n’aurait « rien de commun avec la constatation des phénomènes naturels »[9], d’un art qui serait totalement à la merci de la personnalité de l’artiste sont maintenant désuètes. Les frontières sont floues et les paradigmes ont changé. On ne constate pas lorsqu’on expérimente, on provoque. Dès lors, on crée. Réciproquement, les phénomènes naturels sont une part fondamentale dans la création des paysages de Berrada : ils sont les gestes du peintre.
Témoignage du croisement fructueux entre art et science dans le travail de Hicham Berrada, les images d’art qu’il produit correspondent aux images de science telles que les évoque Sicard : « Documents et enchantements : les images savantes réussissent ce tour de passe-passe de certifier et d’émouvoir à la fois. »[10]

 

[1] L’atelier A : Hicham Berrada, vidéo réalisée par Claudia Imbert, produite par Virginia Lacoste, Felicitas Schwarz, Jacques Falgous, 2015, [en ligne], http://creative.arte.tv/fr/episode/hicham_berrada

[2] On le voit par exemple aux côtés de Berrada lors de cette captation : « Présages », une performance de Hicham Berrada (20/09/2014), vidéo réalisée par Guillaume de la Forest Divonne, produite par MAC/VAL, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, 2014, [en ligne], https://vimeo.com/111094170

[3] Voire de l’art in progress, qui comprend les créations de formes en constante évolution, catégorie plus large car elle pourrait faire référence à des formes évoluant spatialement sous l’influence de forces physiques sans qu’il y ait forcément d’évolution de leurs structures.

[4] Alain, Système des Beaux-Arts, Paris, Editions Gallimard, 1926, Edition électronique en ligne, http://classiques.uqac.ca/classiques/Alain/systeme_beaux_arts/alain_systeme_BA.pdf , p28

[5] Alain, ibid.

[6] Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Editions Garnier-Flammarion, 1966 (1re éd. 1865), Edition électronique en ligne, http://classiques.uqac.ca/classiques/bernard_claude/intro_etude_medecine_exp/intro_medecine_exper.pdf ,p29

[7] Monique Sicard, La fabrique du regard. Images de science et appareils de vision (15e-20e siècle), Paris, Editions Odile Jacob, 1998, p235

[8] Visite guidée : immersion dans les paysages expérimentaux d’Hicham Berrada, vidéo réalisée par Pierrick Allain et Laurent Boudier, produite par Téléram.fr, [en ligne], http://www.telerama.fr/scenes/visite-guidee-immersion-dans-les-paysages-experimentaux-d-hicham-berrada,126066.php

[9] Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, Paris, Editions Garnier-Flammarion, 1966 (1re éd. 1865), Edition électronique en ligne, p47

[10] Monique Sicard, La fabrique du regard. Images de science et appareils de vision (15e-20e siècle), Paris, Editions Odile Jacob, 1998, p11

 


Une réflexion sur « “Présage” de Hicham Berrada : art expérimental / expérimentation artistique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.