Les « Portraits Debout » de Frédéric Logez, ou une nouvelle manière de dresser des portraits.

Nous proposons ici de jeter un regard sur une proposition artistique singulière mêlant portrait, biographie, mémoire et bande dessinée, récemment mise en lumière au sein d’une exposition au musée du LaM (Villeneuve d’Ascq) et lors d’une exposition spécifique chez Art to Be Gallery (Lille). 

En octobre 2019, le musée du LaM (Villeneuve d’Ascq) inaugurait une exposition qui se concentrait sur les œuvres de trois grandes figures de la peinture spirite : Augustin Lesage (1876-1954), Victor Simon (1903-1976) et Fleury Joseph Crépin (1875-1948), tous trois originaires du Nord de la France. La peinture pour eux ne devait pas être une évidence, alors qu’ils étaient mineurs de fond, cafetiers ou plombiers, sans pratique artistique, ils furent appelés à dessiner par une voix inaudible. 

L’exposition, intitulée « Lesage, Simon, Crépin. Peintres spirites et guérisseurs » (du 4 octobre 2019 au 5 janvier 2020), en plus de réunir un nombre important d’œuvres des trois peintres, proposait également de découvrir les pratiques spirites en dehors de la peinture en exposant des documents d’archives, des objets mais également des pratiques contemporaines. En parlant de contemporain, l’exposition dédie un espace à des artistes plus récents, suiveurs ou non des trois peintres référents, et plus ou moins proches des milieux spirites. 

Et c’est justement un de ces artistes qui va nous intéresser aujourd’hui, avec une certaine particularité dans cette exposition : il n’est, ni de près, ni de loin, affilié aux mouvements médiumniques. Pourtant sa place au sein de l’exposition est cohérente et, d’une certaine manière, mise en avant. En effet, ses œuvres introduisaient, physiquement et de manière logique, cette exposition. 


Ceux qui ont visité l’exposition se souviendront peut-être de la scénographie, mais pour ceux qui ont oublié et pour tous les autres qui n’ont pas eu la chance de la voir, il y avait sur le premier pan de mur, juste avant d’entrer véritablement dans l’espace d’exposition, trois portraits des peintres spirites, Lesage, Simon et Crépin, ainsi que trois de leurs œuvres de petit format. Ce sont justement ces trois portraits qui nous intéressent. Leur auteur, Frédéric Logez, les nomme « Portraits Debout », mais nous reviendrons plus tard sur ce point. 

Vue de l’entrée de l’exposition « Lesage, Simon, Crépin. Peintres spirites et guérisseurs. (LaM – 04/10/19 – 05/01/20). Les Portraits Debout de Frédéric Logez et les petits formats des trois peintres. Image personnelle.

Frédéric Logez est né en 1963 à Auchel dans le Pas-de-Calais et est rapidement marqué par la mémoire de la Première Guerre Mondiale qui a touché la région. La mémoire familiale, populaire et historique, notamment liée au Nord de la France et à la guerre prend encore aujourd’hui une place importante dans son travail. Diplômé de l’École Supérieure des Arts Appliqués et du Textile de Roubaix et de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris, Frédéric Logez a exploré de nombreux médiums, allant de la fresque murale à la bande dessinée et à la narration, en passant, évidemment par l’affiche, utilisée pour les Portraits Debout. 

Pour les plus curieux, nous pouvons aujourd’hui trouver plusieurs de ses albums, dont il est à la fois auteur et illustrateur. Citons, entre autres, On ne pactise pas avec le mal (éd. Lumières de Lille, 2012), La Bataille, Arras 1917 (éd. Degeorge, 2014) et Voyage au centre de la mer (éd. Degeorge, 2018).


Depuis 2014, Frédéric Logez se consacre principalement à la réalisation de ses Portraits Debout. Attardons-nous, un peu, sur cette proposition. En pied, grandeur nature, le Portrait Debout s’inscrit avant tout dans le genre du portrait, avec comme enjeu la représentation d’une personne ayant existée, ou qui existe encore. Parfois, le sujet peut également incarner un métier ou une pratique, devenus rares, voire disparus. 

L’originalité du Portrait Debout réside dans les associations qu’il renferme : empruntant à la fois les codes et l’esthétique de la bande dessinée, les techniques et méthodes de l’enquête de terrain, les enjeux de la représentation, l’intérêt de la narration, le support et les caractéristiques de l’affiche. 

Détail du Portrait Debout N°5 – Fleury Joseph Crépin, technique mixte, 200 x 105 cm, 2015. ©Frédéric Logez

Planche géante (200 x 100 cm) mi portrait, mi bande dessinée, le Portrait Debout met en scène des personnages de notre époque, qui se dressent fièrement à côté de leurs éléments biographiques « mis en case ». Il renferme une modeste histoire face à la Grande, mais qui explore la mémoire historique, populaire, familiale… 

Les Portraits Debout forment ensuite des familles, des séries, le plus souvent composées en diptyques ou triptyques comme par exemple la série « L’esprit de la Pyramide », composée des Portraits Debout N°5 – Fleury Joseph CrépinN°6 – Augustin Lesage et N°7 – Victor Simon, exposés en 2019 pour l’exposition précédemment nommée au LaM.


            Plus récemment, Frédéric Logez a également exposé chez Art to Be Gallery à Lille (« Portraits Debout » du 13 janvier au 23 février 2020). Nous pouvions y retrouver les portraits de la série « Haute-Mer » : N°17 – Jules Carru (1), N°18 – Jules Carru (2), N°22 – La matelote de la rue des Mâchicoulis et N°23 – Marie-France Seillier, et, le premier Géant N°1 – Jules Carru, dérivé du Portrait Debout, où le portrait enferme, porte, son histoire, sans mot. Le texte disparait pour laisser toute la place au dessin, qui soutien dorénavant, seul, la narration. 

Vue de l’exposition « Portraits Debout » chez Art to Be Gallery. Image personnelle.

            Le plus intéressant pour l’heure est la semaine qui précéda l’exposition. Frédéric Logez a installé au sein de la galerie un « atelier éphémère » où il travaillait sur la réalisation de son prochain Portrait Debout sur Joseph Kyjno, le père du peintre Ladislas Kijno, et sur son histoire depuis son départ de Pologne. L’originalité était que l’atelier installé dans un espace ouvert au public (la galerie) restait accessible à tous. La proposition était une occasion exceptionnelle de rencontrer l’artiste, d’apprendre son travail et de la « déranger » en plein milieu de son travail.

            Cette semaine de recherches fut ensuite, en partie, conservée et exposée au sein de l’exposition avec, plaquée sur un mur, une partie des documents nous permettant de comprendre la démarche de réalisation d’un Portrait Debout. Tout commence par quelques notes, à la volée, d’un entretien avec un proche du sujet, complétées ensuite par des recherches au sein d’archives diverses. De ces éléments, Frédéric Logez retient l’essentiel pour délimiter sa narration qu’il vient ensuite découper et mettre en case à côté de l’espace dédié au portrait. En même temps, il commence un travail sur l’image en partant, par exemple d’archives photographiques, de cartes postales, de documents administratifs, pour lancer ses recherches graphiques qui vont remplir les cases empruntées à la bande dessinée ou illustrer certains espaces de l’affiche. 

Vue de « l’installation » de l’atelier de Frédéric Logez chez Art to Be Gallery. Image personnelle.

            Tous les éléments étaient présents pour témoigner des étapes de la réalisation d’un Portrait Debout : échanges, entretiens, recherches, enquêtes, réécritures, compositions, dessins…


Le dossier de presse de l’exposition aiguillait les choix de sujet de Frédéric Logez : 

 « Comment s’effectue le choix d’un Portrait Debout ? 

Il provient du hasard des rencontres et d’une attention d’un récit familial, d’un événement singulier, d’un métier méconnu, d’un parcours de vie… Une anecdote peut suffire à provoquer la décision de dresser le Portrait Debout. 

Vient ensuite le temps de l’exploration. Se rapprocher des personnes dépositaires du récit, obtenir l’accès aux archives familiales, écouter l’autre, prendre note puis compléter par des recherches extérieures. 

Réaliser un Portrait Debout, c’est aussi s’autoriser à commenter, sans altérer la mémoire de la personne portraiturée. 

Les phases sont variées, les recherches nombreuses et tout est dessiné et pensé : la réalisation d’un Portrait Debout est un moment lent, fait de patience. 

« Faire les choses sans hâte, en compagnie du Portrait. » »

(Dossier de presse pour l’exposition « Portraits Debout » Art to Be Gallery, janvier 2020)

Le format Portrait Debout, pensé et premièrement réalisé par Frédéric Logez, et aujourd’hui une idée qu’il partage par le projet « La Forêt » accompagné par un Manifeste rédigé en 2017 et qui guide et accompagne toute personne voulant le suivre.

« Le projet s’ouvre à toutes et à tous.

Chaque personne peut s’emparer de la démarche et ainsi concevoir et réaliser autant de Portrait Debout qu’elle le désire.

Le Manifeste n°1 pose le cadre du projet. Le choix du sujet, la forme, les partis pris graphiques, d’écritures et de composition restent libres. »

(Frédéric Logez, Manifeste n°1, novembre 2017)

L’exposition de Frédéric Logez au MAC de Sallaumines (du 14 janvier au 9 mars 2019) illustrait déjà cette collaboration avec d’autres artistes. Un prolongement de cette démarche devrait bientôt voir le jour à la Maison Folies Moulins (Lille). 


Le Portrait Debout est donc une proposition artistique singulière qui assume la narration. Il porte la mémoire, notre mémoire, qu’il plaque à notre hauteur sous une double forme populaire : celle de la bande dessinée et de son esthétique, et celle de l’affiche, de sa fragilité et de, nous l’imaginons, sa reproductibilité.

Au LaM, ses portraits semblaient prendre tout leur sens : ils paraissent servir d’introduction, mais n’étaient-ils pas finalement de véritables approfondissements biographiques et graphiques ?


Pour aller plus loin :

Frédéric Logez. Portraits Debout. Manifeste N°1, catalogue de l’exposition à la Maison de l’Art et de la Communication (MAC) de Sallaumines (du 14 janvier au 9 Mars 2019), 2018. 

Lesage, Simon, Crépin. Peintres spirites et guérisseurs, catalogue de l’exposition au Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut (LaM) de Villeneuve d’Ascq (du 4 octobre 2019 au 5 janvier 2020), 2019. 

Site du LaM, page de l’exposition : https://www.musee-lam.fr/fr/lesage-simon-crepin

Site d’Art to Be Gallery, page de l’artiste : https://arttobegallery.com/artistes/frederic-logez/

Pour les images : photographies personnelles, ©Frédéric Logez, ©Art to Be Gallery.


Une réflexion sur « Les « Portraits Debout » de Frédéric Logez, ou une nouvelle manière de dresser des portraits. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.