Les réseaux sociaux, galeries aux fenêtres ouvertes

 

En explorant la question “comment perçoit-on les images de vulves?”, il a fallu en premier lieu trouver ces images.

On pouvait raisonnablement s’attendre à des images classées pornographiques, des images médicales, pathologiques vraisemblablement, elles sont généralement plus pertinentes, plus subjectivement des images reconnues comme œuvres d’art (comme L’Origine du Monde de Courbet ). Elles existent. Elles sont présentes, c’est un fait. Mais il existe depuis quelques années une prolifération de productions qui semblent échapper à ces cases (nous avons pu le constater à travers les nouveaux cahiers de coloriages) et ce sont sur les réseaux sociaux que se développe et se relaye cette nouvelle imagerie.

En les cherchant par mots clés, hashtags (#vulve, #vulva) sur ces terrains, nul doute que vous trouverez des réponses en adéquation avec votre question.

capture d’écran Instagram suite à une recherche par mot clé
échantillon de résultats

La banalisation de certains sujets touchant à la vulve autrefois gardés sous silence  pousse des sites d’informations généralistes à se pencher sur le sujet. Afin d’illustrer leurs propos, ils puisent alors dans le champs des possibilités mis à leur disposition par les créateurs d’images qui les partagent publiquement.  Ces images sont exposées et potentiellement visibles pour les milliers d’abonnés. Les utilisateurs réguliers de ces réseaux sociaux sont donc susceptibles de rencontrer ces images sans pour autant les rechercher, à travers les suggestions du site, les partages des amis ou des pages suivies.

capture d’écran
Facebook
Exemple du site “Kombini” utilisant des images provenant du compte Instagrame de @thevulvagallery
Ce qui peut mener le lecteur à découvrir son travail

et même se familiariser avec des notions qui lui étaient alors inconnues

Nous pouvons d’ailleurs être amené à sous estimer la portée des images d’Istagram (pour se concentrer sur cet exemple).

Il était évident à mes yeux que travailler sur le sujet signifiait s’impliquer dans ce travail de création et de partage. Et c’est ainsi que j’ai eu la surprise de retrouver, au détour d’une page d’un moteur de recherche parmi les autres “graffitis de vulves” ceci:

image personnelle montrant la broche confectionnée par mes soins portée

capture d’écran personnelle
capture d’écran de ma page Instagram

Je n’avais pas envisagé une seconde que les images, d’amateur, que je partageais surtout à destination de mon entourage et des personnes intéressées par mon travail se retrouveraient ainsi fondues dans l’océan que représente ces multiples vulves. En alimentant son imagerie contemporaine, la vulve sort ainsi totalement des anciens schémas auxquels elle était cantonnée.

De chair, de papier glacé, en feutrine, brodée, multiple, protéiforme, amatrice, professionnelle, artistique, revendicative, sa plasticité semble sans fin.

Quelles limites peut on lui imposer? 

Et vous, que pensez vous de ces nouvelles images?
Les connaissiez-vous?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.