La visualité du concert, de l’image classique de retransmission à l’image spectaculaire : Vers une médiatisation visuelle des concerts

Réflexion sur les problématiques de visibilité dans les grandes salles et sur l’adaptation ou l’évolution de la dimension visuelle du live qui entretient un lien étroit avec sa médiatisation

De nos jours, la musique devient de plus en plus rattachée à la représentation visuelle en suivant l’évolution des avancées technologiques qui permettent de fournir des images suffisamment adaptées aux événements.

FIGURE A

 

Cela est notamment visible dans la construction de salles de concert gigantesques ou d’aménagement de lieux, non spécifiques à ce type de représentation, dans le but de les recevoir occasionnellement comme dans le cas des stades ou des hippodromes par exemple. En 1969, l’un des plus grands festivals ayant marqué l’histoire eut lieu sur des terres agricoles dans la campagne de l’État de New York : Woodstock. Environ 500 000 personnes sont venues vivre une expérience dont les conditions étaient en grande partie peu adaptées pour un tel événement, mais les artistes ont tout de même réussi à se produire face au public. Cependant, comme on peut le voir sur la Figure A ci-dessus, la foule était d’une telle immensité qu’il devait être presque impossible d’entendre le son et de voir les musiciens pour le public qui se situait à une centaine de mètres d’une scène, dont la technologie manquait largement de puissance pour fournir une diffusion appropriée.

Aujourd’hui, l’évolution de la technique, qu’elle soit sur le plan sonore ou visuel, s’est grandement développée pour offrir à une foule les moyens de percevoir un concert même lorsque la distance entre la scène et le dernier rang du public est grande. Ainsi, l’amélioration des micros et des enceintes permet une diffusion par amplification beaucoup plus vaste, et l’installation d’écrans géants rend la visibilité possible de loin, comme en haut à gauche et à droite de la Figure B ci-dessous du concert du groupe de Hard Rock Iron Maiden à la salle de Paris Bercy en 2011.

FIGURE B

Néanmoins, une partie des spectateurs vient au concert pour y assister en direct mais l’observe via des écrans vidéos comme derrière une télévision. Selon Philip Auslander dans son article sur La performance en direct dans une culture médiatisée1, “ […] toute distinction qui existait entre événement en direct et événement médiatisé s’estompe, puisque l’interprétation en direct ressemble de plus en plus aux spectacles médiatisés. On le voit dans l’intrusion des technologies des médias dans toute une gamme d’événements en direct […] ”. C’est en effet ce qui se produit avec les écrans géants dont le contenu vidéo est travaillé, monté et coupé en direct avec des plans particuliers. Par ce biais, le spectateur n’est plus en train de regarder le concert qu’il pensait voir mais ce que le média souhaite lui montrer de ce spectacle, à travers une réalisation effectuée instantanément par des techniciens. Toujours à partir des propos de Philip Auslander, selon lui ces écrans servent à créer une sorte d’intimité et de sentiment de présence dans l’événement en direct qui sont pourtant propres à la télévision à l’origine. De plus, on retrouve également sur scène les effets lumineux et vidéos, qui étaient destinés au départ aux plateaux de télévision, pour venir compléter la performance et ajouter une dimension visuelle plus importante qu’elle ne l’était lors d’un événement musical auparavant. Ainsi, les références médiatiques se retrouvent de plus en plus dans la performance. Dans son article2, Philip Auslander fait également référence à l’essai de Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’âge de la reproduction mécanique, de 1936, pour dire que ce que l’homme perçoit est lié directement à ce qu’il connaît déjà, et donc que si ce qui lui ait montré est déjà connu, l’homme est rassuré et s’en réjouit. Selon Walter Benjamin, c’est le “ désir de reproduction ”. En suivant ce raisonnement, plus ce qui est visible sur scène est semblable à ce qui est diffusé à la télévision, plus le public est satisfait et trouve ses repères dans quelque chose qui lui semble déjà familier et synonyme d’intimité. De ce fait, assister à une représentation en direct ayant des références médiatiques va instaurer un climat de confiance chez le spectateur qui retrouvera des sensations rassurantes presque similaires à celles qu’il obtient habituellement à son domicile lorsqu’il regarde sa télévision. Pour reprendre l’exemple de Philip Auslander dans son article3, il écrit : « L’équipe qui scénarise les tournées de Madonna l’admet volontiers : le but de leurs productions, comme celui de nombreux concerts rock et pop, est de reproduire aussi fidèlement que possible les vidéoclips de l’artiste, en se rappelant que le public qui vient voir le spectacle s’attend à voir ce qu’il a déjà vu à la télévision. Parce que le vidéo clip détermine la norme de ce qui est ‘‘ réel ’’ dans ce domaine, seule une recréation de son imagerie peut être considérée comme étant ‘‘ réaliste ’’. Inversement, le fait que les images des videoclips de Madonna puissent être recréées dans un décor en direct augmente le réalisme des videoclips originaux ». Pour aller plus loin et illustrer cette réflexion, nous pouvons ajouter qu’il existe des entreprises comme Pathé, qui gère l’exploitation de nombreuses salles de cinéma, et qui propose une branche spéciale nommée Pathé Live destinée à diffuser des concerts en direct. Ces concerts sont alors complètement cinématographiques et dévoilent aux spectateurs des images médiatisées, comme s’ils venaient voir un film plutôt qu’un concert. Ainsi, dans ce cas de figure, le public vient retrouver l’intimité de la performance qu’il ne pourrait avoir s’il était présent physiquement au concert et qui est cette fois compensée par une production audiovisuelle professionnelle, observée sur un écran de qualité depuis un fauteuil confortable dans une salle plongée dans le noir. Finalement, le direct médiatisé a donné au concert la capacité d’être présent à plusieurs endroits à la fois simultanément, voire partout en même temps, ce qui provoque le fait que le spectateur ne soit plus totalement comblé lorsqu’il observe un live sur place. De ce fait, le seul moyen efficace pour compenser ce manque reste d’apporter un aspect médiatique à la scénographie de la prestation avec notamment des écrans géants proposant des images identiques à celles diffusées par la télévision ou le cinéma.

L’Ère du numérique, apparition progressive des retransmissions sur les plateformes et les médias sociaux

Depuis les années 1980, les chaînes de télévision se sont multipliées pour offrir un panel de contenus capable de satisfaire la plupart des goûts, puis dans les années 2010, l’arrivée du numérique qui s’est développé progressivement auprès du grand public depuis 1990, avec notamment l’invention du web, vient modifier les pratiques. Les concerts en direct ne disposent pas d’une grande visibilité sur leurs plages horaires nocturnes. De plus, il faut souscrire à des abonnements pour avoir accès aux chaînes payantes parfois dédiées à ce genre de contenu, et même si les quelques mélomanes qui utilisaient l’enregistrement via le magnétoscope se servent par la suite de l’enregistreur numérique et du mode replay pour revoir ce qu’ils avaient manqué durant la nuit, c’est internet et sa musicothèque presque infinie qui s’impose comme moyen idéal pour visionner des concert filmés en direct ou enregistrés. Tout d’abord, il faut préciser qu’étudier les débuts des retransmissions en direct sur internet est compliqué puisqu’il n’existe pas vraiment de sources historiques qui les retracent. D’autre part, l’étude de ce type d’objet est également compliquée du fait de son instantanéité, puisqu’une fois terminé, le live disparaît, sauf s’il a été enregistré mais dans ce cas il est difficile de savoir s’il a été diffusé en direct ou non. Cela dépend donc de l’archivage des métadonnées. Cependant, après maintes recherches sur le net, des traces de ce qui semblerait être le premier concert en livestream, terme qui vient de l’anglais et qui désigne une retransmission d’un événement en direct sur internet, apparaissent sur le site d’un groupe américain de rock and roll basé en Californie aux États-Unis : Severe Tire Damage que l’on peut voir sur les Figure C et ci-dessousIl est alors inscrit que le 24 juin 1993 est la date qui correspond au premier livestream réalisé par un groupe. Les musiciens “ se produisant depuis les patios de Xerox PARC, ont diffusé sur le réseau fédérateur multidiffusion d’Internet (le “MBone”) et ont été vus et entendus en direct jusqu’en Australie. L’ingénierie du MBone était assurée par Ron Frederick et Steve Deering du Computer Science Lab de Xerox PARC ”4. En parallèle nous aborderons les aspects techniques lors de la partie suivante sur les techniques et leurs évolutions, utilisées pour obtenir ces images. Suite à cela, ils précisent que le groupe de rock anglais les Rolling Stones a souhaité faire de même. C’est le 18 novembre 1994 que le concert de ce groupe mythique est diffusé via le même réseau avec en première partie les Severe Tire Damage.

FIGURE C
FIGURE D

 

Ces derniers, amplement satisfaits de la réussite de leur concept innovateur le développent alors en diffusant de la même manière une série d’émissions hebdomadaires. C’est le début du livestream qui va littéralement monter en puissance au fil des années. En effet, aujourd’hui la majorité des acteurs du secteur médiatique et artistique se sont mis à travailler sur le livestream, que ce soit les radios ou les producteurs de spectacles, tout le monde tente de produire du direct sur un site privée ou par l’intermédiaire de différents canaux, pour un résultat parfois très réussi et parfois moins. Les canaux en question sont généralement des plateformes qui ont été créées pour la diffusion de vidéos enregistrées, avant que le direct ne fasse également son apparition dessus. Les plateformes de streaming vidéo les plus connues sont Dailymotion et Youtube depuis leur création en 2005, mais il en existe beaucoup d’autres dont Vimeo créée en 2017, ou Twitch en 2011 dédiée à l’origine au livestream de jeux vidéos et de sport en ligne mais dont le contenu s’est élargi au fur et à mesure et dont la cote de popularité ne cesse d’augmenter depuis quelques années. De plus, les médias sociaux tels que Facebook, Instagram ou Twitter proposent eux aussi la possibilité de diffuser des vidéos en direct. Ainsi, le livestream se présente sous diverses formes qui peuvent être issues d’une activité amateure, professionnelle ou pirate. Pour cette dernière, il s’agit de spectateurs qui décident de filmer un concert avec leur smartphone et de le retransmettre généralement en basse qualité sonore et visuelle sur internet sans aucun accord au préalable. Certains artistes peuvent être offusqués en ayant l’impression que quelqu’un rend gratuit l’accès à la prestation payante, tandis que d’autres peuvent le percevoir comme une opportunité d’atteindre davantage de publics grâce à une plus grande diffusion. Lorsqu’il s’agit d’un livestream organisé par les artistes, la qualité de prise de vue est davantage professionnelle et adaptée au format numérique pour être généralement diffusée sur plusieurs canaux simultanément. Cependant, il n’existe pas de standard unique pour ces livestreams, ce modèle n’est pas fixe mais tend toujours à être amélioré. En parallèle, il a permis d’apporter une nouvelle visualité au concert avec des lives qui ne se déroulent plus seulement dans des salles ou dans des stades mais également dans des lieux inédits tels que les domiciles des artistes ou des paysages insolites où le public ne peut pas toujours se rendre. Durant la pandémie de covid 19, les concerts étant interdits pour des raisons sanitaires, l’année 2020 a été jalonnée d’une nouvelle forme de concert à domicile comme l’a fait Jean-Louis Aubert le samedi 21 mars 2020 qui est illustré sur la Figure E ci- dessous.

FIGURE E
FIGURE F

 

Le rendu de ce type de live n’a rien de professionnel sur le plan visuel puisque l’artiste se filme seul dans son salon sans effets quelconques destinés à améliorer l’image et sans technicien spécifique.
En parallèle, bien avant la pandémie, certains artistes ou sociétés proposaient déjà des concerts en livestream dans des lieux insolites où l’image et le décor contribuent grandement à la performance. C’est le cas du média Cercle qui propose depuis 2016 des prestations avec ou sans public en direct sur la plateforme Youtube et les médias sociaux Instagram et Facebook. Comme le montre l’image de droite ci-dessus, ils réalisent des lives pour des artistes dans des lieux grandioses qui subliment les plans comme avec la prestation de musique électronique de l’Allemand Ben Böhmer à bord d’une montgolfière survolant la Cappadoce en Turquie. Ainsi, avec l’arrivée d’internet et du streaming, le concert en direct trouve l’environnement idéal pour se présenter sous de nouvelles formes et pour combler le peu de diffusion qui lui est proposé par la télévision. De plus, l’accès à ces livestream change la manière de consommer des concerts qui se transpose derrière l’écran de l’ordinateur, d’autant plus que leur accès est gratuit la plupart du temps. Par ailleurs, l’absence de public permet de laisser place à des images inédites qui impliquent l’utilisation de nouveaux moyens de captations vidéo. Ainsi, à l’inverse d’un concert durant lequel le spectateur est présent physiquement et où le son et les effets scénographiques occupent l’attention du public, dans ce type de performance, la dimension spectaculaire est projetée dans l’image et le choix des plans sur lesquels des angles aériens et une vue sensationnelle sont privilégiés.

Les techniques et leurs évolutions utilisées pour obtenir ces images : l’image mise en avant

Au fil des années, les techniques de prise de vue ont évolué en fonction de l’avancée technologique. Aux débuts des retransmissions de concerts, les caméras étaient encombrantes et leurs fonctions étaient limitées, les publics étaient filmés depuis la scène ou du dessus et les musiciens de points de vue fixes, alors qu’aujourd’hui les caméras peuvent se déplacer dans le public ou s’approcher des artistes pour les filmer sur scène de très près, sans être invasives et sans que les techniciens soient dans l’obligation d’installer une grosse caméra sur trépieds comme on peut voir sur la Figure G ci-dessous.

FIGURE G

 

De nos jours, même les téléphones sont équipés de caméras très haute définition et offrent la possibilité de se filmer partout, comme à domicile dans le cas de Jean-Louis Aubert cité précédemment. En effet, outre l’aspect facilitateur pour les captations visuelles de concerts, la miniaturisation des caméras de qualité de plus en plus élevée a provoqué de nombreux changements comme pour le cas du livestream notamment.

Pour expliquer la manière dont le groupe Severe Tire Damage a procédé pour diffuser sa première performance sur internet, il a publié sur son site la Figure H ci- dessous. Ils ont utilisé une petite caméra contrôlable à distance, la Canon VC-C1 (visible sur la Figure I ci-dessous) installée sur un pied motorisé, et un système qui numérise les sons, le Musical Instrument Digital Interface ou MIDIreliant les instruments et les micros à un ordinateur lui-même relié à internet via un serveur.

FIGURE H
FIGURE I

 

Par ailleurs, une autre innovation clé dans ce bouleversement est l’ordinateur portable connecté à internet. Dans son article Musiques populaires en régime numérique. Acteurs, équipements, styles et pratiquesNick Prior écrit : “ Effectivement, pour peu qu’on possède le bon logiciel, le portable remplace une foule de matériels […]. Ajoutons à cela la connectivité numérique intégrée au système et la possibilité de télécharger les chansons une fois produites vers Internet, d’en assurer la promotion, la diffusion et l’écoute par autrui. Nous sommes donc ici en présence d’une unité de production tout-en-un associant composition, diffusion et consommation. On ne saurait trop souligner l’importance de cette convergence, et on peut dire qu’en cela, l’ordinateur est un véritable méta-dispositif technologique ”. Dans les concerts des années 2000, les ordinateurs nécessaires à la synchronisation des effets scénographiques et à la diffusion étaient constitués d’un nombre conséquent d’outils informatiques compliqués à installer et à déplacer. Par la suite, l’ordinateur portable a pris le relais et est devenu le moyen utilisé majoritairement par les musiciens et les médias pour la création et la diffusion. Dans le cas du livestream tel que le présente le média Cercle, cet outil informatique connecté à internet facilite la diffusion dans des lieux dans lesquels il serait impossible de transporter du matériel conséquent.

De plus, une autre invention a complètement renversé le format d’images auxquelles le public était habitué : le drône. Effectivement, alors que la télévision et le cinéma se sont appliqués à produire des images de plus en plus saccadées, avec des plans coupés courts se succédant les uns aux autres pour donner de l’intensité au contenu, cette nouvelle technologie marque une transition avec des images aériennes et des plans beaucoup plus longs, larges et lents, qui apportent une atmosphère planante difficile à représenter depuis le sol. Dans les concerts et les festivals, les drones survolent la scène et le public, passent entre les artistes et les instruments pour filmer des plans séquences inédits et spectaculaires que l’on retrouve dans les vidéos promotionnelles. Ainsi, le drone permet de filmer à partir d’un point de vue qui était inaccessible auparavant. Cela est particulièrement visible dans les images des shows tels que le concert de DJ Snake sur l’Arc de Triomphe en 2017 (sur la Figure J ci-dessous) ou la performance d’Eelke Kleijn en 2021 captée par le Cercle dont la Figure K ci-dessous montre l’artiste sur le parvis de l’abbaye du Mont-Saint-Michel en Normandie vu du ciel.

FIGURE J
FIGURE K

 

Par ailleurs, les spectateurs sont maintenant habitués aux images de drones qui sont également très utilisées dans les clips musicaux diffusés sur les plateformes et à la télévision. Finalement, ce sont toutes ces technologies qui ont participé ensemble à l’apparition de la médiatisation du live en ligne, que ce soit grâce à leurs qualités portatives et de diffusion, comme leur capacité à créer un nouveau type de contenu d’images qui ont renversé les codes audiovisuels déjà établis.

En outre, la médiatisation du concert via la télévision notamment, lui a permis l’ubiquité et lui a associé une dimension visuelle, ce qui a entrainé par ce biais une nécessité d’incorporer la médiatisation de l’événement à l’intérieur de l’événement lui- même pour combler les attentes du public liées au « désir de reproduction » selon le terme de Walter Benjamin. Par la suite, le livestream s’est inséré comme nouveau mode de diffusion du concert avec l’apparition d’internet, et plus tard des plateformes de partage de vidéos qui l’ont rendu de plus en plus populaire. Ce mode de diffusion a alors apporté une visibilité plus importante au concert qui commençait à être relégué au second plan à la télévision. Finalement, le livestream, lorsqu’il est préparé et réalisé par des professionnels, s’inscrit dans la continuité de la médiatisation intégrée au concert destinée à satisfaire les désirs visuels du public, en offrant des images façonnées et parfois spectaculaires dont le rôle est davantage mis en avant par rapport à la performance elle- même.

1 Auslander, P. (2001). « La performance en direct dans une culture médiatisé ». L’Annuaire théâtral,(29), 125–140. https://doi.org/ 10.7202/041459ar

2 Ibid.

3 Auslander, P. (2001). La performance en direct dans une culture médiatisée. L’Annuaire théâtral,(29), 125–140. https://doi.org/ 10.7202/041459ar

Traduit depuis l’anglais : “Performing from the patios of Xerox PARC, they broadcast onto the Internet Multicast Backbone (the “MBone”). They were seen and heard live as far away as Australia. MBone engineering was by Ron Frederick and Steve Deering of the Computer Science Lab at Xerox PARC.”

5 Prior Nick, « Musiques populaires en régime numérique. Acteurs, équipements, styles et pratiques », Réseaux, 2012/2 (n° 172), p. 66-90. DOI : 10.3917/res.172.0066. URL : https://www.cairn.info/revue-reseaux-2012-2-page-66.html

Bibliographie :

– Prior Nick, « Musiques populaires en régime numérique. Acteurs, équipements, styles et pratiques », Réseaux, 2012/2 (n° 172), p. 66-90. DOI : 10.3917/res.172.0066. URL : https:// www.cairn.info/revue-reseaux-2012-2-page-66.htm

– Auslander, P. (2001). La performance en direct dans une culture médiatisée. L’Annuaire théâtral,(29), 125–140. https://doi.org/10.7202/041459ar

Table des illustrations :


Figure A : 
Mark Goff, Opening ceremony at Woodstock, 15/08/1969.

URL : https://integralyogamagazine.org/the-road-to-woodstock-beyond/.

Figure B : Marc VillemainIron Maiden à Bercy, 27/06/2011.

URL : http://www.marcvillemain.com/archives/2011/06/28/21497222.html

Figure C : Severe Tire Damage, Severe Tire Damage Played the First Live Music Performance on the Internet.

URL : https://www.std.org/text/about.html

Figure D : Severe Tire Damage, Severe Tire Damage Played the First Live Music Performance on the Internet. 

URL : https://www.std.org/text/about.html

Figure E : L.V, Jean-Louis Aubert en concert pour ses fans depuis son salon21/03/2020.

URL : https://actu.fr/insolite/confinement-quand-m-jean-louis-aubert- lorchestre-serbie-sinvitent-chez-vous-lapero_32467206.html

Figure F : Capture d’écran du live produit par le Cercle sur Youtube Ben Böhmer live above Cappadocia in Turkey for Cercle, 10/09/2020.

Figure G : France 3 / Région Haute-Normandie, Martin Garrix à Rouen devant 70 000 spectateurs, 05/07/2014.

URL : https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/ 2014/07/04/rouen-la-foule-attendue-malgre-la-meteo-pour-le-concert-de-skip-use-et-de- martin-garrix-511947.html

Figure H : Severe Tire Damage, Severe Tire Damage Played the First Live Music Performance on the Internet. 

URL : https://www.std.org/text/about.html

Figure I : Canon VC-C1.

URL : https://www.worthpoint.com/worthopedia/canon-webcam- vc-c1-mk-ii-remote-1791586258

Figure J : Fred, Air Style : vols au-dessus de l’Arc de Triomphe !, 10/09/2017.

URL : https://www.helicomicro.com/2017/09/10/air-style-vols-au-dessus-de-larc-de-triomphe/

Figure K : Capture d’écran du live produit par le Cercle sur Youtube Eelke Kleijn live at Mont Saint-Michel in Manche, France for Cercle, 29/04/2020.



Citer ce billet
langlois (2022, 1 février). La visualité du concert, de l’image classique de retransmission à l’image spectaculaire : Vers une médiatisation visuelle des concerts. Voir et penser. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8tn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.