jeux vidéo et apprentissage: l’exemple des MMORPG.

Berry Vincent, « Immersion dans un monde virtuel : jeux vidéo, communautés et apprentissages », Acte du colloque Ludovia, 2006, en ligne sur omnsh.org.

L’auteur part de la vieille discorde sur la relation entre jeu vidéo et société. Une confrontation qui oppose les auteurs de l’apocalypse (c’est à dire les plus méfiants en vers le jeu vidéo) et les futurologues qualifiés de naïfs utopiques par l’auteur. Le but de ce rappel est d’ arriver sur le constat actuel que ces deux extrêmes n’ont plus court et qu’aujourd’hui on connaît de mieux en mieux l’apport du jeu vidéo dans l’apprentissage. Partant de ce constat, Vincent Berry propose de s’intéresser à «  une exploration de la notion d’immersion dans les jeux vidéo en ligne et de sa relation avec l’éducation ». Précisons comme le fait l’article, que la réponse proposée n’est pas complète et risque d’évoluer dans le temps du fait que l’étude de ce média est encore « neuve ». L’étude concerne les jeux vidéos de divertissement, laissant de coté les jeux pour enfants ou encore les Serious Game. De plus, l’étude se concentre sur les jeux de rôles en ligne massivement multijoueur (MMORPG).

Dans sa première partie, l’auteur donne une définition du MMORPG ainsi que différents univers présents dans ce type de jeu, pour ensuite parler de l’univers des guildes qui sont l’extension des communautés virtuelles présentes depuis le début d’internet. Ces guildes, autrefois créées de façon informelle, sont devenues une institution dans le monde des MMORPG mettant les éditeurs à contribution ceux-ci fournissant des lieux In Game ou Out Game afin de permettre aux joueurs la création de ces guildes. Les guildes sont caractérisées anthropologiquement par la netiquette c’est à dire que leur communauté est régie par un ensemble de lois, ils ont développé «une forte morale sociale, un ensemble de lois coutumières» pour reprendre les mots de Pierre Lévy. La guilde ne repose pas sur des relations égalitaires mais sur une relation communautaire c’est à dire un échange de compétences entre ses membres. Ainsi cette relation particulaire permet d’augmenter différents types de capital pour les joueurs comme le capital ludique, le capital de connaissances, le capital social et communautaire et enfin le capital symbolique.

La seconde partie s’intéresse à l’immersion dans un monde virtuel. Ainsi on apprend qu’il existe différents types d’immersion : « une immersion phénoménologique par le corps et le regard, une immersion narrative dans une culture ludique. Les jeux vidéo en ligne ont ajouté aux produits « traditionnels » un nouveau type d’immersion : l’immersion anthropologique, sorte de plongée dans un univers social. ». Par la suite, l’article développe les différentes formes d’immersion. Je ne détaillerai que le dernier type c’est à dire L’immersion anthropologique. Dans cette catégorie d’immersion, le joueur appartient à une communauté (la guilde) mais dans un sens plus large, il est un indigène du monde virtuel. Il apprend le langage, les codes et les règles de ce monde. Ainsi la mise en commun des capitaux dont nous avons parlé précédemment permet l’assimilation du jeu social.

La troisième partie traite de la relation entre immersion et apprentissage. Les apprentissages directs sont liés à des effets cognitifs. En effet, les études menées sur l’observation des joueurs ont montré que cette population acquière des compétences pour le multitâche. Cette compétence se développe au fur et à mesure du temps mais pas seulement dans le jeu mais aussi dans la vraie vie car le joueur est amené à gérer en plus des éléments virtuels, des éléments réels comme le téléphone ou encore les personnes qui l’entourent. De plus, il acquière des connaissances sur son jeu afin de s’améliorer et d’optimiser son temps, c’est ce qu’on nomme les méta-connaissances. Il ne garde pas ses connaissances pour lui mais les partage au sein de la guilde, voir au sein de la communauté. Cette méta-connaissance et son partage mènent les joueurs à acquérir « des savoirs méta-cognitifs, une capacité réflexive sur leur activité, sur les structures et les mécanismes de leur pratique, dans une posture parfois critique aussi bien sur le jeu lui-même que sur les stratégies marketing à l’œuvre. ».

Les apprentissages collatéraux. Il ne s’agit pas des apprentissages liés au jeu mais à ce qui l’entoure, c’est à dire au méta-jeu. En effet, afin de prolonger l’expérience du jeu, les joueurs créent des événements, des comportements de consommation et d’autres choses encore. Afin de réussir son entrepreneuriat, le joueur a besoin d’utiliser des compétences autres que celles qu’il a apprises dans le jeu comme l’utilisation de logiciel informatique ou des techniques de vente. Ainsi le joueur se forme en dehors du jeu pour pouvoir prolonger son expérience vidéoludique in Real Life.

Immersion et apprentissages : le jeu vidéo est-il éducatif ? D’après les éléments de l’article, il est indéniable que le jeu vidéo présente des avantages pour l’apprentissage que ce soit directement ou indirectement. Selon V.Berry les apprentissages se caractérisent par :

  • Un apprentissage des savoirs sans que le joueur en soit conscient.

  • Un apprentissage par imprégnation.

  • Un savoir contextualisé.

  • Une participation omniprésente de la communauté (guilde ou non).

  • Des situations où l’on passe d’enseignant à élève et inversement.

  • Un espace non officiel d’apprentissage, un espace caractérisé par la distance.

Pour autant l’auteur ne tombe pas dans une utopie concernant l’apprentissage par le jeu vidéo. En effet, il rappelle que l’apprentissage par le jeu est, d’après certaines études, non naturel mais qu’il s’agit d’une construction sociale, l’auteur ne veut pas tomber dans ce qu’il appelle : « une équation scientifiquement peu probante : le jeu comme espace naturel d’éducation et d’apprentissage. ». Ainsi le jeu permet d’apprendre mais comme d’autres activités sociales. Le fait d’être un acteur actif (le joueur) n’est pas la seule façon d’apprendre mais il est tout autant possible de tirer les mêmes apprentissages en étant un acteur passif (spectateur) mais à une vitesse différente.

La dernière partie s’intéresse au jeu vidéo comme objet d’éducation informelle. Dans cette partie, l’article s’intéresse à la notion d’éducation informelle. Selon cette notion, l’être humain se forme tout au long de sa vie grâce aux expériences qu’il peut vivre. Ainsi l’éducation formelle (l’éducation nationale par exemple) n’est plus la seule à former l’individu d’autant qu’elle ne se pratique pas dans un milieu donné. Dans le cas du jeu vidéo en ligne, il est intéressant de voir qu’au delà de l’éducation informelle, c’est une nouvelle façon de consommer le loisir qui est ici en jeu. L’éducation informelle dans le jeu vidéo tient plus des relations sociales entre les joueurs que du jeu en lui même.

L’auteur précise qu’il ne s’agit pas dans cet article de remettre en doute les jeux vidéos ludo-éducatifs même si de nombreuses réserves sur ce type de jeu peuvent être émises comme la balance entre pédagogie et ludique ou encore comment évaluer l’apprentissage mais que le véritable défi réside dans la compréhension des mécanismes d’apprentissage informel. C’est un article intéressant dans le fait qu’il ne cherche pas à promouvoir ou à rabrouer un type d’apprentissage ou un type de jeu mais qu’il s’agit d’un constat, d’une mise en lumière d’un point de la recherche encore trop peu étudié.


Une réflexion sur « jeux vidéo et apprentissage: l’exemple des MMORPG. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.