Présentation de “L’Image-Matière” de Dominique Peysson

Référence de l’ouvrage : PEYSSON Dominique, L’Image-Matière. Matériaux émergents & Métamorphoses imaginaires, Paris, Editions Dis Voir, 2016, 124 pages.

 

Photographie d’une œuvre de Berndaut Smilde dont une partie constitue la couverture de “L’Image-Matière”

 

L’Image-Matière de Dominique Peysson est un essai agissant comme un état des lieux vulgarisateur de l’avancée actuelle, théorique et pratique, du croisement art/sciences de la matière.

Par “art”, nous entendons “art contemporain”, le seul, via les installations, les performances et la création d’objets hybrides, à appréhender la matière comme notion à physiquement explorer et travailler. Par “sciences de la matière”, ce sont les nanotechnologies, nanobiologies et la physique fondamentale qui sont concernées.

Ce croisement art/science se retrouve chez l’auteure même : Dominique Peysson est titulaire de deux doctorats, l’un en physique des matériaux, l’autre en arts et sciences de l’art. Elle est active dans les deux domaines, poursuivant des recherches scientifiques tout en mettant au point des installations.

On ressent ce double bagage tout au long de la réflexion développée par Peysson. Elle emprunte aussi bien des notions et réflexions à des auteurs classiques des sciences humaines et sociales – Henri Bergson, Michel Foucault ou encore Maurice Merleau-Ponty pour ne citer qu’eux – mais aussi à des auteurs issus des sciences exactes, du neurobiologiste Jean-Pierre Changeux au physicien Gerald Holton en passant par le cogniticien Douglas Hofstadter.

L’apport essentiel de l’auteure consiste ici à lier ces différentes approches autour de son objet d’étude, “l’image-matière”, dans une perspective finalement très orientée visual studies.

Au-delà de ce background académique, qui permet donc d’appréhender et de lier ces cadres théoriques, l’expérience en tant qu’artiste de Peysson se fait aussi ressentir : elle se réfère à de nombreuses reprises – parfois en images – à des œuvres d’art (y compris les siennes), que ce soit pour amorcer ou exemplifier une réflexion.

Ainsi, L’image-Matière est un ouvrage abordable, dans le sens où il n’est pas ancré dans une discipline particulière, et de ce fait non soumis à un quelconque jargon inaccessible au premier venu.

L’essai est divisée en trois parties distinctes, que nous allons seulement évoquer :

La première, “Matière hautement technologique”, cherche à définir ce que l’auteure entend par “matière” et plus particulièrement la notion capitale de “matière émergente”, que Peysson définit comme ceci (p20) : « tous matériaux dont une propriété particulière et optimisée au moins se distingue de manière prononcée de celles des matériaux naturels (pierre, bois…), ou des matériaux classiques : des métaux, de la céramique ou du verre jusqu’aux résines et plastiques courants. Leurs particularités peuvent résulter tout autant de leur constitution chimique (éléments, molécules) et de leurs agencements que de leur structure à grande ou à très petite échelle. Ces matériaux sont souvent des matériaux complexes et de haute technologie ». Cette partie, majoritairement nourrie de travaux issus des sciences exactes, permet ainsi de rigoureusement définir cette notion de “matière émergente”, à partir de laquelle Peysson déroule l’ensemble de sa réflexion.

La seconde partie, “Matière à penser”, précise l’étendue de l’influence – réelle ou potentielle – de cette matière émergente sur nos schémas de pensée individuels, aussi bien au niveau des structures cérébrales que de la façon dont elle est appréhendée et traitée via les artistes s’y intéressant. Ce passage le résume mieux que moi (p60) : « Nous pensons que les matériaux émergents peuvent, tout autant que l’eau, la terre, le feu, nous permettre de laisser notre pensée suivre d’étonnantes trajectoires dans un milieu complexifié. A partir des différentes caractéristiques de ces matériaux émergents se génèrent des dynamiques complexes propres au monde qui nous entoure. L’ancrage fantasmatique sur ces matériaux est essentiel pour devenir capables de produire un discours qui ne soit pas totalement préconçu et pour embrasser plus globalement une cohérence qui structure un champ bien plus vaste. »               

La dernière partie, enfin, est intitulée “Matière sociale” et se penche sur le rôle que joue ou pourrait jouer la matière émergente dans la confection des liens interindividuels, dans le comportement de l’individu vis-à-vis du collectif.

J’ai sous-entendu, lors de mon (trop) rapide récapitulatif de la structure de l’essai, que la notion de matière émergente était centrale et constituait le cœur de la réflexion. Cette affirmation est à relativiser : les ouvertures, les digressions, les détours sont nombreux, et c’est aussi ça qui fait l’intérêt de l’ouvrage, et lui permet aussi bien de fonctionner en tant qu’état des lieux que de réflexion inédite sur un sujet contemporain et amené à prendre de plus en plus d’ampleur.



Citer ce billet
Valerian Sache (2017, 22 octobre). Présentation de “L’Image-Matière” de Dominique Peysson. Voir et penser. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8sm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.