Etude ethnographique du Berghain

En réfléchissant à la manière dont je pouvais étudier la scène club berlinoise pré-Covid pour la réalisation de mon mémoire d’étude, et plus particulièrement le Berghain, dont la réputation n’est plus à faire même en dehors de cette culture, j’ai trouvé un billet rédigé par Maxime le Calvé et Olivier Gaudin nommé « Dépeindre les atmosphères berlinoises : esquisses phénoménographiques »1. Grâce à une combinaison habile entre l’écriture et le dessin, cet article permet de mieux appréhender l’atmosphère de quatre zones de la capitale allemande de différentes dimensions sous le prisme de la sociologie, de la géographie et de l’histoire réunis dans une approche ethnographique subjective tout en offrant au lecteur une méthode pour analyser l’ambiance. De plus, l’article rédigé par Tobias Rapp dans Lost and Sound : Berlin, techno and the Easyjetset, paru en 2009, amène à une démarche similaire au sein du Berghain pour mieux saisir les différents dispositifs permettant au club d’entretenir sa réputation. A l’aide de l’approche particulière employée par Le Calvé, je chercherai à présenter le type d’ambiance qui se dégage du Berghain, et qui peut être considéré comme intrinsèque à la vie festive issue des clubs berlinois contemporains. Tout d’abord j’étudierai la méthodologie employée par Le Calvé, puis je confronterai l’analyse de Tobias Rapp à cette approche. 

« Dépeindre les atmosphères berlinoises : esquisses phénoménographiques » étudie l’atmosphère de la vie sociale berlinoise contemporaine en présentant une image large se référant à de la phénoménographie. A l’aide de questions simples telles que « comment se sent-on ici ? », et d’une observation relevant de la description de situation, Le Calvé et Gaudin partent d’affects courants ressentis dans différentes zones de Berlin et de routines paraissant banales. Ils les analysent comme des « phénomènes » pour synthétiser une texture émotionnelle sociale locale. Bien évidemment, ces « phénomènes » sont en perpétuelle évolution tout comme une ville évolue au fil du temps.  En effet, ces émotions régissent nos routines, guident nos expériences et nous amènent à des choix précis. Au lieu de voir la ville sur un plan panoramique, se concentrer sur des expériences issues d’espaces publics particuliers permet d’établir un récit immersif. La difficulté consiste à regrouper ces récits sans dégrader l’unité, la cohérence de la zone étudiée. Notre émotion se base tout d’abord sur « qui nous sommes et d’où nous parlons ».

Les co-auteurs de l’article ont étudié minutieusement la Weserstraße, une rue du quartier de Neukölln, le club de jazz Donau115 dans le même district, le quartier de Zoologischer Garten et le Tempelhofer Feld, ou parc Tempelhof. Chaque investigation s’accompagne d’une illustration des auteurs permettant de mieux appréhender visuellement la description textuelle et offrant ainsi une trame immersive. 

Ne souhaitant étudier qu’un lieu précis, et non la globalité d’une zone ou d’une ville, je vais analyser le cas qui se rapproche le plus du Berghain, soit le club de jazz Donau115. 

LE CALVE, M, Donaustrasse 115, 07/25/2017, 21:30. First set of the Stemeseder-Andrsziewski-Banner Trio. Indian ink and watercolours on paper.
Le Calvé, M., Donaustrasse 115, 07/25/2017, 21:30. First set of the Stemeseder-Andrsziewski-Banner Trio. Indian ink and watercolours on paper.

Il est tout d’abord intéressant de voir que les co-auteurs partagent leur récit avec la mise en contexte du Donau115. Cela permet de renforcer l’aspect immersif de l’expérience vécue, et à l’aide des illustrations produites, d’acquérir une image de l’espace. Cette manière  de faire état d’une expérience donne ainsi au lecteur une dynamique nécessaire pour ne pas tomber dans la redondance descriptive. Le récit débute avec le choix du lieu et énumère les raison d’y aller dont l’attachement émotionnel de Le Calvé et l’intimité inhérente au petit club de jazz. Puis vient l’expérience musicale ressentie par les co-auteurs, dont ils relèvent la qualité due au professionnalisme des musiciens, à la bonne acoustique du local et à la concentration du public, resté silencieux. S’ensuit d’une discussion avec un groupe d’auditeurs lors de la pause permettant de décrire le public qui fréquente le Donau115. A l’aide de ces éléments de récit, les co-auteurs vont déduire différents concepts relatifs au club de jazz dont sa politique interne, l’homogénéité sociale du public provenant du milieu universitaire, ainsi que l’existence du dispositif de « présence radicale », conceptualisé par la spécialiste des performances théâtrales Erika Fischer-Lichte. Cependant, le lieu est victime de son succès. A cause de l’affluence de plus en plus grande, les propriétaires ont agrandi l’espace au détriment de l’intimité et de la qualité acoustique, conduisant les auteurs à exprimer leur déception et à regretter l’atmosphère antérieure.

Je vais maintenant établir un compte rendu sur le chapitre de Lost and Sound : Berlin, techno and the Easyjetset de Tobias Rapp nommé « Faire la queue, aller au Berghain, ne jamais vouloir rentrer chez soi ». Quels dispositifs mis en place permettent la renommée de l’un des clubs les plus réputés du monde ? Qu’est ce qui conduit ces rumeurs à se propager ? Le journaliste allemand, initié du milieu du clubbing, tente de répondre à ces interrogations en s’immergeant au sein du Berghain et en développant une ethnographie qu’il intègre à son livre Lost and Sound : Berlin, techno and the Easyjetset

La majorité des clubs berlinois s’animent à minuit le samedi soir. Précédant cet horaire, les clubbers font la queue dans les files d’attente amenant à ces lieux. Le Berghain n’y fait pas exception. Un concept (de bouche à oreille) s’est même forgé autour de cette attente corrélant la longévité de ce temps à l’exclusivité du club. Ce mythe populaire peut même être renvoyé à une célèbre discothèque new-yorkaise des seventies, ou le prestige d’avoir dépassé les portes du Studio 54 amenait de nombreux fêtards à patienter devant le dispositif d’entrée toute une nuit sans arriver à leurs fins, pour s’intégrer à la jet set locale. Cependant à Berlin, les règles sont différentes. Des tentatives similaires furent appliquées dans certains clubs et se soldèrent par des échecs. Devant le Berghain, tous le monde attend. La seule différence entre visiteurs lambdas et membres placés en guest list est le prix de la soirée. Seuls les DJs, leur entourage et certains habitués du lieu peuvent y déroger. Le filtre d’entrée se distingue des autres lieux par son rapport à la fois démocratique à la clientèle mais aussi arbitraire. La politique du Berghain refuse l’accès aux fêtards trop arrogants et laisse même paraitre un doute dans l’esprit des vétérans du lieu, « vais-je être refoulé.e ce soir ? », qu’importe leur allure ou leur provenance. L’exclusivité du Berghain se jauge au risque de se dissimuler au milieu de la foule et de suivre différentes étapes initiatiques comparables à l’ethos d’une église, d’une cathédrale permettant à la foule de ressentir de nombreux sentiments discordants. Lors de cette procession, chacun cherche à déterminer les critères de sélection des vigiles avec la boule au ventre. Les groupes d’hommes ont souvent plus de mal, surtout s’il s’agit de touristes hétérosexuels ivres. Parfois l’atmosphère s’intensifie lorsque des recalés contestent leur ajournement sous quelques quolibets forcément discrets de la foule. La tension s’évacue lors de l’admission par la sécurité… et c’est l’entrée en zone claire-obscure, suivie d’une fouille minutieuse, sorte de « nettoyage rituel » puis du paiement, où chacun verse son obole avant de rejoindre le vestiaire éclairé ou se situe la fresque de Piotr Nathan, Les rituels de la disparition. Arrivé au seuil final dans un grand espace sombre, un bourdonnement se fait entendre et il ne reste plus qu’à monter un large escalier métallique pour arriver face à une piste de danse. Le visiteur marque le pas, déboussolé par les jeux de stroboscopes, l’intensité de la musique, et la foule de corps suintants se déhanchant. Enfin dedans.

Le complexe festif de trois étages compte six bars dont un situé dans une aile du Berghain proche de la piste de danse principale. L’architecture se divise en jeu d’étroites et hautes fenêtres rappelant des lancettes gothiques, et de fines colonnes soulignant l’élévation vers le ciel. De plus, la hauteur du plafond est habilement exagérée par des jeux de lumière. L’accès au Panoramabar se fait par un escalier particulièrement éclairé, proche d’un autre bar discret et de backrooms. Côté musique, «à l’étage, se joue de la house pour les hétéros, en bas, c’est du hard pour les gays. »2

Le Berghain représente un réel cocon, un microcosme isolé du monde. Le lieu offre une dualité entre la grandeur et la hauteur du complexe, pouvant réunir plus de 3000 personnes, et le sens des proportions de chaque espace menant à un sentiment de bien-être, l’impression de se sentir comme chez-soi loin de son foyer. Les habitués viennent le dimanche matin après huit heures, en pleine forme, pour éviter la cohue des touristes. La prise de photographie est interdite pour maintenir la discrétion envers les hôtes laissant libre cours à leur sexualité. Hormis les deux backrooms, certaines soirées gays aux pratiques sexuelles ouvertes se tiennent dans le Lab.oratory. Les histoires du Berghain sont souvent racontées et exagérées par des visiteurs occasionnels et deviennent des mythes qui permettent au lieu de se réinventer. Ces récits plus ou moins épiques se répètent de bouche à oreille, de clavier à écran, s’amplifient et de se déforment et participent au mythe, créant une attractivité exclusive. Cependant, les pratiques sociales au sein du club restent dans l’ensemble mesurées.

Les pistes du Berghain se démarquent des autres lieux par leur sélection de musique techno et house mais aussi par leur capacité à s’auto-dynamiser et à réunir un public multiculturel à son sens le plus large possible dans une cohorte enthousiaste, rythmée et consciencieuse d’autrui. 

Afin d’amplifier le sentiment d’appartenance à une « société parallèle », différents dispositifs jouent sur l’euphorie ressentie au sein du club. Au Panoramabar, les volets roulants permettent une courte et légère diffusion du soleil créant une exaltation. Puis vient la fin de ce moment passé au Berghain, le processus inverse s’enclenche en passant par le vestiaire où se restitue l’étiquette en métal remise au début de soirée contre les vêtements. Les adieux avec le club se transforment en retrouvailles avec les rayonnements du soleil symbolisant la fin de la soirée. Puis après un remerciement adressé au staff par un simple geste pour ce moment exclusif, arrive l’immersion dans la vie diurne berlinoise. Dehors, il est 19 heures, la soirée peut commencer. 

La comparaison entre l’article ethnographique de Le Calvé et Gaudin et le chapitre de Lost and Sound : Berlin, techno and the Easyjetset de Tobias Rapp nommé « Faire la queue, aller au Berghain, ne jamais vouloir rentrer chez soi » permet d’observer des différences méthodologiques bien que l’approche reste globalement la même. Les deux suivent le même chemin de l’extérieur jusqu’au coeur de la soirée, oscillent entre description et récit et insistent sur le public fréquentant l’espace choisi et la politique locale. Cependant, certains axes permettraient de mieux dépeindre le Berghain. Tout d’abord, dû à la publication du chapitre de Rapp en 2009, le club berlinois a connu des changements majeurs. Depuis la crise du Coronavirus de 2020, le Berghain a évolué d’un espace festif nocturne à une galerie d’art. De plus, Tobias Rapp se limite à une investigation journalistique descriptive et ne cherche pas à développer d’analyse qui pourrait permettre de conceptualiser l’ambiance au sein du lieu. Enfin, il reste assez bref concernant l’expérience musicale ressentie au Berghain, mais cela s’explique par le chapitre précédent « Faire la queue, aller au Berghain, ne jamais vouloir rentrer chez soi » dans Lost and Sound : Berlin, techno and the Easyjetset, nommé « Berghain, le centre du monde » écrit par Alexis Waltz où ce dernier décrit plus largement l’espace, incluant les DJs. Et il n’ajoute pas d’autres éléments que le récit pour immerger le lecteur. 

Les « night studies » n’existent que depuis peu. En effet, cette nouvelle approche universitaire transversale, réunissant sociologues, anthropologues, économistes… s’installent dans le champ universitaire depuis la fin des années 90. Or, analyser l’ambiance d’un lieu de nuit par le prisme universitaire permet d’apporter un fragment social souvent ignoré dans la recherche, celui des lieux de diffusion constitué des festivals, concerts, club et autres espaces nocturnes éloignés géographiquement. Ces endroits « ont cette faculté à rassembler, au cours de la nuit, des groupes de personnes sur un principe affectif et corporel qui dépasse ou dilue d’autres catégories identitaires classiques »3. De plus, les pouvoirs publics voient en ces attractions nocturnes une nouvelle stratégie urbaine permettant la mutation d’ancien espaces industriels désaffectés en lieux culturels, tendant vers le modèle de « ville créatrice »4 et donc, de gentrification.

Or pour établir l’universalité de ces changements sur le point de vue géographique,  ou au contraire pour accentuer sur la particularité d’un phénomène, il est nécessaire d’employer la démarche comparative à l’étude d’infrastructure de nuit. Et Tobias Rapp y consent dans « Faire la queue, aller au Berghain, ne jamais vouloir rentrer chez soi » en comparant le dispositif d’entrée au Berghain avec celui du Studio 54 à New-York. Les mutations des friches industrielles amènent à des interrogations sur les manières dont ces lieux s’implantent dans le paysage urbain, leur impact sur le développement social de leur quartier. Ces espaces nocturnes amènent de nouvelles pratiques émancipatrices comme la consommation de stupéfiants au Berghain et de conduite à risque, lié à la musique. Cependant ils permettent aussi l’expression de « minorités culturelles », dont la communauté queer. 5

Je souhaite m’inspirer de l’approche des auteurs de « Dépeindre les atmosphères berlinoises : esquisses phénoménographiques » mais, pour ne pas déroger à la politique de non-photographie du Berghain en lieu d’illustrations, je préfère illustrer mon propos à l’aide d’extraits sonores représentatifs collectés sur le Web. J’espère ainsi reproduire, de manière auditive, la notion de trame immersive proposée par Le Calvé et Gaudin. Les lieux et objets peuvent aussi être étudiés par le prisme du son sous trois formes d’écoutes pertinentes en informations selon Pierre Schaeffer : l’écoute causale, qui est utilisée pour recueillir des informations sur la source du son. L’écoute sémantique sert à étudier et traiter le sens produit par le son et l’écoute réduite, qui sert à améliorer la cause et le sens du son sur le plan de la perception. Ces différentes écoutes des sons proposés permettent donc une étude plus vaste de la retranscription de l’ambiance issue du lieu analysé. 6

La queue devant le Berghain à 5h du matin :

Scène matinale au Panoramabar :

A l’intérieur du Berghain : 

Références Bibliographiques :

Grosléziat Chantal, « Les quatre écoutes selon Schaeffer » in Bébés chasseurs de sons. Premières sensations et créations sonores, 2004, p. 109-116. URL : https://www.cairn.info/bebes-chasseurs-de-sons–9782749212791-page-109.htm 

Maxime Le Calvé et Olivier Gaudin, « Depicting Berlin’s Atmospheres: Phenomenographic Sketches », Ambiances [En ligne], 5 | 2019, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 10 décembre 2020, URL : http://journals.openedition.org/ambiances/2667

Michaël Spanu, « Mettre la nuit en musique », La Vie des idées , 21 février 2020. ISSN : 2105-3030. URL : https://laviedesidees.fr/Stahl-Botta-Nocturnes-Popular-music-and-the-night.html

 Tobias Rapp, Lost and Sound : Berlin, Techno und der Easyjetset, Suhrkamp, 2009, 268p. 



Citer ce billet
colindyment (2021, 19 février). Etude ethnographique du Berghain. Voir et penser. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8tl

  1.  LE CALVE, M.  « Depicting Berlin’s Atmospheres: Phenomenographic Sketches » in Ambiances, 2019 []
  2.  RAPP, T., Lost and Sound : Berlin, Techno und der Easyjetset, 2009, p. 148 []
  3. Garcia Luis-Manuel, « Crowd solidarity on the dance floor in Paris and Berlin » in Musical performance and the changing city : post-industrial contexts in Europe and the United States, 2013 []
  4. Michaël Spanu, « Mettre la nuit en musique » in La Vie des idées , 2020 []
  5. Michaël Spanu, « Mettre la nuit en musique » in La Vie des idées , 2020 []
  6. Grosléziat Chantal, « Les quatre écoutes selon Schaeffer », 2004 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.