Les images refusées du 11 Septembre: exemple de 9/11 par Thomas Hoepker 

 

Le Monde n’a plus été le même après les attentats du 11 septembre 2001 à New York. C’est ce que la plupart des personnes que vous interrogerez sur cet événement dramatique vous répondront. Effectivement, beaucoup de changements ont vu le jour à partir de ce jour sanglant, que ce soit le durcissement des protocoles de sécurité, la médiatisation des événements mais également leur narration et leur exposition. Au lendemain des attentats, le président américain George W. Bush ordonnera d’étudier les possibles liens entre les attentats du 11 Septembre et l’Irak. Bien qu’aucun lien n’ait été trouvé, une campagne patriotique générale voit le jour pour l’engagement des Etats-Unis dans une guerre contre l’Irak. Cet attentat fait écho aux combats de Pearl Harbor dans l’imaginaire des américains ainsi qu’à la guerre du Vietnam. Le guerre d’Irak voit le jour officiellement le 20 mars 2003 avec l’invasion de l’Irak par la coalition menée par les États-Unis contre le parti Baas de Saddam Hussein. Les Etats-Unis pointent du doigt plusieurs raisons face à cette décision dont l’arrestation de Saddam Hussein afin d’instaurer une démocratie et la pacification de l’Orient par un effet d’exemple, éliminer des armes de destruction massive qu’était censé détenir l’Irak ainsi que continuer la « lutte contre le terrorisme ».

Lorsque nous confrontons les différentes unes de journaux américains publiés le 12 Septembre 2001, nous nous rendons compte que les photos diffusées sont identiques : principalement la photographie qui montre les tours encore debout, une explosion et un nuage de fumée noire. La même image est donc réutilisée, elle est parfois recadrée. Ces images expriment des sentiments de douleurs, d’immensité, de choc sans jamais montrer les victimes ou les témoins.

Les différentes Unes des journaux américains du 12/09/2001

Clément Chéroux nous explique dans son livre Diplopie, l’image photographique à l’ère des médias globalisés ( Point du Jour,2009) que le 11 Septembre est un des événements les plus photographiés au monde et pourtant un des moins diversifiés dans sa couverture. les Etats-Unis où les médias sont les plus libres et les plus nombreux ont peu de pluralisme des points de vue malgré la diversité des supports. 

Plusieurs images sortent de cette uniformisation, en mettant en avant victimes, témoins, sauveteurs et autres. Les images des victimes sont pour la plupart rejetées par les publics par bienséance et par respect du deuil. Plusieurs effets de censure apparaissent lors du choix des images dans les médias. Ceux-ci s’autocensurent et ne publient pas ces images. Nous pouvons prendre l’exemple de la photographie de Richard Drew, The Falling Man. Cette photo nous dévoilant une homme en pleine chute depuis le haut des tours est parfaitement cadrée et alignée sur les verticales de l’immeuble. Cette image a été publiée par The New York Times, le 12 septembre 2001 en page 7  et a reçu énormément de plaintes pour non-respect de la bienséance. Une enquête d’investigation a été menée afin de retrouver l’identité de l’homme, bien que celle-ci reste incertaine et secrète, la famille de l’homme supposément identifié refuse cette photographie, car étant de confession catholique, elle refuse l’idée que leur enfant se serait suicidé. Richard Drew, auteur de ce cliché, a longtemps été critiqué pour avoir photographié la mort. Dans un interview1, nous dévoilant  les circonstances dans lesquelles cette photographie a été prise, il nous explique que pour faire face à ce qui se passait devant ses yeux, il a eu le réflexe de mettre son appareil au milieu, entre lui et la réalité. Pour lui, The Falling Man montre une homme vivant et c’est ainsi qu’il se rappelle de cette photo, non comme les derniers instants d’un homme mais comme le courage d’un homme vivant. 

The Falling Man, Richard Drew, 11 Septembre 2001

The Falling man a été une réaction “à chaud” à l’attentat, une publication immédiate bien que contestée. Thomas Hoepker est l’auteur d’une photographie du 11 Septembre qu’il a refusé de publier pendant 5 ans avant de donner son accord pour sa  publication. Cette image est 9/11, elle représente une bande d’amis qui a l’air d’être en train de profiter du beau temps et de se prélasser près d’une berge pendant qu’au loin un immense nuage de fumée prend place dans le ciel, fumée venant des tours jumelles du World Trade Center.

Comment cette image dévoilant un autre aspect du 11 septembre jusqu’ici caché a été perçue par le public à sa diffusion? 

9/11 par Thomas Hoepker, le 11 septembre 2001,Photographie, agence Magnum, New-York, USA 

Dans un premier temps, nous allons nous attarder sur la photographie en elle-même pour décrypter ce qu’on y voit puis dans un second temps nous allons confronter les différentes voix annexes à cette image pour comprendre son histoire de sa représentation.

Les images du 11 septembre sont habituellement sombres, proches d’une apocalypse visuelle. La photographie de Thomas Hoepker représente donc un groupe de 5 personnes profitant du soleil dans des positions informelles sur les berges d’un parc de Brooklyn. Ils

sont tous assis de manière confortable. Ils portent également des vêtements confortables et de saison, leurs bras sont dénudés. Des conifères encadrent la scène de manière verticale. Nos yeux sont attirés par le vélo au centre de la photo, il est de profil comme faisant barrage au corps se prélassant. Les ombres au sol et le ciel bleu azur nous montre qu’il s’agissait d’une belle journée ensoleillée. Cette composition peut nous rappeler le célèbre tableau de Manet, Le déjeuner sur l’herbe, cette idée de partage d’un moment convivial dans la nature. 

Le déjeuner sur l’herbe, Edouard Manet, 1863, peinture à l’huile, Musée d’Orsay, Paris, France 

Une fois que nous avons observé le groupe d’amis, notre attention se porte sur le nuage d’épaisse fumée noire qui se forme dans le ciel. En effet, le fleuve fait le lien entre les personnes représentées et le ciel. Si nous apercevons la ligne d’horizon des buildings de Manhattan, la fumée brouille notre vision et nous comprenons qu’il s’agit des attentats des tours du World Trade Center. 

La découverte de cette photo peut nous causer un trouble, une sensation de malaise car il s’agit d’une très belle photographie correctement composée d’un groupe d’amis à New York le temps d’une journée ensoleillée mais la vision de ce nuage noir nous ramène à la réalité de ce tragique moment. La phrase communément entendue à la suite du 11 septembre : Nothing In America will never be the same semble contredite par l’apparence décontractée des personnages. La vie continue pendant, et malgré la chute des Twin Towers. Dans cette idée de paradoxe entre le sujet représenté et l’humeur de la photographie, cette représentation du 11 septembre 2001 me rappelle une autre photographie plus récente qui avait beaucoup circulé sur les réseaux sociaux et également réappropriée en devenant une flopée de “mèmes”.

On y voit au premier plan une petite fille se tournant vers la caméra souriant alors qu’à l’arrière-plan, un incendie ravage une maison. Cette image nommée Disaster Girl dégage également cette sensation étrange à la limite de la culpabilité : notre culpabilité en tant que voyeur mais également celle de la/des personne(s) représentée(s) non éprouvée. 

Disaster Girl, Dave Roth, Photographie, Twitter, 2007 

Une photographie transmet donc une émotion, un sentiment. Ce sentiment ici est déroutant, c’est pourquoi Thomas Hoepker avait décidé de ne pas la divulguer le jour de la prise photographique. Son travail s’apparente à du photojournalisme. Il se considère alors non comme un artiste mais “ un producteur d’images”. Ce 11 septembre 2001, il est chez lui dans l’Upper East Side quand il reçoit un coup de fil le prévenant de l’incendie des deux tours. Il se dirige alors vers Brooklyn quand il aperçoit 5 jeunes en position relax discutant. Il s’arrête et les prend en photo. Lorsque cette photographie est finalement publiée, beaucoup discutent de la prise de vue faite par Hoepker. Certains journalistes ont critiqué Hoepker comme faisant de la banalisation de la terreur de par cette photographie. Une chronique est d’ailleurs rédigée dans le New York Times par Franck Rich2 qui s’indigne complètement du comportement du groupe de jeunes photographié. Selon lui, cette image est une allégorie de l’échec des Etats-Unis à tirer une leçon de cette journée tragique. Selon lui, ces jeunes ne sont pas insensibles mais simplement une représentation des Américains: “The young people in Mr Hoepker’s photo aren’t necessarily callous. They’re just American.”. Hoepker s’est lui-même rallié à ses propos puisqu’il a dit de sa photo qu’effectivement elle donnait un air peu soucieux aux jeunes gens représentés bien qu’ils aient peut-être perdu un être cher. Thomas Hoepker a également discuté du fait de faire face à des situations de chaos dans son métier et selon lui, “Il y a des choses et des situations horribles et il y a de la beauté, souvent en même temps et parfois au même endroit. Je tente simplement de voir les deux”. 

Walter Lipser3 a contesté cette interprétation de la photographie de Thomas Hoepker car il fait partie des 5 personnes représentées. Lipser est l’homme assis à droite de la photo, il s’insurge des conclusions réalisées par Hoepker et Rich car il exprime avoir été fortement choqué lors de la découverte de l’attaque du World Trade Center et qu’il était avec sa petite amie de l’époque ( à sa gauche sur l’image). Tous deux, on eu le besoin de se poser pour digérer les informations et c’est là qu’ils ont rencontré les 3 autres personnes présentes sur la photographie. Les 5 personnes étaient donc en train de discuter des événements quand Hoepker les a pris en photo. Lipser condamne également le processus de Hoepker lors de la prise de vue car il explique qu’à aucun moment le photographe n’est venu se présenter et discuter avec eux de ce qu’ils pensaient, vivaient… 

Collin Pantall référence quant à lui que l’idée qu’il est nécessaire de trouver du réconfort dans une forme d’image connue face à la tragédie et cela n’a pas d’équivalent à l’écrit: “ God forbid if anybody is caught doing anything that lies outside a very narrow band of expected responses [ Que Dieu nous préserve si nous sommes pris en dehors de la bande très étroite des réponses attendues]”. Il défend le fait que le sens d’une photographie peut très vite être manipulé si elle est sortie de son contexte. Et quand bien même si les personnes riaient, raconte Pantall, n’a-t-on pas le droit d’avoir le moindre tic ou réponse nerveuse face à de telles circonstances? 

Une autre photographie de cette journée fatidique prise par Alex Webb dépeint un groupe de 5 personnes discutant face au nuage de fumée des attentats. Alex Webb est un photographe de l’agence Magnum. Cette photo fait partie de la collection de l’agence concernant cette tragédie. Pourquoi cette image n’a-t-elle pas rencontré le même accueil que celle de Hoepker? Je pense que la différence de réception se trouve dans le fait que les personnes représentées font face aux Tours détruites. Malgré leur aspect tout à fait détendu similaire à la photo étudiée, le fait de se présenter face au drame auquel ils assistent ne les place pas, eux, comme des jeunes inconscients insensibles mais comme des spectateurs impuissants.

USA. New York. 9/11/2001. Looking at Lower Manhattan from a rooftop in Brooklyn Heights Alex Webb 

Nous pouvons donc concevoir que les prises de vue photographiques prises lors des attentats du 11 septembre 2011 relèvent du “ça a été” de Roland Barthes, ce qui est photographié a réellement existé. Nous pouvons questionner l’importance de la photographie dans un tel moment, la photographie devient elle une relique? Chéroux nous explique dans son ouvrage Diplopie que les personnes confrontées sur places à ces attentats on eut comme un reflex de l’immortaliser par la photo. Les magasins ouverts dans les alentours ont vendu tout leur stock disponible d’appareil photo jetable. En refusant de publier sa photographie, Thomas Hoepker a fait preuve d’autocensure comme nous le démontre Chéroux. La processus de ce photographe est comparable à l’éthique de travail de Cartier-Bresson, il s’agit de tirs photographiques, cadrés au bon moment, sans flash,ni contact. Nous pouvons remettre en question cette méthode de travail puisque ce tirage nous a prouvé que cette manière de faire pouvait porter à interprétation et à manipulation de l’image.

1 Tom Junod, The Falling Man: An unforgettable story, Esquire, SEP 9, 2021 : https://www.esquire.com/news-politics/a48031/the-falling-man-tom-junod/

2 Franck Rich, Whatever Happened to the America of 9/12?, the New York Times, 10/09/2006, https://www.nytimes.com/2006/09/10/opinion/10rich.html

3 Slate team d’après les dires de Walter Lipser,  It’s Me in That 9/11 Photo, Slate, 13/09/2006, https://slate.com/news-and-politics/2006/09/i-was-in-that-9-11-photo-frank-rich-wrote-about-here-s-what-i-think-about-his-column.html

Bibliographie: 

● Claire Ducresson-Boët, « Événement historique, événement médiatique : exposer l’attentat. Étude des usages multimédias dans le National 9/11 Memorial Museum », Interfaces [En ligne], 41 | 2019, mis en ligne le 21 juin 2019, consulté le 03 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/interfaces/650 ; DOI : https://doi.org/10.4000/interfaces.650 

● Clément Chéroux, Diplopie, l’image photographique à l’ère des médias globalisés : essai sur le 11 septembre 2001, 2009, Le point du Jour, Paris. 

● Divina Frau-Meigs, « Clément Chéroux, Diplopie. L’image photographique à l’ère des médias globalisés : essai sur le 11 septembre 2001 », Études photographiques [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 11 juillet 2010, consulté le 02 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/etudesphotographiques/3068 

● Heiko Klaas, German Star Photographer Thomas Hoepker:”I Photograph What’s There“, Spiegel international, 19 janvier 2007: https://www.spiegel.de/international/german-star-photographer-thomas-hoepker-i-pho tograph-what-s-there-a-460426.html 

● Iconnu, It’s Me in That 9/11 Photo, Slate, 13 septembre 2006: https://slate.com/news-and-politics/2006/09/i-was-in-that-9-11-photo-frank-rich-wrote -about-here-s-what-i-think-about-his-column.html 

● Inconnu, L’histoire qui se cache derrière la photo la plus dramatique du 11 septembre, leral.net le Vendredi 9 Septembre 2016 : https://www.leral.net/L-histoire-qui-se-cache-derriere-la-photo-la-plus-dramatique-du -11-septembre_a179716.html 

● Jodie Wtulich, Le dessous des images : « L’homme qui tombe » de Richard Drew, Le dessous des images, 1 août 2019 : https://phototrend.fr/2019/08/le-dessous-des-images-falling-man-richard-drew/ 

● Jonathan Jones, The meaning of 9/11’s most controversial photo, the Guardian, 2 septembre 2011 : https://www.theguardian.com/commentisfree/2011/sep/02/911-photo-thomas-hoepker -meaning 

● Markus Kretzschmar, 9/11 And They Just Don’t Care – Thomas Hoepker I ICONIC PHOTOGRAPHS #11, Youtube, 28 avril 2016 : https://www.youtube.com/watch?v=6njOttfFG4w

● Peta Pixel, MICHAEL ZHANG, The Idea is That People Should Look A Certain Way in the Face of Tragedy, 19 avril 2012 : https://petapixel.com/2012/04/19/the-idea-is-that-people-should-look-a-certain-way-i n-the-face-of-tragedy/ 

● Sophie Le Tellier, «Argentique et numérique dans les nuages», 2011, http://www.iconographies.fr.



Citer ce billet
ineslefevre (2023, 8 février). Les images refusées du 11 Septembre: exemple de 9/11 par Thomas Hoepker . Voir et penser. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8tx

Une réflexion sur « Les images refusées du 11 Septembre: exemple de 9/11 par Thomas Hoepker  »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.