Axiologie de la visibilité.

HEINICH Nathalie, De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, ed. Gallimard, 2012.

Les deux siècles passés mettent en image à travers le régime médiatique, l’ascension d’une élite sociale qui se compose de personnes que l’on désigne sous les appellations vedettes, stars, people. Ces dernières se donnent à voir tantôt dans les espaces publics, tantôt dans les espaces privés sous de nombreuses formes. De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique est un imposant ouvrage de la sociologue Nathalie Heinich. S’inscrivant dans le prolongement de son ouvrage L’élite artiste publié en 2005, l’ouvrage propose une approche sociologique de la figure de vedette afin d’en saisir les enjeux et les évolutions « dans toutes ses dimensions […] : technologiques, historiques, sociologiques, économiques, juridiques, psychologiques et morales » (p. 4).

Le livre se découpe en six parties à travers lesquelles l’autrice tente dans les premiers temps d’approcher le concept de visibilité, c’est à dire la « diffusion du visage et du nom dans l’espace public » (p. 87). Ce constat simpliste nous montre qu’un bouleversement majeur s’est opéré depuis l’ère de la reproductibilité : les vedettes ne sont plus désignées comme telles en passant par la renommée (c’est à dire par le nom, un jugement de valeur répandu dans le domaine public par la voix) mais par la visibilité. Pour résumer, « ce sont ses images qui en font une vedette » (p. 21). Cela la mènera à définir la vedette en tant qu’entité appartenant à un rassemblement de personnes jouissant de privilèges accordés par la visibilité. Elles ont l’éventuelle possibilité de se doter d’un capital de visibilité générant des profits pécuniaires importants. Ce capital s’érige grâce à la dissymétrie entre regardeurs et regardés, entre admirateurs et vedettes. La reconnaissance, le mérite d’une personne passe alors par la reconnaissance identitaire, hiérarchique et émotionnelle, que les modes de médiatisations mettent en jeux. La visibilité est un monde paradoxal et singulier sur de nombreux points. Les trois dernières parties de l’ouvrage constituent les parties les plus intéressantes. La visibilité est analysée sous le prisme juridique, puis dans sa dimension psychoaffective. C’est ici que l’ouvrage exprime sa puissance.

Afin de protéger les personnes hors d’elles-même, un droit particulier (marqué par une certaine mouvance) doit les abriter. « Si donc le droit exerce son action sur la visibilité à travers les conditions juridique du droit au nom, du droit à l’image et du droit au respect de la vie privée, la visibilité en retour cesse de peser sur le droit en contribuant à redéfinir des notions aussi fondamentales que celle de la vie publique et de la vie privée, de droit à l’information, d’égalité de tous devant la loi » (p. 343). Les acteurs de la visibilité ne sont pas analysés en tant qu’individus à travers la figure du JE. Ils sont pris dans leurs globalités et leurs pluralités. La figure de fan présentée sous toutes ses coutures (individuelles et collectives) s’exprime à travers des témoignages qui s’insèrent dans divers écrits sociologiques d’Erving Goffman (La Mise en scène de la vie quotidienne – La Présentation de Soi, Paris, Les Editions de Minuit,1973) et Nobert Elias (La Société de Individus, Paris, Fayard, 1991) par exemple. De plus, des encadrés rédigés par l’autrice mettent en évidence et en relation de manière concrète les propos dévoilés aux travers d’exemples comme celui de la mort de Lady Di. Il est intéressant de préciser que ce dernier est cité au beau milieu d’une critique du monde « des savants ». Nathalie Heinich exprime les tensions qu’elle rencontre avec le monde de la sociologie et notamment au sujet des assimilations des régimes médiatiques au monde religieux. Selon elle « si l’analogie religieuse est convoquée avec tant de générosité et si peu de circonspection c’est qu’elle possède une fonction bien particulière prisée par la culture savante actuelle : la fonction critique. » (p. 412) L’autrice se donne à l’exercice de la critique de la sociologie, et tente à travers cela de montrer son appartenance tant à la culture dite « savante » que « populaire ». Le processus analytique de la visibilité doit se détacher des comparaisons religieuses et « considérer que la religion n’est pas une matrice originelle mais une configuration contextuelle […] familière aux société occidentales» (p. 416) afin d’organiser ses conceptions. 

De la visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique réactualise la science des valeurs morales évoquée par Max Weber dans un ouvrage Le Savant et le politique publié en 1959. L’axiologie est un terme qui naît dans la tradition philosophique française au début du XXème siècle. Il désigne l’étude des valeurs. Le travail du sociologue Max Weber va léguer à cette philosophie un concept méthodologique : celui de la neutralité. La neutralité axiologique peut simplement se définir comme une science dépourvue de jugements de valeurs, dans le but de produire un raisonnement objectif, en contre poids des tendances herméneutiques des sciences sociales. Cette science de l’impartialité appuie ses propos de manière concrète à travers des faits avec plus ou moins d’ordre chronologique. Les valeurs sont les objets d’étude même de l’ouvrage de Nathalie Heinich. L’abstention de jugement apparaît à travers l’imbrication de faits de natures diverses et de théories d’horizons différents. Dans la dernière partie de l’ouvrage, la visibilité est envisagée comme une valeur, et se définit comme « un principe au nom duquel l’on estime les être et mesure leur grandeur. » (p. 494). Combinée à la critique savante, la notion de valeur semble être sujette au questionnement du signifier et du signifiantLes notions d’estime et de grandeur sont-elles des réalités contemporaines pour l’accession au statut de vedette ? Le constat est mitigé puisque la visibilité ne s’acquiert plus forcément par le mérite. Soumises avant tout à celle-ci, les vedettes ont pour tâche de justifier les privilèges que leurs concèdent la visibilité par le talent, le don ou le sacrifice. Finalement, on assiste aujourd’hui aux conquêtes médiatiques du mérite.

Certaines critiques peuvent être faites. Il faut noter que l’ouvrage aborde peu la visibilité à l’ère du numérique. Paru en 2012, l’ouvrage n’aborde pas les médias contemporains tels que Youtube, Facebook, ou Instagram, leurs économies spécifiques et leurs effets.  Photographie, cinéma, presse, télévision sont des média aujourd’hui traditionnels. En les évoquant de manière abusive, la sociologue semble procéder à l’étude d‘un idéal (occidental) dans ses conceptions marxistes, mais qui n’est en aucun cas universel et intemporel. C’est peut-être finalement le meilleur moyen de mettre en application les principes méthodologiques de la neutralité axiologique : utiliser des profils et des tableaux types, afin de procéder à des classements et des raisonnements par croisements, pour finalement se crée un outil ou un instrument, mais pas une fin en soi. Cela laisse alors la possibilité de modeler, retravailler et étoffer ses propos. D’autres critiques plus légères peuvent être prononcées. Les mouvements pendulaires du raisonnement entre critiques positives, négatives, et/ou neutres ont tendance  à perdre le lecteur, voir l’épuiser. Le manque de dénonciations de certaines injustices laisse entendre une distinction entre l’action et la pensée critique, ce qui est dommageable. Le savant wébérien devient préoccupant aux yeux du lecteur : le monde s’écroule et lui reste là en contemplateur, acceptant le destin tragique de la civilisation. La sociologue est perçue comme une sorte d’entité flottante au dessus du monde. Ne flotte-t-elle pas au dessus de certaines réalités ?


Une réflexion sur « Axiologie de la visibilité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *