Un Maillot Pour Exister

            En Juin 2021, l’équipe belge Alpecin-Fenix participe à son premier Tour de France, elle compte sur le néerlandais Mathieu Van Der Poel pour rapporter les bouquets de vainqueur d’étape. Mais celui-ci, en plus d’être un des plus grands talents de sa génération a un autre atout pour mener ses coéquipiers sur le sommet du Tour : sa famille. Né d’un autre cycliste néerlandais : Adrie Van Der Poel, Mathieu est surtout le petit-fils de la légende française Raymond Poulidor. Déjà adulé dans son pays[1], Mathieu Van Der Poel débarque en France avec une étiquette de coureur spectaculaire, talentueux mais encore inconnu du grand public, tout comme son équipe qui compte sur ses nombreux sprinters-routiers pour dynamiser les fins d’étapes réputées ennuyeuses de la première semaine.

Jusque-là, Alpecin-Fénix n’est dans le monde du cyclisme sur route qu’une équipe de seconde division[2], chez les connaisseurs elle commence à se faire un nom mais participer à la « Grande Boucle » va lui permettre de rentrer dans la cour des grands.

Avant de compter sur des potentielles victoires, l’équipe va dynamiser le début du Tour en débarquant à la présentation des équipes, le 24 juin à Brest dans un ensemble original, elle abandonne ses couleurs bleues, noires et rouges pour un mélange de violet et jaune qui va directement provoquer une filiation chez les suiveurs de la petite reine. En effet, ces couleurs sont celles de l’équipe Mercier de Raymond Poulidor dans les années 1960.  Celui qui est connu pour ses sept podiums sur la plus grande compétition du monde sans jamais avoir porté le maillot de leader a péri quelques mois plus tôt laissant un grand vide dans les rangs du cyclisme français. Il est assurément le cycliste le plus connu en France et aussi le plus supporté à travers l’histoire, la « Poupou Mania » est de retour ce 24 juin. Alpecin-Fénix réussit un tour de magie inédit, elle n’est plus l’équipe belge de seconde division, elle est la formation de Mathieu Van Der Poel, petit-fils de Raymond Poulidor qui est en mission : porter cette tunique jaune. Fort d’un support inédit, le prodige néerlandais échoue sur sa première occasion mais le lendemain il remporte l’étape menant à Mûr-de-Bretagne et embrasse la tunique jaune. Mathieu Van Der Poel n’est plus un outsider, il est devenu une légende de ce sport. Ce changement d’identité est une réussite pour la popularité de l’équipe, du coureur, une transformation qui va bien au-delà de la marchandisation.

https://media.sudouest.fr/3911546/1200x-1/208192294-125885393018911-6190550969540360710-n-1.jpg
Mathieu Van Der Poel pose comme son grand-père Raymond Poulidor en 2021. Source : Instagram.

            Ce n’est pas la première fois qu’une équipe cycliste change de tunique à l’abord d’une grande compétition, c’est même devenu un rituel ces dernières saisons. Pour ces équipes, changer d’identité visuelle participe à créer l’événement dans un but commercial. Il y a une équipe qui est devenue maître dans ce domaine : Education-First. Sponsorisée par le groupe scolaire américain, l’équipe veut se donner une image jeune, cool ; arborant une tunique rose élaborée par l’équipementier réputé Rapha tout au long de l’année[3], la formation change en 2020 de maillot pour le Tour d’Italie pour une raison très simple : le rose est la couleur du leader du classement général sur la course, pour éviter toute confusion l’UCI[4] leur demande de changer de couleur, alors elle collabore avec la marque Palace plutôt connue dans le monde du skateboard pour créer un équipement qui va produire un petit séisme dans le monde du cyclisme. En juillet 2022 elle réitère l’expérience sur les routes du Tour, cette fois avec un maillot encore plus rose qu’habituellement, le maillot et son équipe deviennent l’attraction de ce début de Tour.

https://todaycycling.com/wp-content/uploads/2022/06/composition-ef-education-easypost-tour-de-france-2022.jpg
Le maillot de l’équipe EF Education-First en collaboration avec Palace pour le Tour de France 2022.

             Référence au passé ou passage vers le futur, les changements de maillot dans le cyclisme sont assez récurrents. De fait, beaucoup de personnes s’accordent à dire que l’identité visuelle de ce sport est actuellement moins stable qu’auparavant, beaucoup d’équipes optent pour les mêmes couleurs, bleu, noir, blanc… Si le violet-jaune d’Alpecin-Fenix a de suite rappelé les couleurs de Mercier c’était pour l’aspect inédit de celui-ci. Au début des années 2000, le peloton était beaucoup plus coloré, bleu de l’US Postal, magenta de la Deutsche Telekom, orange de l’Esukaltel-Euskadi, bleu de la Bianchi… Si cette logique de couleurs est inhérente à la vie des sponsors (quand le gouvernement du Bahreïn sponsorise une équipe il espère sûrement arborer ses couleurs rouges) elle est aussi un marqueur de la mode sportive qui met en avant le sobre, bien que les récentes créations originales de certaines équipes tendent à montrer que la multiplication des couleurs « flash » peuvent revenir dans le peloton.

Opinion: Richard Moore on the career of Jan Ullrich | Cyclingnews
Turquoise, bleu, rouge et orange fluo, le Tour de France 2003 et ses millions de couleurs.

           Le monde du cyclisme est à ce sujet assez particulier, les équipes ne représentent pas un pays ou une ville mais un sponsor qui bien souvent n’a rien à voir avec le vélo[5]. Les maillots représentent bien souvent une part tout à fait négligeable des ventes de produits dérivés. Il est tout à fait rare pour une équipe de créer une identité propre à partir d’une couleur. La plus marquante dans l’histoire récente de ce sport restera sûrement la couleur orange habillant l’équipe Euskaltel-Euskadi composée uniquement de basques et qui entre la fin des années 1990 et 2013 a fait courir sur les routes françaises de nombreux grimpeurs talentueux. La couleur orange dans le cyclisme représente à la fois le Pays Basque[6] mais aussi une caractéristique de l’équipe composée presque uniquement de coureurs offensifs en montagne. Si aujourd’hui Euskaltel-Euskadi existe toujours, elle ne participe plus aux plus grandes courses, pourtant dans les cols pyrénéens et alpins on retrouve en juillet des maillots oranges prouvant la gloire passée de l’équipe et de ses grimpeurs et la réussite de sa politique visuelle.

https://marquagealaculotte.files.wordpress.com/2017/03/plateau-de-beille-crowds.jpg?w=500
Le Tour de France des années 2000 dans les Pyrénées, la couleur orange domine le tableau des couleurs.

         Si le maillot cycliste est un objet finalement de niche, l’anecdote sur Mathieu Van Der Poel et Raymond Poulidor aura permis d’ouvrir la voie à d’autres sujets. Parce que finalement le maillot est l’objet commun à tous les sports. Dans notre société européenne, il en est un qui est incontournable : le maillot de foot. A la croisée de l’objet de sport et de mode, celui-ci est devenu un habit du quotidien, il a donc deux fonctions à remplir : être beau à porter et transmettre l’identité du club. Aussi, en comparaison du cyclisme, le club de football a l’avantage de représenter un territoire sur la durée[7] mais sa force c’est aussi de pouvoir s’exporter dans d’autres lieux de par sa notoriété. La nouveauté dans ce type d’habit est donc finalement assez rare puisque la continuité et l’ancienneté d’un club restent une force[8], les couleurs de nombreux clubs ne changent pas depuis la fondation du club, d’ailleurs ces couleurs sont parfois le surnom de ces formation : « La Céleste » pour l’Uruguay, « Les Reds » pour Liverpool… Avoir un maillot remplissant les deux critères de la beauté et de l’identité est un objectif essentiel pour les clubs puisqu’ils leur permettent d’exister sur la scène internationale quotidienne ; on peut mesurer la popularité de ceux-ci par le nombre de ventes. Et comme pour tout autre habits, le maillot de foot est un objet représentant une appartenance à un territoire, une ville, une philosophie, une manière de voir ce sport. Ce n’est pas la même chose de porter un maillot du Paris-Saint-Germain et du Racing Club de Lens[9]. Il est aussi amusant de voir comment on peut définir une politique d’un club par leur habillement, prenons l’exemple du FC Venezia, petit club italien qui est remonté en première division nationale en 2020 après une longue période dans les basses divisions, le club est depuis une référence pour ses maillots empruntés au monde de la mode. Le FC Venezia compte sur cet aspect pour exister au-delà de son marché local pour s’établir comme un club représentant la « classe à l’italienne »[10].

https://images.wave.fr/images/1916/11/veneziafc-kappa-5.jpg
Le maillot du FC Venezia est présenté comme un objet de mode raffiné.

D’un autre côté on peut prendre l’exemple du club écossais du Celtic Glasgow, plus éloigné du milieu de la mode, le club arbore depuis sa création en 1887 les mêmes couleurs vertes et blanches représentant la communauté irlandaise à l’origine de la création du club. Dans ce cas, le maillot doit se renouveler avec une très légère marge de manœuvre. On ne joue pas autant sur la carte du beau que pour le FC Venezia mais sur celle de l’histoire. D’ailleurs la présentation du maillot est beaucoup plus liée au foot, dans un stade avec les joueurs le portant. Le public visé est tout à fait différent, dans le premier cas on vise un marché assez large qui peut aussi toucher des gens ne s’intéressant pas au foot, dans le second cas on vise les fans du club mais aussi les fans de ce sport.

Le Celtic dévoile ses maillots 2019-2020 avec New Balance
Présentation du maillot du Celtic Glasgow pour la saison 2019-2020.

          Un autre sport navigue entre représentation d’un territoire et marchandisation de produits dérivés : le basket et notamment la NBA. Le système économique est assez particulier puisque les « clubs » n’en sont pas, ce sont des franchises donc plutôt des marques. Elles n’ont en réalité aucune attache particulière à la ville dans laquelle elles sont implantées[11] mais elles doivent tout de même jouer sur cet aspect pour amener un support à leur équipe. Récemment les Suns de Phoenix ont joué un match de NBA avec un maillot et un terrain spécialement designés pour représenter les communautés natives de l’Arizona[12].

Phoenix Suns' new jersey honors Arizona's Native American roots | 12news.com
Publicité pour le maillot « City » des Suns de Phoenix représentant les communautés amérindiennes.

De fait, toutes les équipes de cette division ont une tunique « city » qui met en avant la ville dans laquelle elles jouent. Il est assez amusant de voir comment celles-ci sont représentées sur les maillots, souvent par le biais de surnoms « Motor City » pour Détroit en hommage à la main mise de General Motors sur la ville, « Rip City » pour Portland… C’est au final généralement une des seules manifestations du « local » sur les maillots de NBA qui sont bien souvent éloignés de cet aspect. Pour les clubs de foot, on retrouve bien souvent sur le logo (et donc sur le maillot) une trace de la ville : la lampe de mineurs de Lens, le bateau pour Manchester, la Tour Eiffel pour Paris… En NBA les logos sont dans la majorité des cas des animaux n’ayant aucun rapport avec la ville : il n’y a pas grizzlis à Memphis, l’aigle n’est pas l’animal emblématique d’Atlanta ni le bœuf pour Chicago. C’est bien pour cela que l’aspect local n’existe pas sur le maillot « régulier » de NBA mais l’aspect historique est lui bien présent. Les équipes changent très rarement de couleurs et les designs des maillots sont très réglementés, généralement sur le maillot n’apparait que le logo, le numéro et le sponsor, il n’y a pas vraiment de prise de risque. Cependant c’est un objet visuel qu’on voit de plus en plus dans la rue et qui se vend donc très bien à l’international. Alors le maillot n’est pas forcément un objet de mode, ni nouveau ; c’est quelque chose que l’on porte pour montrer un certain support à une équipe ou à un joueur. Paradoxalement, certaines équipes ont une histoire tellement forte que les couleurs permettent de montrer l’attrait pour une ville uniquement avec celles-ci[13].  

Ce rapport à l’histoire de la franchise dans le sport américain fait que certains matchs sont joués avec la mention d’une autre ville sur le maillot. L’an passé les Grizzlis de Memphis jouent un match de saison régulière avec une tunique Vancouver Grizzlies, tout simplement parce que la franchise était anciennement implantée dans la ville de Colombie Britannique.

Ja Morant de Memphis joue avec un maillot de Vancouver. Source : Instagram.

        Le maillot de NBA est donc plus proche du t-shirt d’entreprise que du maillot de foot qu’on connait mieux en Europe. Il est d’ailleurs assez amusant de voir que sur cet aspect il se rapproche du maillot de cyclisme avec toutefois deux objectifs différents, dans le premier cas, le maillot fait la pub pour amener un public vers une activité annexe souvent sans lien avec le vélo ; dans le second le maillot est un objet principal de marchandisation d’une marque qui compte sur les ventes de produits dérivés pour être rentable.

Pour vendre un grand nombre de produits dérivés, les équipes de sports américains comptent énormément sur « l’événement », ainsi se multiplient sur la saison de NBA les maillots en l’honneur du « Martin Luther King Day » lors duquel de nombreux matchs sont tenus, des maillots en version camouflée, nouvel an chinois… Mais ils existent aussi dans d’autres sports phares du continent. Chaque saison, la ligue de hockey sur glace nord-américaine organise un match en extérieur, une bonne excuse pour arborer les plus belles tuniques originales. En cette saison 2023 le match opposait les Bruins de Boston aux Penguins de Pittsburgh, l’occasion pour les deux équipes de revenir dans des ensembles au design traditionnel avec pour les premiers le retour du logo alternatif de l’équipe dans les années 1970[14].

Winter Classic winners, losers: Bruins stay strong, Penguins sliding
Maillot des Boston Bruins © pour le Winter Classic NHL 2023.

            Finalement le sport américain et son rapport au visuel est un objet particulier à étudier pour nous Européens qui sommes habitués à l’emprise forte du local dans l’identité d’un club. Il est toutefois intéressant de noter que les deux milieux communiquent, quand la NBA cherche par le biais de ses maillots « city » d’augmenter l’implantation de la franchise dans sa ville, les clubs de foot européens n’hésitent désormais plus à abandonner toute référence à leur ville pour mettre en avant un objet différent[15] de celle-ci. D’ailleurs la logique économique est le fer de lance de cette politique visuelle, l’an passé Newcastle United est devenu propriété d’un émir saoudien qui avait émis l’idée de créer un maillot aux couleurs vertes alors que le club joue traditionnellement avec des couleurs noires et blanches. Plus généralement les sponsors sont devenus la figure centrale du maillot pour les clubs en mauvaise santé financières. C’est ainsi que sont désormais conçus les maillots cyclistes, ils doivent représenter une entreprise avant tout, cependant certaines d’entre elles comprennent que leur intérêt est de jouer sur une certaine filiation que ce soit un coureur, une philosophie de vie ou un aspect local. Il est très amusant de voir d’ailleurs qu’auparavant le cyclisme se courrait en tenue d’équipes nationales mais qu’il a dû s’adapter au monde du sponsoring pour survivre. Étudier ces maillots quel que soit le sport est un moyen de comprendre comment se comporte économiquement ce milieu mais aussi les multiples références inhérentes à celui-ci.


[1] Mathieu Van Der Poel est multiple champion du monde de cyclocross, sport phare aux Pays-Bas et a aussi signé un succès majeur dans la plus grande course cycliste néerlandaise après un come-back historique lors de la saison 2019.

[2] Les divisions en cyclisme sont assez poreuses, cependant par ce classement cette équipe n’a pas accès à tout le calendrier majeur du cyclisme.

[3] Ses maillots « réguliers » portent déjà des indices de l’esprit cool de l’équipe, en 2021 le maillot arborait de nombreuses mesures sur le maillot faisant référence à une amende reçue par l’Union Cycliste Internationale l’année passée pour non-respect du règlement.

[4] Union Cycliste Internationale.

[5] Même si la tendance s’inverse récemment avec la présence du Kazakhstan, du Bahreïn, des EAU et d’Israel parmi les sponsors principaux.

[6] Et on sait que la culture basque donne une grande importance à cette identité.

[7] Certains clubs de football ont été créés avant 1900, la plus ancienne des équipes cyclistes actuelles est la FDJ créée en 1997.

[8] C’est bien pour ça que de nombreux clubs mettent en avant leur date de création sur leur logo.

[9] Le premier est beaucoup plus mondialement connu et sportivement plus en réussite que le second, ce qui montre une adhésion moins ‘’spécifique’’ à ce sport.

[10] Les photos en argentique de présentation du maillot dans les rues  de Venise en sont une marque. D’ailleurs pour se présenter, le club sort du stade et casse presque tous les liens avec le foot.

[11] C’est d’ailleurs visible dans les noms de certaines équipes : le Utah Jazz vient des Jazz de La Nouvelle-Orléans avant le déménagement de la franchise à Salt Lake City, le Jazz n’a plus de rapport avec la ville où est implantée la marque.

[12] https://thefreeagent.fr/divers/les-phoenix-suns-et-le-terrain-city-edition/

[13] Le violet et le jaune en basket sont connues mondialement pour être les couleurs des Lakers de Los Angeles.

[14] Notons d’ailleurs que bien souvent ces matchs sont l’occasion pour les équipe d’un retour aux traditions, sûrement que l’air frais donne envie aux équipementiers de rappeler les racines de ce sport.

[15] Exemple du club Rasen Ballsport Leipzig, propriété de ©Red Bull qui reprend quasiment le logo de l’entreprise sans aucune mention à la capitale saxonne.



Citer ce billet
louisrigaud (2023, 1 février). Un Maillot Pour Exister. Voir et penser. Consulté le 17 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8tw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.