Exhibiting interaction: conduct and collaboration in museums and galleries – Dirk Vom Lehn, Christian Heath et Jon Hindmarsh

L’article « Exhibiting Interaction: Conduct and Collaboration in Museums and Galleries » que l’on pourrait traduire par « Exposer l’interaction : Conduite et collaboration dans les musées et les galeries » fut publié dans le deuxième numéro du 24ème volume du journal prénommé Symbolic Interaction. Celui-ci parut pour la première fois en 1977 et cet article en Mai 2001. Un nouveau numéro est publié tous les 3 mois par The Society for the Study of Symbolic Interaction (SSSI), soit la Société pour l’Etude de l’Interactionnisme Symbolique. Il s’agit, selon leurs propres mots, d’une organisation professionnelle internationale de chercheurs intéressés par l’étude d’un large éventail de questions sociales en mettant l’accent sur l’identité, la pratique quotidienne et la langue. Comme son nom l’indique, l’interactionnisme symbolique est le fondement théorique de cette société. Celui-ci est un « courant sociologique d’origine américaine fondé sur l’idée que la société est le produit des interactions entre les individus » selon la définition de l’Encyclopædia Universalis. L’article fut écrit par 3 professeurs en Sociologie du King’s College de Londres, un établissement d’enseignement supérieur britannique : Dirk Vom Lehn, Christian Heath ainsi que Jon Hindmarsh. Tous trois s’appuient sur l’ethnométhodologie qui considère que, certes la vie sociale est organisée, mais cet ordre n’est pas naturel, il convient donc de l’analyser, le comprendre afin de pouvoir le maintenir. Ils se réfèrent également à l’analyse conversationnelle – un sous-programme de l’ethnométhodologie qui postule que la conversation est un processus minutieusement organisé possédant des règles implicites s’appliquant dans toute interaction – ainsi que sur l’analyse d’enregistrements vidéo.

Ces chercheurs se sont donc associés afin d’explorer comment les individus, seuls ou accompagnés, examinent les expositions dans les musées et les galeries. Ils se sont concentrés sur la façon dont les visiteurs expérimentent ces expositions ainsi que sur comment ils organisent leurs actions en fonction d’autrui, familier ou non. Les données sont constituées de plus de trois cents heures d’enregistrements vidéos des actions de visiteurs dans divers musées et galeries de Grande-Bretagne. En effet, les musées et les galeries sont le cadre parfait de l’interactionnisme symbolique car ils permettent, naturellement, de coordonner l’intérêt pour la constitution sociale de l’objet et l’environnement matériel avec le souci de l’interaction sociale. En d’autres termes, ils fournissent un lieu idéal pour étudier le comportement des gens en fonction des personnes et/ou des objets qui les entourent, qu’ils peuvent connaître ou non, ainsi que comment ils constituent un des aspects de l’environnement matériel à travers leurs interactions. Cette étude-ci complète la recherche contemporaine de l’interactionnisme symbolique également parce qu’elle s’attache à étudier les comportements dans les lieux publics. C’est-à-dire qu’elle explore comment les visiteurs des musées et des galeries coordonnent continuellement leur conduite en fonction des autres, qu’ils les connaissent ou non, dans ces espaces publics.

Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé des enregistrements vidéo comme outil de leur ethnométhode. Ils ont effectué une analyse au cas par cas et ainsi pu identifier des modèles de conduite et d’interaction ainsi que leur organisation. Enfin, ils ont sélectionnés cinq cas de figures qui fournissent des exemples intéressants pour étayer leurs théories.

* Premier cas de figure : composition d’un contexte de regard

Un individu est en train de regarder une suite d’œuvres accrochées au mur lorsqu’il s’arrête devant l’une d’elle. Se plaçant face à elle, il l’observe puis regarde les œuvres sur sa droite – qu’il n’avait pas encore vu – puis celles sur sa gauche qu’il venait de passer. Il peut alors être déduit que l’individu, au fil de sa visite, se compose un contexte par le truchement duquel chaque artefact est visualisé. Cela signifie que chacun de ceux-ci est vu à la lumière du précédent, ils ne sont donc pas considérés isolément. Le suivant est visualisé selon le précédent mais également le précédent est rétrospectivement reconstitué à l’égard de celui qui est actuellement vu. Cela suggère que l’expérience muséale est continuellement remodelée et reconfigurée par prospective et rétrospective.

* Deuxième cas de figure : expérimenter ensemble

Un enfant et son père visitent une galerie, l’enfant interpelle son père qui était passé sans s’attarder. Le père le rejoint et commence à examiner le contenu de la vitrine afin de répondre à l’interrogation de son fils. Puis, il choisit une section de la vitrine et commence à la lui expliquer ; une fois ce bref échange terminé, il se détourne et poursuit sa visite, l’enfant sur ses talons. Cela montre à quel point la présence d’une autre personne peut influencer le visiteur dans le choix de ce qu’il regarde et donc dans sa propre expérience muséale. Ici, le père et le fils se sont complétés : il serait donc trompeur de les considérer individuellement car ils se révèlent finalement être une paire guidée par une dynamique interactionnelle via laquelle ils appréhendent l’exposition ensemble.

* Troisième cas de figure : l’interaction façonne l’expérimentation

Un homme et une femme visitent une exposition où sont mis à disposition plusieurs puzzles à démonter et à remonter. L’homme prend position devant la table, la femme se place à sa droite. Tout au long de leur activité, l’homme va subtilement empêcher la participation active de la femme – tantôt en plaçant son pied devant elle, tantôt en prenant toutes les pièces. Il est clair que l’homme tente de façonner la participation (limitée) de son partenaire : il a ainsi encouragé la femme à agir comme un public pour son jeu plutôt que comme un joueur. Cela met en lumière comment les visiteurs coordonnent leurs actions lors de la visualisation et de la manipulation des artefacts exposés. Ce n’est pas uniquement l’attractivité ou l’intérêt d’un objet qui va déterminer le temps passé avec celui-ci ou sa perception mais également l’interaction sociale. En effet, les visiteurs négocient entre eux leur accès ainsi que leur participation à l’exposition et c’est au travers de cette interaction que celle-ci est expérimentée. L’accès et la participation des visiteurs à une exposition est ainsi façonnée par leur interaction avec leurs compagnons.

* Quatrième cas de figure : expérimenter l’espace grâce aux autres

Trois groupes de visiteurs observent tous un même artefact : un homme seul se tient d’un côté tandis qu’une famille et un trio d’amis de l’autre. L’homme seul s’en va, un bref instant plus tard, la famille occupe l’espace qu’il occupait ; de même, le trio prend place dans l’espace où était la famille un instant plus tôt. Ainsi, chaque groupe, en se déplaçant pour explorer les différentes parties de l’exposition, ont relié leurs mouvements aux mouvements des autres personnes, étrangères à leurs yeux. Cela est révélateur de la façon dont les visiteurs sont sensibles à la présence d’autrui mais aussi dans quelle mesure chacun surveille les actions des autres et agit en fonction de celles-ci, que ceux-ci leur soient familiers ou non.

* Cinquième cas de figure : mieux regarder grâce à autrui

Deux groupes de visiteurs se tiennent d’un côté et de l’autre du même artefact : un couple ainsi qu’un père et sa fille. La fillette interpelle son père d’une question en pointant du doigt une partie de l’objet. Le couple qui pouvait la voir et l’entendre, se sont approchés et ont regardé le phénomène qui se déroulait à l’endroit qu’elle indiquait. Au même moment, son père s’était placé à ses côtés et commençait à réfléchir à une réponse. C’est ainsi que la petite fille a engendré toute une série d’actions, celles-ci entreprises à la fois par le couple (des individus qu’elles ne connaissait pas) ainsi que par son père avec qui elle était venue. Par conséquent, une partie de l’exposition fut rendue visible pour le couple grâce à l’interaction entre la fillette et son père. Ainsi, la sensibilité dont fait preuve les visiteurs envers d’autres leur permet non pas uniquement de remarquer les caractéristiques de l’espace mais également les différentes utilisations et expériences possibles.

L’analyse de ces différents extraits révèle comment l’expérience d’une exposition peut émerger à travers l’interaction de ceux qui se trouvent dans la portée perceptive de l’événement ; c’est-à-dire ceux qui sont ensemble tout autant que ceux qui partagent le même espace, sans forcément se connaître. Par conséquent, les visiteurs agissent non seulement en fonction des actions qui se produisent au centre de leur attention mais également à la lumière de ce qui se passe à la périphérie ; centre et périphérie étant continuellement reliés par les activités des participants.

Cette étude avait pour but d’explorer comment les individus, seuls ou accompagnés, examinent les expositions dans les musées et les galeries. Les chercheurs se sont donc concentrés sur la façon dont les visiteurs expérimentent ces expositions ainsi que sur comment ils organisent leurs actions en fonction d’autrui, familier ou non. Au travers de cinq cas de figure particuliers, ils ont mis en lumière plusieurs points importants : en premier lieu, que les visiteurs établissent leurs propres contextes de regard durant leur exploration d’une exposition ; ensuite que l’environnement physique influence les actions ainsi que la façon dont l’exposition est expérimentée – ces deux premiers points indiquent que l’environnement physique doit donc être constitué de manière réfléchie, ce qui conforte la pertinence du cadre matériel. Puis, que les actions des autres visiteurs, étrangers ou non, influencent le regard mais aussi le temps passé, l’interprétation, la participation et/ou l’expérimentation d’une exposition ; enfin que chacun possède une conscience périphérique des autres visiteurs et, en particulier, comment ceux-ci se surveillent mutuellement. Par conséquent, cet article aborde un éventail de questions d’intérêt contemporain pour l’interactionnisme symbolique. Pour conclure, Dirk vom Lehn, Christian Heath et Jon Hindmarsh espèrent que cet article ouvrira la voie à d’autres chercheurs dans plusieurs mesures possibles : en sociologie (dans le domaine de l’interaction sociale dans les lieux publics), en muséologie (conception et interaction des expositions) ainsi qu’en ethnométhodologie (meilleure utilisation et reconnaissance des enregistrements vidéo).

VOM LEHN, Dirk, HEATH, Christian, HINDMARSH, Jon, Exhibiting interaction: conduct and collaboration in museums and galleries. In: Symbolic Interaction 24 (2001), 2, p.189-216.

Compte-rendu écrit par Elise Mathieu.



Citer ce billet
Elise Mathieu (2017, 27 novembre). Exhibiting interaction: conduct and collaboration in museums and galleries – Dirk Vom Lehn, Christian Heath et Jon Hindmarsh. Voir et penser. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8ss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.