L’appropriation de l’esthétique préraphaélite dans Ophelia 2018, la réinterprétation féministe d’Hamlet  

Le film Ophélia 2018 réalisé par Claire McCarthy, écrit par Semi Chellas, est une adaptation du roman de Lisa Klein Ophelia paru en 2006. C’est une réécriture d’Hamlet de Shakespeare du point de vue féminin. Il suit l’histoire d’Ophélie, interprété par Daisy Ridley, et sa vie d’une dame d’honneur de la reine Gertrude. Le roman reprend les événements d’Hamlet et remplit les lacunes de l’histoire liée à Ophélie.

Le film Ophelia 2018 est considéré comme une interprétation féministe1 d’Hamlet. Bien qu’il y ait un problème avec le scénario, on va parler davantage de l’esthétique visuelle du film. Le film a une ambiance unique par rapport à de nombreuses adaptations shakespeariennes. L’aspect le plus important est comment Ophelia 2018 s’inscrit dans l’esthétique préraphaélite.

Qui sont les Préraphaélites ?

En septembre 1848, William Holman Hunt, John Everett Millais, Dante Gabriel Rossetti, qui pensaient que l’art britannique était dans l’impasse provoquée par L’Académie royale, avaient créé « La Confrérie préraphaélite ». Ils ont produit des œuvres d’art qui tentaient de remettre en question les normes académiques, y compris les idées sur la féminité. Les préraphaélites faisaient attention aux détails en représentant la nature. Leurs œuvres brouillaient la frontière entre art visuel et littérature. Shakespeare était une figure importante pour les préraphaélites.2 Ils représentaient beaucoup de scènes shakespeariennes, caractérisées par leur attention aux détails et leur illustration des moments qui se déroulaient hors scène. Comme la scène de la mort d’Ophélie.

Même si les préraphaélites étaient en opposition avec l’art académique, leur représentation de la féminité entretenaient les conventions traditionnelles. Mais en même temps, ils ont déplacé les conventions naturelles de la féminité. L’idéal victorien des femmes consistait en l’innocence, la maternité, la passivité. Ophélie était souvent décrite comme une fille tragique innocente. Les préraphaélites peignaient souvent les femmes comme des enchanteresses dangereuses et séduisantes. Comme dans La Belle Dame sans Merci de John William Waterhouse. À un certain niveau, ils ont remis en question les idées sur la féminité, mais en même temps, ils ont perpétué les rôles traditionnels des femmes en matière de genre.

La Belle Dame sans Merci de John William Waterhouse 1893, musée régional de la Hesse, Allemagne

On peut se demander si l’appropriation de l’esthétique préraphaélite aide le film à raconter le récit de Hamlet d’un point de vue féministe.

La reine Gertrude et Claudius

Les références

I looked at a lot of paintings, particularly those by the Pre-Raphaelites, whom Ophelia has been the subject of some of the movement’s most famous artworks. We loosely referenced many paintings throughout the film […]3

J’ai regardé beaucoup de peintures, en particulier celles des Préraphaélites, dont Ophélie a fait l’objet de certaines des œuvres les plus célèbres du mouvement. Nous avons vaguement référencé de nombreuses peintures tout au long du film. […]

“My Goal Was to Make More than Just Pretty Pictures or Just Cover Scenes”: DP Denson Baker on Ophelia.

En effet, la composition de certaines scènes fait vaguement référence aux œuvres préraphaélites. Et d’autres peintres dont le style est proche de celui de la Confrérie comme John William Waterhouse. Par exemple, la scène où la reine Gertrude prend un bain pourrait faire référence au Miroir de Vénus d’Edward Burne-Jones ou à Les Danaïdes de Waterhouse.

Ophélie et les dames d’honneur de Gertrude
Miroir de Venus, Edward Burne-Jones, 1875, musée Calouste-Gulbenkian, Lisbonne

Le roman de Lisa Klein, cependant, commence par la lettre d’Horatio à Ophélie signée de 1601. La période décrite dans le livre est le début du 17e siècle, ce qui correspond au moment de la création de la pièce. Dans le roman, il y a une scène où Ophélie décrite comme portant un col, qui renvoie vers la mode de la Renaissance. « Indeed, my lord, this collar and chain do hold me fast, I said, touching my ruff and the links of the chatelaine at my waist, <…> »4
Cependant, le film s’éloigne de cela pour montrer une esthétique purement médiévale. Selon le directeur de la photographie du film Denson Baker “Le film se déroule pendant la période médiévale alors que le monde bascule dans la Renaissance. […]”((“My Goal Was to Make More than Just Pretty Pictures or Just Cover Scenes”: DP Denson Baker on Ophelia.))

Dans son interview à Vogue le costumier Massimo Cantini Parrini avait dit :

“I wanted the clothes to express femininity as very fluid, exalting the women at the center of the film as strong characters,” says the costume designer of his approach. “With the story’s historical period, it was important that the audience could get enchanted by the clothes enough to imagine the sensuality breathing below the surface.” ((Romance Isn’t Dead. The Proof? Massimo Cantini Parrini’s Costumes for Ophelia, LAIRD BORRELLI-PERSSON, Vogue, Juin 26, 2019))

« Je voulais que les vêtements expriment la féminité comme très fluide, en élevant les femmes au centre du film comme des personnages forts », explique le costumier de son approche. « Avec la période historique de l’histoire, il était important que le public puisse être enchanté par les vêtements suffisamment pour imaginer la sensualité respirer sous la surface. »

Romance Isn’t Dead. The Proof? Massimo Cantini Parrini’s Costumes for Ophelia, LAIRD BORRELLI-PERSSON, Vogue, Juin 26, 2019
 

On peut dire que le point positif est que Massimo Cantini Parrini n’a pas fait porter aux personnages féminins des vêtements masculins pour montrer leur force de caractère. Au lieu de cela, il a choisi l’apparence très féminine du 14esiècle créé par les préraphaélites.

Ophélie et Hamlet

Ophélie

Les Préraphaélites dans leurs quelques représentations d’Ophélie ont réussi à réinterpréter le personnage. Cependant certaines de ces réinterprétations ont renforcées les idées établies. Comme la tradition d’associer les femmes à la nature plutôt qu’à la culture. Pour certains critiques, le préraphaélisme était un style trop féminin, en particulier en raison de leur objectif d’être “fidèle à la nature” puisque l’art masculin devrait dépasser le naturel.5

Le film s’appuie beaucoup sur cette association d’Ophélie avec le monde naturel tout comme les préraphaélites. Être dehors est le seul moment où Ophélie se sent vraiment heureuse. La jeune femme a les cheveux roux laissés libres. Elle porte des fleurs comme des bijoux. Elle a l’habitude de nager dans un étang vert avec des nénuphars. Quand Ophélie court vers l’étang dans le film, elle traverse le champ qui rappelle la peinture de John William Waterhouse de 1889.

Ophélie, John William Waterhouse, 1889, collection particulière
Ophélie folle court vers l’étang

Réinventer la Mort d’Ophélie.

Ophélie, John Everett Millais, Tate Britain

John Everett Millais choisit de peindre le moment du suicide d’Ophélie à l’époque où Ophélie était généralement représentée assise sur le banc juste avant sa chute ou son saut. Le monologue de Gertrude qui décrit la mort d’Ophélie était censuré au 19e siècle. Dans les mises en scène de l’époque on représentait Ophélie innocente, vertueuse victime de l’amour. En représentant Ophélie flottant sur l’eau Millais a contesté les traditions scéniques et picturales de l’époque.6 Fidèle à l’idée préraphaélite Millais a pris l’inspiration du texte de Shakespeare plutôt que la scène.

Le film fait écho au tableau de Millais dès le premier plan. La caméra glisse lentement à la surface de l’eau jusqu’à ce qu’on voie Ophélie en train de flotter. L’eau verte, les nénuphars, les fleurs serrées dans sa main nous renvoient tous vers la peinture de Millais. On peut supposer que le film répète l’esthétisation du cadavre féminin.

Le début du film

Cependant, la chose intéressante à propos de cette image est qu’on ne le reverra plus jamais dans le film. Il n’y aura pas de moment où Ophélie flotte paisiblement à la surface de l’eau avec des nénuphars et des fleurs à la main. Ce cliché est accompagné de la voix d’Ophélie qui dit : « Vous croyez connaître mon histoire”.  Elle annonce qu’elle racontera son histoire à sa manière, et l’image se transforme dans le titre.

Dans le film, le personnage met en scène sa mort. Elle boit une potion qui la fait paraître morte et se jette dans l’eau où on l’a vue nager auparavant. La capture d’écran suivante montre le plan large de la scène dans le film.

Sur la première capture d’écran, nous pouvons voir le profil d’Ophélie reflété dans l’étang. Ce qui pourrait symboliser l’autre Ophélie qui se cache au-delà de la surface. Ce motif est repris dans sa scène de « mort ». Quand Ophélie plonge dans l’eau et perd connaissance après avoir bu de la potion, elle réapparaît à la surface de l’eau apparemment morte, la caméra est fermée sur son visage, puis elle retourne à l’eau et ensuite elle se renverse de telle sorte que le profil d’Ophélie est vue renversé dans le cadre.

Capture d’écran La mort d’Ophélie

Cela pourrait signifier qu’elle passe de son ancienne vie à une qu’elle passera au monastère en dehors de l’intrigue de la cour. Dans le roman avant d’aller dans l’eau, Ophélie dit « I come to you, waters of death and life. Take me from this world of madness and strife. »7

En fait, le livre et le film traitent la question du regard, mais dans le livre, c’est plus développé. Dans le chapitre 7 du livre il y a une conversation entre Hamlet et Ophélie. Les deux personages abordent la questions du gaze. « And there you have it again: Women are wantons, for they make men to want them. Hamlet laughed at his own joke, but Horatio had the grace to look uncomfortable. »8 Hamlet fidèle à sa version originale exprime des opinions peu flatteuses sur les femmes. Ophélie se dispute avec lui, répondant que les hommes sont esclaves de leur propre regard.

Cet échange est légèrement modifié dans le film. Hamlet et Ophélie, Gertrude et les dames de la cour regardent la tapisserie représentant le mythe de Diane et d’Actéon. Ophélie raconte l’histoire du chasseur qui a espionné la déesse et a été puni, faisant allusion à sa rencontre avec Hamlet alors qu’elle se baignait.

En fin de compte, les préraphaélites ont contesté la tradition académique de représenter la féminité, mais leur représentation ne donnait pas grand-chose aux idées sur la féminité. Leur peinture ne peut pas être qualifiée de féministe. Le film Ophelia qui se concentre sur un personnage d’Ophélie s’inspire de l’esthétique visuelle préraphaélite. Ce film en utilisant la représentation clichée d’Ophélie créée par les préraphaélites essaie de ne pas juste les reproduire, mais en détournant le moment cliché de sa mort le film essaie de montrer le détournement du personnage d’Ophélie.

Même si d’un point de vue narrative le film a les défauts, visuellement le film réussis de communiquer son objectif. Ophélie n’expresse pas ses opinions à haute voix et ne choque pas tout le monde avec sa nature rebelle. En se trouvant mêlée dans les intrigues, Ophélie plutôt observe l’action et essaye de naviguer dans la politique avec le moins mal que possible pour elle-même. Son choix de s’échapper pour rester vivante la présente comme suffisamment ingénieuse pour survivre dans la cour corrompue.

Bien que la représentation des femmes par les préraphaélites ait différé de tradition classique il n’y ait été pas question de voir Ophélie comme auteure de ses choix. Chez Millais Ophélie suis le courant à la fois littéralement et figurativement. L’interprétation traditionnelle d’Ophélie n’a pas d’autonomie, ici elle parvient à trouver le moment à agir. Le détournement du visuel typiquement associé au personnage dans le film reflète cette tentative de donner la voix et la vie à Ophélie.



Citer ce billet
mariiabaeva (2023, 9 février). L’appropriation de l’esthétique préraphaélite dans Ophelia 2018, la réinterprétation féministe d’Hamlet  . Voir et penser. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8ty

  1. Maria Nae Ophelia “Little White Lies” 22 Novembre 2019 https://lwlies.com/reviews/ophelia/ []
  2. Armstrong Isobel, The Pre-Raphaelites and literature in « The Cambridge Companion to the Pre-Raphaelites » (ed.)Prettejohn, Elizabeth, Cambridge University Press; Cambridge, 2012 []
  3. “My Goal Was to Make More than Just Pretty Pictures or Just Cover Scenes”: DP Denson Baker on Ophelia. []
  4. Klein Lisa Ophelia, Chapitre 7, Bloomsbury, 2006 []
  5. RHODES Kimberly, Ophelia and Victorian Visual Culture Representing Body Politics in the Nineteenth Century, Aldershot Burlington, Ashgate, 2008, p. 87. []
  6. RHODES K, Ophelia and Victorian Visual Culture Representing Body Politics in the Nineteenth Century, Aldershot Burlington, Ashgate, 2008, p. 89 []
  7. Lisa Klein op. cit. Chapitre 30 []
  8. Ibid, Chapitre 7 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.