Nina Simone, prêtresse et musicienne

Nina Simone, Couverture de l’album High Priestess of Soul, Label Philips Phonographic Industries, 1967

La couverture de l’album High Priestess of Soul sortie en 1967 marque un grand tournant dans la production visuelle de Nina Simone. Cette illustration regroupe plusieurs inspirations,  avec des motifs et des codes propres au monde égyptien. 

La chanteuse y apparaît semblable à une reine égyptienne ornée d’une coiffe typique appelée le Némès. Sa position de profil marque une ressemblance certaine avec un hiéroglyphe. Beaucoup d’éléments illustrent le thème de la musique. On y retrouve un piano à queue à sa gauche qui garde un aspect vieilli. Comme s’il était construit dans une matière friable similaire à du papier. Le clavier de ce piano s’allonge dans son cou. Il fait partie de son être. D’autres instruments de musique sont repris dans sa coiffe : un manche de violoncelle, un coffre de guitare, un tambourin, une cymbale, ou encore un morceau de saxophone. Cette coiffure allant vers l’arrière sera reprise dans d’autres de ses couvertures telles que : Silk and Soul en 1967, et Fodder on my wings en 1982.

Nina Simone, Couverture de l’album Silk & Soul, Label RCA Victor, 1967

Dans sa main, elle porte un élément sacré qui comme le Némès lui décerne le statut de reine. Il ressemble énormément à un orbe qui à la fois est une marque de royauté et de commandement, mais également un synonyme de sphère d’influence. En quelque sorte, c’est un objet qui illustre le pouvoir. Cette pièce est reprise dans tous les célèbres portraits de Jésus appelés les Salvator Mundi qui représentent Jésus en tant que “Sauveur du Monde”. Nous retrouvons ce thème dans le tableau Salvator Mundi de l’artiste Andrea Previtali. Ici Nina Simone se place presque comme une reine dirigeant ses sujets vers un futur meilleur. La traduction du titre de l’album nous guide une fois de plus sur cette route : High Priestess of Soul signifiant “Grande prêtresse de l’âme”.

Andrea Previtali, Salvator Mundi, 1519, huile sur peuplier, 62.6 x 53 cm, National Gallery, Londres

La colonne tout à droite reprend la forme et l’ornementation des constructions produites par les civilisations égyptiens ou les kouchites. C’est une façon de mettre en valeur les richesses de ces peuples qui passent notamment par l’élaboration de nouvelles méthodes de construction. Encore aujourd’hui, leurs pyramides et leurs temples sont vus comme des œuvres d’innovation. 

Une inspiration psychédélique est également identifiable à la fois par la police utilisée pour le titre et par le fond en “psychedelic marble” typique des visuels défendus par des groupes des années 1960-70. Les 13th Floor Elevators reprennent ce motif pour leur album The Psychedelic Sound. C’est assez osé pour la chanteuse d’utiliser les codes de représentations d’un groupe de rock, alors qu’elle produit des musiques de jazz. Nous pouvons penser qu’elle essaye de s’ancrer dans son époque. 

13th Floor Elevators, Couverture de l’album
The Psychedelic Sound, Label International Artists, 1966

Ces inspirations égyptiennes et psychédéliques pourraient être anodines, or elles ne le sont pas. Puisque dans les années 1960, Nina Simone chamboule sa carrière et ses propositions musicales et visuelles. C’est le début de sa lutte engagée contre les inégalités afro-américaines. En 1964, elle écrit l’une de ses premières chansons questionnant les droits civiques des noirs afro-américains : Mississippi Goddam. L’explosion d’une bombe dans une église noire de Birmingham en Alabama le 15 septembre 1963 dans laquelle quatre jeunes filles noires perdront la vie sera le détonateur de son engagement. On découvrira plus tard qu’en réalité cet événement est un attentat perpétré par des suprémacistes blancs. Dans cette chanson, elle s’attaque aux principaux états ségrégationnistes de l’époque que sont : l’Alabama, le Tennessee et le Mississippi. Elle explique dans ses paroles qu’elle commence à perdre espoir pour le futur de la communauté noire qui lui paraît disparaître petit à petit à cause de l’absence d’actions du gouvernement. Elle finit par rappeler qu’elle souhaite l’égalité. Son engagement est plus compréhensible lorsque l’on traduit en français le titre de cette chanson qui peut signifier : “bon Dieu de Mississippi” ou “putain de Mississippi”. Ces mots étant vus comme une forme de blasphème, l’album fera l’objet de censure puisque lors de sa sortie, quatre États du sud refuseront de diffuser le titre à la radio et à la télévision nationale. Certains disc jockeys noirs la diffusent en masquant le goddam par un “bip bip”. Au fil du temps Nina Simone se rapprochera des grands noms de la lutte de l’époque tels que Martin Luther King, Malcolm X ou encore James Baldwin. 

Ces acteurs de la lutte étaient dans un cercle de connaissances qui partagaient des idées révolutionnaires pour l’époque. Dans le domaine des revendications afro-américaines, la théorie des Pharaons noirs de Cheikh Anta Diop sera souvent mise en avant. Elle rapporte que les plus grands pharaons auraient été noirs. Cheikh Anta Diop, scientifique et anthropologue, sera l’un des premiers à défendre cette pensée. Dès les années 1950, il chamboule le monde de l’anthropologie en affirmant que certains pharaons d’Egypte et du Royaume Koush du Soudan auraient été noirs. De plus, ils seraient les acteurs de la construction de notre civilisation humaine au niveau de la science, de la médecine et de l’astronomie, bien avant l’Antiquité. En cela il dénonce une vision européocentrée et raciste de l’égyptologie. En se basant sur les écrits antiques d’Hérodote, il découvre que l’auteur décrivait les pharaons comme des Égyptiens noirs avec les cheveux crépus. De son côté, il produira énormément d’analyse pour prouver cela. Il cherche alors : le taux de mélanine dans les tissus des momies, les similitudes entre langue africaine et égyptienne et la physiologie des statues 1. Sa vision de l’histoire sera très critiquée, particulièrement par l’égyptologue Jean Yoyotte qui le traitera d’imposteur, critiquant son manque scientificité et l’apport militant fait à ses recherches. Aujourd’hui cette théorie est vérifiée par de nombreux scientifiques et partagée à grande échelle par des articles 2. Cette théorie redonne toute sa gloire à l’Afrique et lui attribue de nouveau l’influence que ces civilisations noires ont apportée au développement de la civilisation humaine. 

Nous avons découvert il y a peu que durant une certaine époque, les sociétés noires kouchites donnaient une grande importance à la femme. Au Royaume des Koush vers 250 av. JC, pendant la période Méroé, les femmes étaient considérées comme l’égale des Pharaons. Ce qui était complètement absent de la civilisation égyptienne. Rachel Damn, archéologue à l’Université de Copenhague explique dans une interview que : 

Les reines kouchites n’avaient pas le même statut que les reines égyptiennes. Même si les souveraines d’Egypte étaient enterrées dans une pyramide et dans un tombeau peint, il était très rare qu’elles soient considérées comme les égales des rois. Donc ça montre la place importante qu’avaient les femmes de sang royal, et notamment la reine mère, dans la société kouchite”. 3

Grâce à ces découvertes nous comprenons que le statut de Nina Simone en tant que grande prêtresse était totalement réalisable dans certaine civilisation. Au delà de l’illustration de sa lutte engagée pour les droits des afro-américains, cette représentation en reine aurait pu prendre un autre tournant et devenir une revendication pour les droits des femmes. 

  1. ANTA DIOP CHEIKH, Nations nègres et culture: de l’Antiquité nègre égyptienne aux problèmes culturels de l’Afrique noire d’aujourd’hui, Paris  Présence africaine, 1979, 907.p.
  2. NURIA CASTELLANO, Koush, le royaume perdu des pharaons noirs, National Geographic, publié le 10 Novembre 2021, https://www.nationalgeographic.fr/histoire/koush-le-royaume-perdu-des-pharaons-noirs
  3. Compte youtube ARTE, Les infos clés sur les Pharaons du Royaume de Koush, publiée le 17 Février 2020, https://www.youtube.com/watch?v=Y654pJpv2BE


Citer ce billet
leareymbaut (2023, 12 février). Nina Simone, prêtresse et musicienne. Voir et penser. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8u0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.