Parlons de moi, parlons radio.

Hervé Glevarec, Ma radio, attachement et engagement, Paris, ed. INA, février 2017.

Le très court ouvrage présenté d’Hervé Glevarec restitue une enquête sociologique auprès d’auditeurs/auditrices  de radio de tous âges, de toutes générations confondues. L’auteur s’intéresse aux liens que ces derniers tissent avec ce medium en pleine mutation à l’ère du numérique. Réalisée avec le soutien de Médiamétrie, l’ enquête proposée aborde et donne à voir à travers un corpus d’images et de textes, les transformations des conditions acousmatiques.

Pionnier dans le domaine des cultures visuelles radiophoniques, l’ouvrage propose une définition du medium du seul point de vue des auditeurs par le biais de témoignages recueillis.  Il fait remarquer dès les premières pages qu’un bouleversement ontologique s’est produit ces dernières années en radio : l’auditeur est devenu spectateur. La radio ne s’écoute plus, elle se regarde : une véritable rupture ontologique.

La radio, support d’une mémoire collective mais aussi individuelle semble au cours de l’enquête engager l’identité de chacun. Parler de la radio, c’est parler du temps, c’est parler de souvenirs, c’est donc parler de soi. Le rapport au temps est dense dans l’expérience que nous faisons du medium. L’auteur définit au travers des dires de ses interlocuteurs un « temps retrouvé » qui renvoie à la mémoire et à l’identité, un « temps représenté » qui est d’ordre symbolique, et un « temps présent » qui renvoie à la participation de chacun au contenu proposé, donc un temps social. En tant que dispositif, elle permet à tout à chacun de s’individuer et de se distinguer par des choix d’écoute, qui aujourd’hui semble accentué par l’écoute à la demande. Mais peut-on véritablement parler d’écoute radiophonique et que signifie cette pratique aujourd’hui ?

L’auteur mentionne qu’écouter un poadcast ne correspond  pas à l’écoute radiophonique, puisque l’écoute se détache du direct. Pourtant, de nombreuses personnes interrogées affirment le contraire. Le reportage photographique montre des intérieurs de maisons et d’appartements. Affirmant écouter la radio et n’ayant pas de transistor, ces personnes « recréent du poste » : l’ordinateur présent dans beaucoup d’intérieurs, est connecté à un système sonore externe. Pendant l’écoute, les auditeurs vaquent à leurs occupations et ne voient pas forcément la source du son entendu. La radio est un rituel qui depuis son invention se pratique mais qui semble aller à sa perte selon de nombreuses critiques. Malgré son basculement numérique,  son écoute s’articule simplement autour de temps sociaux, celui des auditeurs, qui malgré des conditions d’écoute changeantes font perdurer cette pratique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *