La cartomancie: une tendance sociale en plein essor.

 


Choisissez une pierre.

  • Vous avez choisi la première pierre, le quartz rose. Une personne, qui était proche de vous, va refaire surface. Ne vous précipitez pas, cette personne qui vous a blessé par le passé avec ses remarques et ses jalousies. La deuxième carte indique que soit vous ou cette personne est une femme, une forte énergie féminine se fait ressentir. La prudence et la réflexion sont de mise, cette personne est-elle toujours la même qu’auparavant ou a-t-elle changé? Le serpent et le chien nous indiquent que cette dualité entre le passé et le futur peut être à double tranchant.
  • Vous avez choisi la seconde pierre, le quart vert. L’avenir ne peut se faire sans décision, il faut dès lors avancer, ne plus se refermer sur soi-même et ses acquis. La réussite et la joie sont au bout de ce chemin si vous décidez de sortir hors des sentiers battus.
  • Vous avez choisi la dernière pierre, la pierre du dragon. L’anneau, la clé et le cercueil marquent une étape qui se termine, que ce soit au niveau relationnel, professionnel ou émotionnel. Ce à quoi vous vous êtes accroché n’est plus et il vous faut usé de son intuition féminine pour de nouveau savoir ce qui est bon pour soi. Accepter cet aboutissement permettra également d’accepter ses propres émotions qui y sont liées et de les extérioriser.

 

Ce type de tirage vu précédemment s’est beaucoup popularisé sur les réseaux sociaux ces derniers mois, particulièrement depuis la crise du Covid-19. Grâce à la notoriété acquise via les réseaux sociaux, les pratiques liées à l’occultisme forment un nouveau dialogue et brisent des tabous. Aujourd’hui associées à la sorcellerie, les nouvelles générations semblent séduites par les parasciences, délaissées par les générations précédentes, et finissent alors par se les approprier. Lors des premiers mois de confinement, les applications et sites internet liés aux pratiques occultes comme la cartomancie ou encore l’astrologie ont enregistré une augmentation du nombre de visites par jour, allant parfois jusqu’à des explosions record de 200 % pour certains sites internet proposant des objets rituels. Ce phénomène ne se limite pas à la France, mais s’est développé parallèlement dans le monde entier, avec de plus en plus d’adeptes curieux. Cet essor de la sorcellerie, et de l’occultisme en général, n’est pas un phénomène nouveau. Effectivement, déjà au XIXe siècle et au XXe siècle, de nombreux mouvements intellectuels repoussent les limites socio-scientifique et s’investissent dans des mouvements de spiritismes dans la deuxième moitié du XIXe siècle, dans la réhabilitation du spiritualisme pendant l’entre-deux-guerres et dans les différentes mouvances de pensée à partir des années 1960. 

Selon un sondage Ifop réalisé en décembre 2020 pour Femme Actuelle1, soit plusieurs mois après le début de la pandémie mondiale, il est recensé que près de 58 % des Français croient à au moins une discipline des parasciences. Ainsi, il est possible de constater que parmi ces derniers 41 % des interrogés croient en l’astrologie, 29 % à la chiromancie, 28 % à la sorcellerie, 26 % à la voyance et à la numérologie et enfin 23 % à la cartomancie. Par ailleurs, selon ce même sondage, c’est 75 % des moins de 35 ans qui sont le plus représentés dans ces croyances. Une tendance générale à la hausse avec, par exemple, 8 points de plus dans la croyance à l’astrologie par rapport à un sondage réalisé en 2000. La pratique ou consultation permettrait d’analyser plus en profondeur sa personnalité, ses traits de caractères à travailler et connaître son chemin de vie. Ce sondage Ifop démontre l’importance prise par les parasciences dans la vie quotidienne si on met en opposition avec les statistiques réalisées par Guy Michelat et Daniel Boy2 au début des années 80.  Dans ce dernier, les sociologues font par du fait que l’essor de la parascience est un fait social cyclique qui se repère facilement grâce aux fréquences d’articles de journaux, livres et émissions diverses traitant du sujet. Sur les 100 personnes interrogées par les chercheurs, 23 % d’entre eux disent croire aux horoscopes astrologiques, 36 % en l’astrologie expliquant les caractères et 18 % croient en la sorcellerie. Le fait intéressant dans ces statistiques est la scission faite ensuite entre les croyants et les athées. Séparant les catégories en deux groupes, l’astrologie d’un côté et le paranormal avec la sorcellerie de l’autre, les résultats montrent une corrélation entre croyance et incroyance. Pour les personnes dites athées sans croyance dans un être supérieur hors religion traditionnelle, la croyance au paranormal s’élève à 37 % tandis que ceux croyants en un au-delà après la mort sont 71% à croire au paranormal. Pour ce qui est de l’astrologie, ils sont 29 % pour les athées sans croyance et 50 % à y croire pour ceux avec la croyance d’un au-delà. De plus, au niveau des croyants et pratiquant d’une religion traditionnelle, ces derniers sont 39 % à croire au paranormal contre 37 % en l’astrologie.

“À présent, la diffusion des nouvelles technologies et l’avènement de l’Internet comme réseau public paraissent ouvrir de nouvelles chances pour élargir cet espace public du savoir.”

Gérald Bronner, Ce qu’Internet fait à la diffusion des croyances, 2011

Aujourd’hui, l’Internet et tous ses outils permettent une diffusion encore plus large au niveau de la jeunesse qui se délaisse peu à peu des médias traditionnels. Au cœur de la pratique, le smartphone et plus particulièrement les applications des réseaux sociaux tels qu’Instagram, Twitter et TikTok, pour ne parler que d’eux, et qui cumulent des milliards de post et de vues autour des sciences occultes. À chaque réseau social, sa spécialité. Sur Instagram, nous retrouvons le plus souvent une tentative de démystification de la cartomancie et de l’astrologie avec des nombreux comptes sur le ton humoristique; tandis que sur Twitter et TikTok, ce sont davantage les tirages de cartes divinatoires qui remportent la palme du succès, notamment sous le format de live, même si les vidéos astrologies ne sont pas en reste. Ce choix d’une présence sur les réseaux permet de gagner en popularité et de toucher et d’amener plus de personnes sur les live et les post pour ensuite vendre des prestations généralement plus complètes et personnalisées en privé. Les thèmes récurrents dans les tirages restent toujours ceux liés à la santé, à la vie sentimentale, familiale et professionnelle dans une remise en contexte de la vie passée, présente et future. D’autre part, il est intéressant de noter que le plus souvent, malgré les nombreux praticiens sur les plateformes, les abonnés ne suivent qu’un à deux créateurs de contenus, leur montrant une fidélité et une confiance certaine envers eux.

Si cette tendance peut prêter à sourire, elle est le témoignage d’une génération en proie aux incertitudes, au pessimisme et aux angoisses liées à leur avenir. Le climat de la crise sanitaire à permis à beaucoup de personnes, et notamment les plus jeunes, de se poser des questions sur soi-même, sur ce qu’ils souhaitent réellement faire, avoir ou éviter dès à présent dans leur vie. Confrontées à une crise économique et sociale au niveau mondiale, les jeunes générations ne se projettent plus dans l’avenir, ne sachant plus si faire des études et trouver un travail sera facile. Par ailleurs, nous pouvons facilement mettre l’intérêt pour l’occultisme en lien avec la crise des religions principales qui ne réussissent plus aujourd’hui à répondre au questionnement spirituel moderne de notre société3. Par conséquent, s’intéresser à la sorcellerie, en la pratiquant pour soi ou de loin en se tenant un peu au courant, permettrait à ces personnes de pouvoir remettre dans leur quotidien une sorte d’ordre et d’harmonie au travers d’une pratique rassurante, gratifiante et apportant de l’aide dans une prise de décision.

Il n’existe pas de réels donnés historiques précis par rapport à l’évolution des parasciences dans les sociétés avant les années 80 afin de faire une comparaison évolutive. Cependant, selon Guy Michelat et Daniel Boy, l’expansion des parasciences apparaît volontiers au sein des communautés ne possédant pas de système cohérent de conviction ou de pratique religieuse. Ceci peut s’expliquer par une inquiétude métaphysique au sein des personnes dont les “besoins non satisfaits” nécessitent une consolation moderne au moindre coût. Les parasciences permettent de se défaire des contraintes sociétales et permettent également d’adopter un système sécurisant pour l’individu. Ce système serait alors constitué d’un côté de croyance métaphysique et de l’autre côté de croyances aux parasciences qui peuvent se combiner avec une représentation de la science qui n’a elle aussi pas de limite ni de contrainte. Prudence toutefois, pour les chercheurs, la croyance en une discipline de parascience ne vient pas remplacer une croyance religieuse traditionnelle, mais se place en tant que complément coexistant en même temps. 

La légitimité des systèmes religieux et idéologiques, censés maintenir une homogénéité dans nos sociétés, est depuis plusieurs années contestée. Leur affaiblissement permet l’apparition parcellisée de représentation du monde diverse qui peut mêler plusieurs morceaux des systèmes originaux. En effet, il est possible de trouver une représentation mélangeant des croyances catholique, bouddhiste et conspirationniste tout en croyant que notre santé est mise en péril par des ondes, tout en se pensant totalement rationaliste. L’une des explications pour la pérennisation des croyances est celle du biais de confirmation, faisant partie du sophisme de l’affirmation du conséquent. Selon Sperber et Wilson, les personnes auront souvent tendance à choisir l’affirmation qui aura le plus d’effet cognitif tout en produisant le moindre effort mental possible. De ce fait, les croyances proposent généralement des réponses aux questions existentielles qui embrassent cet effet cognitif avantageux par rapport à l’effort mental à fournir4.

 

De surcroît, la part d’adhésion aux croyances qui touchent plus les jeunes femmes représente une diversité de situation sociale et culturelle. En effet, les chercheurs G. Michelat et D. Boy proposent que cette catégorie de la population soit plus touchée par la nouveauté et par l’affiliation à des nouveaux modes de pensées qui constituent un refuge ou un substitut au système de pensées traditionnelles. Par ailleurs, il est avancé que ces systèmes deviennent des idéologies pour les classes d’âge dont l’intégration sociale n’est toujours pas achevée au niveau professionnel et conjugal5. En outre, les facteurs socio-religieux ont une fonction considérable dans l’adhésion à des croyances issues des parasciences.

 

 

Néanmoins, bien que les disciplines de divination n’aient aucun fondement scientifique, l’ésotérisme devient un terrain où l’investissement financier évolue de façon lucrative. Par ailleurs, le sondage Ifop mentionné précédemment nous révèle que la croyance aux parasciences se concrétise avec des consultations, physiques ou virtuelles, avec des professionnels. 26 % des interrogés avouent alors avoir déjà consulté, dont 18 % pour répondre à des questions liées à l’astrologie et 10 % pour de la cartomancie.


En outre, les ventes de produits dérivés lors de la toute fin du premier confinement ont permis aux librairies, magasins et sites ésotériques de voir leur chiffre d’affaires augmenter avec des ventes importantes axées sur l’ésotérisme, plus que sur des ouvrages classiques d’aide particulière comme le développement personnel. Une augmentation de vente continue et visible depuis déjà 2019 avec le New-York Times se demandant dans un article « Depuis quand tout le monde était-il devenu sorcière? », faisant de ce marché un marché mainstream. Sur les réseaux sociaux, un business s’installe également depuis quelque temps avec des ouvertures de comptes spécialisés dans la cartomancie et les prestations de tirage en privé. Le plus souvent, les adeptes de cartomancie utilisent ces réseaux pour réaliser des live ou des petits jeux afin d’attirer des personnes sur leur compte. À titre d’exemple, le témoignage d’Amélie Fiol donné pour le journal dijonnais Le Bien Public6, nous donne à voir le fonctionnement d’une société de cartomancie sur les réseaux sociaux. Elle explique, à la journaliste Marine Morlot, qu’elle est présente sur la plateforme TikTok depuis mars 2020, à l’entrée du premier confinement en France, et qu’elle cumule aujourd’hui 324 000 d’abonnés. Elle baigne dans les pratiques de divination depuis l’enfance puisque son père est cartomancien amateur également. Malgré le fait qu’elle ne croyait pas réellement à la cartomancie, elle finit par s’y intéresser lorsque son père comprend au travers d’un tirage le harcèlement que subit sa fille. De ce fait, elle commence à pratiquer quelques fois avec des amis et leurs
soirées. Puis elle raconte qu’un jour lors d’un live sur la plateforme avec une amie, elle se rend compte que de nombreuses personnes viennent sur le live et lui pose des questions du fait qu’elle tient dans sa main un jeu de cartes divinatoire. Elle prend cela pour un signe et entreprend de dédier son compte à la cartomancie, crée dans la foulée sa société et investit dans du matériel pour ses live. Avec des live, où peuvent se réunir près de 3 000 abonnés, elle réalise des tirages gratuits le soir en live, ce qui constitue son produit d’appel pour attirer les personnes à lui demander en privé un tirage payant. Ces derniers tirages peuvent être monnayés entre 3 et 50 € selon les thèmes abordés et la longueur du tirage voulu. Prenant son rôle de guide très à cœur, elle affiche un chiffre d’affaires d’environ 5 000 € par mois grâce à ses prestations sur les réseaux sociaux et la vente de produits ésotériques artisanaux. 

Les live de tirage fonctionnent particulièrement bien sur TikTok, sur Twitter, cependant, il n’existe plus de possibilité de créer des contenus vidéos en direct avec de l’interaction. Sur ce dernier, les tirages s’effectuent généralement au travers d’un post avec une photo, le plus régulièrement des pick a pile

Pouvant s’accompagner d’éléments divers comme des pierres ou de petits objets décoratifs, l’esthétique des photos peut trahir le statut de la personne réalisant ses tirages. Comme à l’instar des photos issues d’un compte professionnel présentées au début de l’article, les comptes professionnels auront une tendance à avoir une mise en scène soignée, en plan plutôt large avec un fond volontairement uni et correspondant à l’univers voulu, ici celui de la magie sorcellaire. Des amateurs en apprentissage auront tendance à faire des photographies en plan plus serré et minimaliste, même s’il existe de nombreux comptes amateurs où l’esthétique est particulièrement soignée et où les cartes sont agencées de la manière la plus esthétique possible.

 

Ces deux exemples nous montrent parfaitement la différence entre une personne amateure, à gauche, apprenant à tirer et une autre plus à l’aise avec son jeu et faisant commerce de ces tirages, à droite. Sur les photos de @SoleilNymphe les cartes minimalistes et pierres sont prises en photo une par une, en gros plan, et non en ligne ou toutes sur une même image. Par ailleurs, le message pour présenter le tirage sur le thème sentimental est personnel, destiné à ses abonnés considérés plus comme des connaissances, malgré le fait que le message soit sur le ton du vouvoiement. Le fond est un motif minimaliste fleuri assez courant comme nappe et tissus de maison. De plus, les pierres utilisées sont une améthyste (violet, pour la sagesse et la force), un quartz laiteux (blanc, pour l’harmonie intérieure), une serpentine (vert) et un lapis lazuli (bleu, pour la sagesse et l’intuition) et forment l’unique forme esthétique avec le dessin de l’œil qui se dessine sur les cartes sous les pierres. Le but étant alors plus de pratiquer, tout en offrant un service à d’autres personnes, plus que d’attirer de potentiels clients près à passer en message privé pour des commandes de tirages plus poussées. De l’autre côté, @es0ceane se présente plus professionnel et avec une esthétique plus ésotérique. Tous les éléments sont présents en une seule photo, non empilés, mais avec une place précise pour chacun. Le fond est uni et décoré par des pétales de fleurs à dominante bleu/violet, puis au centre vient un rondin de bois plat où se placent les pierres (quartz rose “apaisement”, quartz vert “purifie le corps” et pierre du dragon “patience”) et en dessous les trois

tas de carte préalablement tiré d’où ressortent les symboles dessinés dessus. Par ailleurs, le message accompagnant est sobre, professionnel et sans surplus de texte nécessaire pour la prestation. Cependant, contrairement à @SoleilNymphe, le message semble plus intime avec l’emploi du tutoiement, une façon de paraître plus proche des abonnés visés par ces tirages. Ces tirages gratuits, ouverts au public, malgré de nombreux messages évasifs, deviennent une excellente vitrine pour les pratiquants et permettent d’interagir avec leur communauté. Par ailleurs, il est souvent demandé sous un pick a pile quelle.s carte.s ont été choisies grâce à un sondage. 

 

Une part importante de ce business est grandement liée à l’esthétique des cartes également. Auparavant, les cartes divinatoires se trouvaient être des cartes de jeu normales qui étaient lues avec leur propre règle ou bien le fameux Tarot de Marseille qui est utilisé en France  depuis le XVIIIe siècle comme objet de divination et qui a été remis au goût du jour à grande échelle dans les années 1950 en France(( Nadolny, I. (2018). Histoire du tarot – Origines – Iconographie – Symbolisme (French Edition). TRAJECTOIRE.)). Réglementé et structuré dans ses formes et dans son esthétique principale, le tarot n’est aujourd’hui plus le jeu le plus utilisé par les nouvelles générations de cartomanciens. Il est davantage plus fréquent de voir des tirages réalisés avec des oracles divers et variés, qui ont de l’essor au milieu du siècle dernier. Malgré le fait qu’il soit très riche en symbolique et gratifiant de le maîtriser, le tarot n’est pas accessible en premier lieu pour les débutants. L’oracle, quant à lui, est diversifié et chaque oracle possède une identité et une esthétique propre qui lui est dédiée selon les goûts et la volonté de représentation par l’auteur. Cette diversification peut devenir plus facile à appréhender plus le pratiquant puisque l’oracle ne suit pas nécessairement la structure de 78 cartes du tarot divisé en 2 arcanes, majeure et mineure, et possède son propre mode de lecture, cependant la richesse de la symbolique n’est pas toujours égale d’un jeu à un autre. 

En somme, les réseaux sociaux ont permis depuis quelques années l’essor de plusieurs tendances dont celles des parasciences dont fait partie l’ésotérisme et la divination. Après une constante légère évolution des parasciences au cours des dernières décennies, un élan considérable d’adhésion à ces croyances, qui n’ont aucun fondement scientifique, coïncide avec le début de la crise mondiale du Covid-19. Touchant particulièrement les adolescents et jeunes adultes, les réseaux sociaux comme Twitter et TikTok ont très vite adopté le phénomène et les internautes ont pu voir de plus en plus de post et des vidéos en lien avec l’ésotérisme, l’astrologie et la cartomancie. Comme nous l’avons vu, ce phénomène peut s’expliquer par diverses raisons qu’elles soient sociales, culturelles et religieuses. D’autre part, cet essor mondial a fait naître des petites entreprises ésotériques proposant sur les réseaux des tirages de cartes payants et personnalisés, qui s’accompagnent d’images esthétiques particulières pour attirer et fidéliser les internautes.



Citer ce billet
Offelya (2022, 1 février). La cartomancie: une tendance sociale en plein essor. Voir et penser. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8to

  1.  Les Français et les parasciences. (2020, 2 décembre). Ifop. Consulté le 3 janvier 2022 []
  2.  Boy, D., & Michelat, G. (1986). Croyances aux parasciences : dimensions sociales et culturelles. Revue Française de Sociologie, 27(2), p.177 []
  3.  Boy, D., & Michelat, G. (1986). Croyances aux parasciences : dimensions sociales et culturelles. Revue Française de Sociologie, 27(2), p.197 []
  4. Bronner, G. (2011). Ce qu’Internet fait à la diffusion des croyances. Revue européenne des sciences sociales, 1, p.5 []
  5. Boy, D., & Michelat, G. (1986). Croyances aux parasciences : dimensions sociales et culturelles. Revue Française de Sociologie, 27(2), p.181 []
  6. Morlot, M. (2021, 28 décembre). Amélie Fiol, 20 ans et star de la cartomancie 2.0. Le Bien Public. Consulté le 3 janvier 2022, https://www.bienpublic.com/culture-loisirs/2021/12/27/amelie-fiol-20-ans-et-star-de-la-cartomancie-2-0 []