Images d’émeutes : Vérités sociologiques et judiciaires

Dans ce Billet, nous allons présenter et mettre en perspective deux articles aux visées différentes bien qu’ils abordent le même sujet. Le premier, « Émeutes sur internet : montrer l’indicible ? » est un article écrit par Alain Bertho en 2011 dans la revue Journal des anthropologues. Alain Bertho est un anthropologue, professeur à l’université de Paris VIII, spécialisé dans la recherche sur l’émeute et les soulèvements. Il travaille entre autre à élaborer un recensement exhaustif des émeutes à travers le monde sur son site internet. Dans l’article présenté ici, il questionne la place et le sens des vidéos d’émeutes visibles sur Internet. Il revient d’abord sur les définitions respectives des termes émeute, mouvement et soulèvement et expose leurs évolutions en terme d’ampleur et de nombre de ces dernières années. Puis il se penche ensuite sur les images produites lors de ces émeutes et diffusées sur internet. Il explique ainsi qu’elles appartiennent à plusieurs registres et qu’il s’attardera sur celui qui lui apparaît comme nouveau et qui ne correspond à aucune syntaxe visuelle connue ou reconnue. Il parlera donc dans la suite de l’article des très nombreuses vidéos, postées sur Youtube ou toute autre plateforme de partage de vidéos, sans commentaires ni scénarisation. Il parle d’elles comme des « images quelconques » (dans le sens où l’entend Giorgio Agamben) ou encore des « paroles muettes » (dans le sens où l’entend Rancière) qui « transportent le spectateur ethnographe dans la subjectivité d’un événement auquel il n’a pas pu assister ».

 

Pour lui ces images ne sont ni au service ni ne desservent les revendications portées par les manifestant·e·s ou les émeutier·e·s, elles sont de l’ordre du spectacle et ne signifient rien d’autres que ce qu’elles montrent. Cette absence manifeste de commentaire porté sur le sujet les rend particulièrement intéressante pour l’ethnologue qu’est Alain Bertho. D’abord, comme on l’a dit, car elles permettent au spectateur d’être projeté dans une subjectivité au cœur d’un événement, fût-il à l’autre bout du monde. Ensuite, parce que bien qu’elles ne présentent qu’un point de vue ultra-particulier d’une situation, en étant limitée à la caméra d’un seul observateur, elles sont neutres et ne souffrent d’aucun discours qui les transformeraient en message partial commentant l’événement. En ce sens, cette forme particulière leur permet de se développer à partir des caractéristiques spécifiques de leur sujet : l’émeute. En effet, Bertho nous dit dans sa conclusion que l’émeute rejette « le silence et l’effacement ». La régularité à laquelle les émeutes éclatent seraient alors l’expression d’une « disjonction dans le régime de vérité », disjonction au cœur de la situation contemporaine. Pour lui, ce changement « dans la pensée du réel entre les pouvoirs et les gens » mène à l’émeute. On pourrait penser que les spécificités d’internet, comme la globalité et l’abolition des frontières physique, permettent d’abolir cette disjonction mais d’après l’auteur, le contraire se produit, et avec ces images la disjonction du régime de vérité se déploie de manière globale et polémique. Il termine son article en citant Georges Didi-Huberman, citant lui-même Benjamin : « organiser le pessimisme signifie… dans l’espace de la conduite politique… découvrir un espace d’images ». Cette citation de fin souligne l’idée selon laquelle ces vidéos sur un internet représentent un régime nouveau et particulier, donc une grille de lecture non définie et une interprétation par nature floue. L’espace d’image proposé est à découvrir, avec son absence manifeste de revendication et de point de vue affirmé.

 

Le deuxième article que j’ai choisi est un article écrit par Nathalie Quintane et paru sur le site Lundi.am le 21 septembre 2017 : «Affaire de la voiture de police brûlée quai de Valmy Jour 2 : “Je sais bien que j’ai la vidéo contre moi !” ». Il paraît d’abord important de préciser que le site Lundi.am ne s’inscrit pas dans une approche universitaire et scientifique comme celle du Journal des anthropologues, mais doit plutôt être vu comme un média, voire auto-média (média tenu par des militants plutôt que par des journalistes traditionnels), militant, dont la ligne rédactionnelle s’inscrit clairement dans la pensée contemporaine de la gauche radicale à laquelle s’ajoute une proximité visible avec l’autonomie politique et des idées comme celles du Comité Invisible. Si habituellement leurs articles sont publiés sur un rythme hebdomadaire (le lundi matin), celui de Natahalie Quintane s’inscrit dans une série d’articles quotidiennement publiés lors du « procès de l’affaire de la voiture de police brûlée sur le quai de Valmy » qui se tenait du 19 au 22 septembre 2017. Dans ce procès, neuf inculpé·e·s étaient jugé·e·s sur leur implication dans l’incendie d’une voiture de police lors d’une contre-manifestation sauvage qui s’est déroulé le 18 mai 2016. Ce jour là, la police manifestait contre « la haine anti-flic » place de la République à Paris, une contre-manifestation s’est organisée et son chemin à croisé celui d’une voiture de police bloquée dans les embouteillages. Des manifestant·e·s ont alors cassé les vitres de la voiture, deux d’entre eux ont frappé un des policiers occupant la voiture et un dernier a jeté un fumigène dans la voiture, ce qui finit par l’enflammer. Une vidéo de l’altercation est visible ici (il ne s’agit pas de la vidéo originale mais d’un réupload. La vidéo originale s’est retrouvée noyée au milieu de toutes les reprises, commentées ou non, faites par les médias ou chaînes Youtube). L’article qui nous intéresse relate donc le deuxième jour du procès, où l’étude des différentes vidéos prises pendant la manifestation/émeute ont été étudiées par les magistrats.

 

Nathalie Quintane aborde donc dans la deuxième partie de son article le traitement des images pendant la séance au tribunal. En effet, elle nous dit que le « gros de la journée va porter sur la question des images » et sur leurs commentaires. Par ailleurs, elle nous apprend plus loin que ces images sont visionnables sur internet, à l’exception de quelques vidéos tirées de caméra de surveillance qui n’apportent rien de plus. Mais elle va surtout s’attarder sur la manière dont ces images sont traitées, elle dit à ce propos : « La manière dont les images (vidéos, captations d’écran, photos) sont exploitées par la police et la justice mériteraient un gros bouquin » puis explique ensuite le dispositif mis en place au tribunal pour diffuser les images. D’après elle, le juge devient alors un commentateur des images ainsi projetées (elle le compare à Jean Douchet), ce qui a pour conséquence de transformer chacune des images en pièces qui permettent ou non de déterminer la culpabilité des accusé·e·s. Elle dresse ensuite un florilège de citations du juge soulignant les contradictions de cette utilisation de l’image pour reconnaître les prévenus dans ces vidéos. Finalement, elle cite un de ces prévenus qui explique que si l’image est considérée comme preuve irréfutable par le tribunal, elle n’en est pas moins soumise à une interprétation, ici celle de la justice ou de la police, qui lui donne son sens. Le sens ainsi donné est dépendant du commentaire qui accompagne les images, et un commentaire différent pourrait leur donner un sens contraire.

 

Les deux articles abordent, à partir de deux sujets différents, la notion de vérité par l’image. Celui d’Alain Bertho cherche à démontrer que les images prises dans l’instant d’une situation émeutière naissent et se développe à partir d’un changement de régime de vérité propre aux mouvements politiques contemporains. Au même titre que les émeutes qu’elles enregistrent, elles seraient à la fois le signe et l’expression d’une disjonction dans le régime de vérité et une porte ouverte dans la subjectivité émeutière. Si elles permettent d’entrer dans la subjectivité de leur auteur, elles ne peuvent pas être considérées comme des objets représentant objectivement le réel. La vidéo la plus longue et la plus exhaustive sur laquelle s’est appuyée le tribunal (voir lien plus haut) répond aux mêmes caractéristiques que celles qu’étudie Alain Bertho dans son article. Elle est filmée du côté des émeutier·e·s et ne montre qu’un moment précis du contexte général entourant la situation qui a mené à l’altercation. On y entend aussi ce qui semble être les commentaires du cameraman, ce qui confirme qu’elle n’a pas été faite par un journaliste traditionnel et invite le spectateur dans la subjectivité de l’auteur. Pourtant, Nathalie Quintane nous montre dans son article que c’est à partir de ce genre d’images que le tribunal va chercher à établir la culpabilité des accusé·e·s. C’est le commentaire policier et judiciaire accompagnant le visionnage qui le permet, et la fin de son article montre que c’est justement à partir du sens des mots accompagnant les images que la vérité est recherchée : « Ici, tout se joue sur un mot, cet adverbe, « de loin », car il s’agit de déterminer qui était suffisamment proche de la voiture pour pouvoir tomber sous le chef d’inculpation pour lesquels ils et elle sont tous là : appartenance à un groupe constitué en vue de commettre des violences et des dégradations. La désolante substitution de l’image à la réalité peut être défaite par les mots ». La recherche de la vérité propre au système judiciaire s’appuie donc plus sur le langage qui accompagne l’image que sur l’image elle-même. Son article souligne le côté paradoxal de cette approche où l’image est considérée comme une représentation du réel de laquelle on ne peut douter (« une pièce ») alors que le sens qui lui est donné est manifestement dépendant des commentaires qui viennent la compléter.

 

Finalement, on peut voir dans ces articles deux approches différentes du concept de vérité dans ces images particulières d’émeutes, celle de la justice, où l’image porte en elle même une vérité que la parole extrait et celle d’Alain Bertho, où les images sont inévitablement liées à la subjectivité de leur auteur et énoncent au contraire une disjonction dans le régime de vérité. On peut voir se rejouer dans ces approches contradictoires les réflexions de Barthes et Derrida sur la photographie. Pour le premier, la photographie exprime nécessairement un « ça a été » qui révèle le réel enregistré par l’appareil. Pour le second, la réalité que représente la photographie est dépendante d’un référent (le discours qui l’accompagne par exemple) et la seule vérité portée par la photographie est celle de son système de fonctionnement, du contexte dans lequel elle est prise, c’est le spectateur qui est responsable de l’énonciation de l’image. Ces deux visions contradictoires de l’image se retrouvent ici et montrent que la vérité et la réalité photographique ont des conséquences radicalement différentes dans l’analyse de l’image.



Citer ce billet
barrier (2018, 6 janvier). Images d’émeutes : Vérités sociologiques et judiciaires. Voir et penser. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8sy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.