Les (nouvelles) Représentations des Féminités Dans les Performances de Drag turques : La Vierge Grincheuse et Ses Etme

Contextualisation du climat socio-politique

La Chanson “Ses Etme” est sortie avec l’album Altust d’Athena le 11 novembre 2014, un groupe de Ska Punk, Rock turc. Le clip est sorti le 4 Octobre 2016, suite à la hausse des violences envers les femmes trans en Turquie, qui a déclenché un mouvement contre la transphobie surtout après la mort d’une femme trans, Hande Kader, brulée vive le 8 août 2016. Avec cette vidéo le groupe turc a pris sa place dans la lutte contre la transphobie avec un support visuel frappant. Néanmoins, nous pouvons observer de légères traces d’esthétique In-yer-face. Les meurtres des personnes LGBTQI+, en particulier les personnes trans sont constamment invisibilisés dans les médias turcs, les meurtriers sont souvent très peu pénalisés.

Athena est un des groupes les plus connus de la Turquie, donc la diffusion d’une telle vidéo défiant les normes sociétales du pays rétablis à partir des années 1980 était un coup d’éclat dans l’ère et le climat actuels, cependant ce n’était pas un acte inédit. Nonobstant, le groupe n’a pas introduit le drag dans les médias mainstream ni n’est le seul à parler ou faire référence à la transphobie, l’homophobie et ainsi de suite.  

En Turquie, il existe plusieurs formes artistiques courbant les normes genrées, jouant particulièrement sur les stéréotypes féminin. La République turque n’a jamais banni les femmes de la performance scénique, contrairement à l’Empire Ottoman au 18e siècle, sous la règne de Moustafa III, qui est allé jusqu’à interdire aux femmes de sortir de chez elles quelle que soit la raison1. La quasi totalité des sultans ottomans ont donc banni les femmes de la scène ou les ont privées de leur place dans la vie sociale et culturelle. Ce bannissement des femmes sur scène à donné naissance à une nouvelle forme artistique nommé Köçek, où des éphèbes dansent et chantent avec des vêtements féminins de l’époque.

Zenne Diva, Al-Monitor
Köçek ottoman au 18 e siècle. Gmag

Drag avant l’autre drag

Le personnage de drag traditionnel en Turquie contemporaine doit ses racines à une forme théâtrale Orta oyunu (jeu/théâtre du milieu). Le nom Orta oyunu est apparu dans des documents officiels pour la première fois en 1834 durant l’Empire Ottoman2 . Orta oyunu, selon certaines sources, était structurellement semblable à la Commedia dell’Arte, qui signifie que le jeu était basé sur la consistance des personnages et l’improvisation des acteurs3 [And, p.133]. De plus, nous pouvons également observer des traces d’autres formes artistiques traditionnelles telles que Karagöz -un personnage de théâtre d’ombre turc datant du 16e siècle : Karagöz représentait un personnage illettré, proche du peuple, à la fois obscène, trompeur et qui fait rire4 [Varisoglu, p.33]- et Zenne – les hommes pratiquant la danse orientale qui est traditionnellement pratiquée par les femmes-.

Huysuz Virjin (La Vierge Grincheuse) est la figure de drag traditionnel turc, incarné par Seyfi Dursunoglu, elle est le personnage de drag le plus connu et médiatisé de Turquie et elle a prolongé ces traditions jusqu’à nos jours. En effet, en regardant Huysuz Virjin durant sa performance scénique on peut observer la présence apparente d’Orta oyunuzenne et Karagöz par ses gestes mais aussi par sa façon de parler et s’engager auprès du public physique ainsi que des téléspectateurs. Huysuz Virjin est sur scène depuis les années 1960, elle a continué à prendre place sur les écrans jusqu’en 2007. Le personnage de Huysuz Virjin est une vieille dame bourgeoise, méchante, sensuelle, moqueuse, qui chante le Kanto -un genre de musique traditionnelle turque popularisé durant le 20 e siècle, chanté et joué par des instruments occidentaux, qui doit ses racines à l’opéra italien5-, et danse avec des mouvements et gestes exagérés.  Malgré les controverses qui ont eu lieu durant toute sa carrière, y compris les interdictions et les annulations de ses émissions, Huysuz Virjin a reçu l’adoration du grand public au cours des années et même durant le coup d’état de Septembre 1980.

Huysuz Virjin. Istanbul Life

Coup d’état de 1980 et drag

Le coup d’Etat de 1980 fut assez sanglant et destructif, pour la culture, pour la structure familiale et la liberté d’expression comme pour beaucoup d’autres choses. Les individus étaient obligés d’obéir à l’ordre désigné par les dirigeants militaires qui ont bloqué les avances intellectuelles et sociétales. Le coup d’état de 1980, à l’origine, avait pour but de diminuer la division idéologique entre les communistes et les nationalistes/fascistes en Turquie. Cependant, la politique qui a été adoptée pour résoudre cette division était de proposer une solution culturelle ; islamisation du peuple au nom de la création d’une synthèse islamo-turque. Durant cette période le nombre des lycées professionnel public destiné à la formation des personnels religieux musulmans a connu une hausse considérable. En vue du contexte politique de l’époque et des relations serrées avec les Etats-Unis qui menaient un combat à l’échelle mondiale contre le communisme, l’islam en tant que terrain d’entente unificateur que l’armée s’en servait est devenu un moyen de lutte contre le communisme et tout politique de gauche plus qu’un combat contre le fascisme de droite. De cette manière, toute mobilisation d’un islam de gauche et/ou anticapitaliste a été interrompue, ce qui a causé l’acceptation d’une unique perception d’Islam ; conservateur et de droite6 [Ozbay, p. 113-134].  Ce n’était pas seulement un coup à la vie politique mais également à la vie sociale et culturelle, où tout ce qui est non-hétéronormatif ou non binaire était interdit ; plusieurs artistes trans ont était banni de la scène. 

Les spectacles et les émissions d’Huysuz n’ont jamais vraiment promu une culture queer : c’était un homme habillé comme une femme qui faisait rire tout le monde. Entre la vidéo d’Athena et les émissions d’Huysuz, il existe un clivage drastique, au niveau temporel ainsi qu’au niveau visuel et performatif. Il serait judicieux de dire que la majorité du pays qui a plus de 20 ans connait Huysuz Virjin mais n’a jamais entendu le terme “drag-queen”. Le créateur du personnage, Seyfi Dursunoglu, était une personne qui menait une vie en contradiction d’Huysuz, il se définissait comme étant une personne conservatrice et religieuse et jusqu’à la fin de ses jours n’a pas parlé de sa sexualité, n’a jamais été vu en couple.  Durant un interview télévisé, il a révélé pourquoi il n’a pas été interdit de scène durant le coup d’Etat de 1980 malgré le fait que les artistes trans ou les artistes non-hétéronormatifs l’ont été ; Dursunoglu disait que “tout le monde savait que Huysuz Virjin n’est pas mon identité et que tout se termine quand j’enlève ma perruque et je rentre à la maison”.

On doit parler du coup d’état de 1980 pour comprendre les drag queens de nos jours, cette séparation toujours forcée de la vie privée et du personnage de drag sur scène car à chaque fois qu’on en parle –et c’est de plus en plus rare- on précise bien que le drag est sur scène et le personnage féminin n’interfère pas avec la vie de l’homme qui l’anime. Le clivage entre Huysuz Virjin et les drag-queens dans la vidéo d’Athena vient donc de cela ; là où nous avons commencé à enlever la ligne qui sépare la vie privée et le personnage de drag, brisant les barrières de l’hétéronormativité et de la bicatégorisation 

Ses Etme

 

Le personnage principal de la vidéo, Cake Mosque –personnage de drag incarné par Onur Gökçek-, durant un interview, a eu le besoin d’expliquer ce qu’est une drag-queen pour commencer, que le clip ne parlait pas des vies des individus trans et que dans la vidéo nous voyons des drag-queens et non des personnes trans. Quelque chose que l’on sait. En effet le but de la vidéo est de démontrer et dénoncer l’héritage de 1980 qui est de l’intolérance envers “l’autre”. Cependant Gökçek n’était pas le scénariste de cette vidéo, donc la dissocier des personnes trans est son opinion personnelle mais cela n’explique pas pourquoi cette vidéo a été réalisé de cette manière. La vidéo et les paroles de la chanson d’Athena développe un thème queer à travers un symbolisme.  

Les Paroles

Ne fais pas de bruit 

 

Tu te pourchasses toi-même 
Comme si tu disais “si c’est ça la vie, c’est tout pour moi” 
Tu tournes tout le temps en rond  
Comme si tu commençais depuis le début 

 ¤¤¤

Couvre tes blessures pour éviter que ça s’infecte 
Prends un verre d’eau s’il y’en a 
Ça va passer, ça va passer en effet 
Puis tu vois, c’est une chambre vide 

 ¤¤¤

Ça séduit ton cœur  
Si ça circule follement, follement dans ton sang 
Tu te fonderas mais il n’y a pas de remède 
Ça fait mal, arrête, surtout ne fais pas de bruit 

 ¤¤¤

C’est toi qui as écrit cette ligne, ce n’est pas de sa faute 
C’est toi qui as voulu être comme ça, c’est toi qui as voulu crever  
Comment tu as écrit un par un 
Tu as regardé d’une telle manière 
Et c’est tout 
Comme briser 
Comme aimer 
En fait comme aimer 

 

Ses Etme / sës étmée ̞/ 

Kovalıyorsun kendi kendini  
(qôvaleuyorressoune kéndi kéndi nie) 
Hayat buysa ben yokum der gibi  
(hàïatte bouïssa ben yokhoum dérre guibi) 
Dönüyorsun hep aynı yere  
(deux nu yorre soun heppe aïneuh yérdéh) 
Yeni baştan başlıyormuş gibi  
(yéhni bachetanne bacheleu yorre mouche guibih) 

¤¤¤

Sar yaranı mikrop kapmasın  
(Sarre yarraneuh micrope quappe masseuhnne) 
Varsa bir bardak su  üstüne  
(varre sa birre bardaque sou idje ustunée) 
Geçer geçer biraz aslında  
(guetcherre guetcherre birre ase asleun dah) 
Sonra bir bakmışsın boş bir oda  
(sonrà birre baquemeuche seuhn boche birre odah) 

¤¤¤

Ayartıyor kalbini  
(aïar teuh yorre qualbie nie)
Dolaşırsa kanında deli deli  
(dô làcheur ça canne eun dàh délie délie)
Erirsin de çaresi yok  
(erre irre sin dé tcharé si yoc)
İncitiyor dur sakın ses etme  
(inne djitie yorre dourre saqueune sës etmée)

 ¤¤¤

Bu satırı sen yazdın bu onun suçu değil  
(boue ça teuhre euh senne yazzedeun bou onounne soutcheu deïlle)
Öyle ol istedin, geber istedin  
(euhï lé olle isté dinne, gué berre isté dinne)
Teker teker nasıl yazdınsa  
(téque érre téque érre nasse eulle yazze deuhnne ça)
Öylesine bakmışsın  
(euhïlé si né baque meuche seuhn)
İşte o kadar  
(iche thé ô ka dàrre)
Kırar gibidir  
(keuh rare gui bi dirre)
Sever gibidir  
(ses verres gui bi dirre)
Aslında sever gibidir 
( asleun dah ses verres gui bi dirre)

Les premiers deux versets parlent de l’identité et sexualité, avec des mots couverts. Ils de la lutte qui sont menés pour cacher les identités non binaires et les sexualités non hétéronormatives, et si ce n’est pas cacher, vivre avec, essayant d’échapper aux préjugés infligés. La solitude que cela peut causer, les blessures qui ne guériront jamais mais la conscience que nous portons sachant que ça va passer. 

Le troisième verset toutefois, parle du SIDA, quelque chose qui circule dans le sang et qui n’a pas de remède condamnera la personne à l’invisibilité et à se taire.  

Le dernier verset est celui qui a plus de lien avec la vidéo. On parle de la violence, la haine et les sous-entendus des “choix”, parce que c’est courant parmi les homophobes et transphobes d’accuser les individus queer de ce soi-disant choix, comme quoi iels choisissent d’être “comme ça”, d’attaquer intentionnellement la structure de la société artificiellement fondée sur la bicatégorisation et l’hétéronormativité. En attaquant cette structure, iels mériteraient d’être tué.e.s, de se faire agresser, d’être mis.es à l’écart de la société.  

La vidéo

Quant à la vidéo, nous voyons au début un environnement affichant beaucoup d’amour. Les premières omages font galement référence au péché originel comme on peut le voir dans l’œuvre d’Hugo Van der Goes, La Chute :

Hugo Van der Goes. La Chute. Kunsthistorisches Museum,1467-68 (Wikimedia Commons)

la description visuelle est très semblable au moment où Cake Mosque tient la pomme, croque dedans et la caméra montre ensuite la pomme croquée. Nous voyons également au début et à la fin la figure maternelle, présente, aimante, sans préjugés, respectée même par les agresseurs qui fuient à son arrivée durant les scènes d’agression. La vidéo démontre et dénonce les contradictions de la société turque : d’un côté la liberté, le désir, les clubs queer sont affichés, de l’autre c’est la haine, l’intolérance, la violence. Mais mis à part le clivage culturel que nous pouvons identifier dans la société, les scènes qui portent un message plus explicitement seraient les scènes de parking. 
Quant à la vidéo, nous voyons au début un environnement affichant beaucoup d’amour. Les premières images font également référence au péché originel comme on peut le voir dans l’œuvre d’Hugo van der Goes, La Chute : la description visuelle est très semblable au moment où Cake Mosque tient la pomme, croque dedans et la caméra montre ensuite la pomme croquée. Nous voyons également au début et à la fin la figure maternelle, présente, aimante, sans préjugés, respectée même par les agresseurs qui fuient à son arrivée durant les scènes d’agression. La vidéo démontre et dénonce les contradictions de la société turque : d’un côté la liberté, le désir, les clubs queer sont affichés, de l’autre c’est la haine, l’intolérance, la violence. Mais mis à part le clivage culturel que nous pouvons identifier dans la société, les scènes qui portent un message plus explicitement seraient les scènes du parking. 

En conclusion, la scène de drag qu’Huysuz Virjin a laissé derrière pour la nouvelle génération de drag est très différente de l’époque où elle était en tête des classements de télévision, mais elle est florissante. Huysuz Virjin était impertinente et irrévérencieuse, mais elle n’a jamais parlé de religion ou de politique sur scène, ce qui est impensable pour la nouvelle génération d’artistes d’Istanbul, qui se considèrent comme des militants7 (McKernan). 

La vidéo d’Athena montre une scène de drag qui est complètement différente de la pratique de Huysuz Virjin. Dans le sillage des mouvements LGBTQI+, on y voit une affirmation politique, ce qui n’était pas le cas du “drag” traditionnel. Mais maintenant que nous basculons de la tradition à quelque chose de nouveau, la société ne sait plus quoi attendre de cette performance au sens scénique. Cela parce que les drag-queens qui jouent à la tradition comme Huysuz, incarnent des personnages aux caractères spécifiques qui jouent toujours sur les féminités stéréotypées. Ces stéréotypes seraient donc, une femme mariée qui trompe son mari ou n’a pas peur de flirter avec quelqu’un d’autre alors que son mari est présent, qui aime l’argent, qui peut contredire leur mari, qui s’amuse, qui voyage, qui rapporte des potins, qui utilise de l’argot et des gros mots, qui est définie par des valeurs morales inexistantes8 [Kılıç, p.69]. En revanche les drag-queens représentées dans le clip développent une performance scénique plutôt occidentalisée et ne caricaturent aucun stéréotype féminin, mais véhiculent des féminités qui leur sont propres. Cela, bien évidemment, est pour certaines personnes une menace à la structure sociétale. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel en tout cas, a jugé ainsi et a interdit la diffusion à la télévision de toute transformation de l’homme en femme comme drag, ou dans les séries si un personnage masculin devait s’habiller comme une femme, cette interdiction cependant n’inclut pas les personnes trans même si on ne les voit que rarement sur les écrans sauf si iels sont très célèbres. Pour cette raison, la vidéo d’Athena n’a jamais été diffusée à la télévision et sur YouTube les commentaires sont désactivés mais elle a plus de 8 millions de vue, un peu plus de 9000 “je n’aime pas” confrontés à 79.000 de “j’aime”. L’internet et le monde virtuel, dorénavant, entre des censures strictes, reste un endroit pour se faire entendre, pour être vu, surtout pour les artistes de drag et toute la communauté queer qui sont condamné.e.s à être invisibles. Mais les plateformes de diffusion comme Netflix turc arrivent encore à diffuser (malgré tout) les émissions telles que RuPaul’s Drag Race. À l’époque où il est interdit dans le pays de vendre aux moins 18 ans, des objets, ou des livres contenant les figures ou le mot d’arc-en-ciel, la vidéo d’Athena pleine de couleurs défie les normes infligées de plus en plus, et permet de rendre visibles ceux et celles qui sont obligé.e.s à être invisible.  

Le reportage que Bethan McKernan7 réalisé avec des drag-queens turques pour The Guardian démontre qu’en fin de compte, les drag queens turques ne réclament pas nécessairement de visibilité ou de (re)devenir mainstream, ce qu’elles réclament vraiment c’est du respect, en affirmant qu’iels se trouvent en tant que communauté queer et trans, dans une espacé mitigé entre la liberté et l’oppression où une partie a commencé peser plus lourd que l’autre.

  1. IPEKESEN, Erdal, “Osmanlıda kadınlara yönelik ilginç yasaklar”, Hürriyet, 18 Janvier, 2009, https://www.hurriyet.com.tr/osmanlida-kadinlara-yonelik-ilginc-yasaklar-10799489
  2. ALBAYRAK, Metin, “Orta Oyunu”, Türkiye Diyanet Vakfi Islâm Ansiklopedisi, 2007, https://islamansiklopedisi.org.tr/orta-oyunu
  3. AND, Metin, “Ortaoyunu”, Skylife, 2005, p.133, https://core.ac.uk/download/pdf/80953896.pdf
  4. VARISOGLU, Emine, “Karagöz Metinlerinin Toplumsal Cinsiyet Açisindan Incelenmesi”, Ankara, Haci Bayram Veli Üniversitesi, 2020
  5. Ünlü, Cemal, “Kanto”, 2006, http://costak.blogspot.com/2006/03/kanto-article-by-cemal-nl.html  + Association de la langue turque (https://sozluk.gov.tr/)
  6. OZBAY, Cenk, The Making of Neoliberal Turkey, Londre, Routledge, 2016
  7. MCKERNAN, Bethan, “Grumpy Virgin bows out as drag becomes a political act in Turkey “, The Guardian, Août 2020, https://www.theguardian.com/world/2020/aug/29/grumpy-virgin-bows-out-drag-becomes-political-act-turkey
  8. KILIC, Çiğdem, Geleneksel Türk Tiyatrosunda Zenneler, Istanbul, Kitap Yayinevi, 2007


Citer ce billet
G. Ilayda Selçuk (2021, 20 janvier). Les (nouvelles) Représentations des Féminités Dans les Performances de Drag turques : La Vierge Grincheuse et Ses Etme. Voir et penser. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8tg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.